Quand l’ex-chanteuse Diams accordait une interview à dans l’émission « Sept à huit » du 26 juin dernier, après s’être épanchée au micro de Brut pour y faire la promotion de son court-métrage autobiographique, toute la bien-pensance médiatique - comprenez la gauche culturelle - n’y voit qu’un bel exercice de franchise et d’émotion. Cette grossière mais efficace opération de banalisation de l’islam, des us, coutumes et costumes islamiques qui l’ont « sauvée du suicide » s’adresse aux Français sans filtre alors qu’ici, comme le dit bien Céline Pina dans Causeur, « c’est la conversion à l’islam le plus sectaire qui est montrée comme une solution pour guérir de la souffrance et de la maladie mentale ».

Une semaine plus tard, fort opportunément, un certain Joao Gabriel, « chercheur », ressort la vidéo d’une émission d’avril où Ivan Carluer, pasteur de l’église évangélique Martin Luther King de Créteil, recevait Samuel Pruvot, journaliste à Famille chrétienne, et la journaliste de CNews Christine Kelly pour parler de ce que représente Dieu pour les candidats à la présidentielle.

Pour la première fois, la reine Christine – la vraie ! - évoquait sa foi chrétienne. Elle-même évangélique, elle explique avec beaucoup d’émotion, de pudeur et de force la présence quotidienne de Dieu dans sa vie et comment sa vie professionnelle, ses choix sont soutenus par sa foi. Elle raconte quels ont été les moteurs de sa décision d’accepter l’émission « Face à l’info » avec Éric Zemmour, « l’homme le plus détesté de France » : « Je priais tous les jours et je disais à Dieu “Je ne sais pas pourquoi tu m’envoies là, je n’ai besoin de rien, je ne cherche pas la notoriété, je ne cherche pas à être vue [… ] Si Toi, Tu m’envoies, me voici, envoie moi ! […] J’ai prié. […] j’ai tellement laissé Dieu tout piloter envers et contre tout, envers et contre tous, contre toutes les insultes, contre toutes les menaces. Si Tu m’envoies là, c’est que Tu as une mission.” » Elle poursuit : « Dans chaque interview je témoigne ma foi, je dis que mon livre, c’est ma Bible, dans chaque interview, je dis que je prie avant l’émission, je dis que le monde est spirituel, le monde n’est pas matériel. »

Des mots simples, dignes et sincères mais inaudibles dans la France d’aujourd’hui.

Qui est Joao Gabriel, celui qui fait le montage de cet entretien et qui a jeté Christine Kelly en pâture sur les réseaux sociaux ? Doctorant au département d’histoire de la Johns Hopkins University, ses centres d’intérêt sont, selon son profil Twitter : prison, Caraïbe, abolition, esclavage, genre, panafricanisme. Un petit détour par son blog montre l’imprégnation du plus pur racialisme woke américain sur cet enfant de France : il est en effet, comme Christine Kelly, venu de cette Guadeloupe, française depuis 1635.

Son commentaire sur à propos de cette vidéo ne laisse aucun doute. Il stigmatise « Christine Kelly, son émission avec Zemmour comme expression de la volonté de Dieu et opportunité de partager sa foi. Ce grand moment de normalisation de l'extrême droite financé par Bolloré est donc présenté ici comme un bienfait au niveau spirituel. […] Là on a le milliardaire catho dit traditionnel, le visage médiatique facho, la présentatrice plutôt évangélique (a priori) en plus afro-descendante, donc différents atouts pour une entreprise de rebranding/normalisation de l'extrême droite encore une fois. »

Dans une belle unanimité, la gauche en mal d’indignation s’est émue de cette profession de foi. Sur Twitter, Yann Chantrel, sénateur PS, assène : « Bien que cela puisse paraître lunaire, ça a le mérite de la clarté. Une évangélique extrémiste qui promeut l’agenda politique réactionnaire du catholique extrémiste Vincent Bolloré. » Tout en finesse ! Dans Le Monde, Raphaëlle Bacqué, quant à elle, préfère adopter un ton qui se veut ironique mais qui n’est que grinçant : « Quand Christine Kelly, partenaire d’Éric Zemmour et journaliste préférée de Vincent Bolloré, parle comme une évangélique et présente son engagement politique (à l’extrême droite) comme le résultat d’une demande divine… » Et tout à l’avenant.

Pourquoi Christine Kelly est-elle à ce point critiquée par la gauche ? Est-ce seulement parce qu’elle évoque sa vie de foi ou parce qu’elle a refusé de pratiquer le sport favori de la gauche, à savoir la victimisation ? Elle, femme noire et fière de ses racines, n’a jamais voulu être enfermée dans sa couleur de peau, elle refuse la vision racialiste de la société que la gauche woke, qui a le vent en poupe puisqu’elle est même représentée par le titulaire du crucial ministère de l’Éducation nationale, entend imposer en France. N’a-t-elle pas dit, lors d’une interview accordée à : « Certaines communautés de minorités pensent que c’est un bien de s’enfermer dans la victimisation et qu’elles y gagnent […] sans voir que c’est un puissant anesthésiant et la meilleure façon de bloquer leurs actions et de les empêcher d’avancer dans la société. Je trouve que refuser la victimisation est un combat plus difficile à mener. »

Et c’est bien ce qu’on lui reproche. Alors, quand on l’entend dire que « dans ce monde en quête de sens, on a besoin de sens, de spiritualité, d’être ancré, on a besoin d’avoir un objectif, on a besoin de savoir qui on est, on a besoin de son identité, et son identité, c’est Jésus », on se dit que la vraie rebelle, c’est elle.

6017 vues

4 juillet 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

43 commentaires

  1. Il faut comprendre la gauche. C. Kelly coche toutes les mauvaises cases…Elle est noire mais pas trop, elle n’est pas racialiste, elle n’est pas mahometane(elle ose même se dire chrétienne),elle ne se dit pas de gôôche, elle ne se victimise pas, ne dit pas comme elle a été en butte au racisme, elle a fait des émissions avec Zemmour sans l’étriper et enfin elle est belle et intelligente à la fois.
    Comment voulez vous qu’elle plaise a la gauche?

  2. Christine devrait donner des cours de tenue de diction et de savoir a une très grosse partie de la classe « journalistique » plutôt bas de gamme ,prétentieux, inculte souvent et grossier.

  3. je n’ai qu’un mot qui me vient en lisant votre article, MERCI.
    Merci à Madame Kelly, merci à Europe 1, merci à Monsieur Bellamy et à tous les Chrétiens qui oeuvrent pour sauver notre immense civilisation en grand péril.
    La reconquête est en bonne voie. Merci.
    A Lerte

  4. JACOB s’en va. Tant mieux car il ne faut pas oublier qu’il est CHIRAQUIN le traître qui a demandé aux RPR de voter MITTERRAND en 81. Puis avec ses complices JUPPE DEBRE etc, ils ont voté HOLLANDE contre SARKO dont on peut comprendre qu’il leur en veut. Notre dernier espoir chez LR c’est de mettre WAUQUIEZ à leur présidence.

  5. C’est plutôt la conversion à l’islam qui ressemble à une pathologie mentale, puisque comme le dit si bien Wafa Sultan, c’est une fabrique de déséquilibrés.

  6. Que les hirsutes bésicleuses de gôche soient jalouses, rien de plus naturel. Que leurs compagnons de route la détestent, rien de plus naturel. Car tous ces celles-zé-ceux se sentent lilliputiens face à cette Femme belle, sensible, intelligente, et , scandale inadmissible, indépendante bien que noire!

  7. J’ignorais cette facette de la personnalité de cette Dame.
    Elle ne ressent pas à l’écran. Quelle discrétion…
    Par contre, les partisans de l’islam sont inlassables !

  8. Notons que Christine Kelly ayant reçu de nombreuses menaces de mort, elle bénéficie maintenant d’une protection rapprochée. Preuve que cette femme courageuse dérange pas mal de monde.

  9. En dépit de tout,je trouve quand même que le début de l’émission « Face à l’Info »
    manque quelque peu de tenue avec ses grands éclats de rire ???!!!

    1. Pourquoi ? Vous voudriez qu’elle arbore une mine sinistre ? Ils sont amis, se font de petits cadeaux, ils montrent leur joie de vivre, d’être ensemble ; je ne vois rien à critiquer dans ce fait, au contraire, cela nous change des émissions où ils s’insultent, se crêpent le chignon et sont franchement grossiers.

    2. Oui cela sonne un peu faux ces grands éclats de rire pour pas grand chose, mais bon l’idée est d’instaurer un climat bienveillant j’imagine.

    3. La joie, la bonne humeur, la franche camaraderie…. Sont de grands moments de bonheur qui rafraîchissent dans un monde de brutes et de violence. Cette émission devrait servir de modèle….

  10. Ne mélangeons pas les torchons et les serviettes
    Cette femme est visiblement de couleur Mais née dans un département français, éducation française, mentalité de française. Donc descendante elle aussi de l’ esclavage et n’ en fait pas un cinéma. Preuve flagrante que toutes les personnes de couleur ne sont pas des parasites. Un exemple à suivre ce qui emm….nos fameux gauchistes.

    1. Il n’y eut pas que des noirs à subir l’esclavage.
      Saint Vincent de Paul fit un passage de plusieurs années dans un bagne esclavagiste d’Afrique du Nord.

    2. Esclavage ! que pensez de la vie que menaient nos mineurs dans les mines de charbon ? et bien d’autres catégories sociales, notamment dans le monde agricole (les journaliers)

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter