Sur le plateau de « Touche pas à mon poste », deux chroniqueurs sont déchaînés. Gilles Verdez écume de rage contre la chanteuse Rihanna qui a osé insérer des écrits coraniques dans le fatras musical qui entourait son défilé de lingerie. Sa voisine tunisienne, Meriem Debbagh, va plus loin : « Moi, je trouve que, limite, j’ai envie de la tuer », déclare-t-elle. Elle peut à tout instant quitter le plateau, prendre un billet d’avion et se rendre sur place pour régler son compte à Rihanna.

Cyril Hanouna, quant à lui, se contente d’un vague « On peut pas dire ça ». « Allons, allons, Mesdames, Messieurs, vous ferez ça plus tard, nous sommes en direct, l’émission doit continuer. » Celui qui avait viré du plateau un invité censé avoir fait une « quenelle » à la sauce Dieudonné ne semble pas dérangé outre mesure par des propos pouvant s’apparenter à un appel à trucider sa prochaine. Et l’émission où « on peut pas dire ça » de continuer tranquillement ses analyses de café du commerce.

Comme, en pareille circonstance, personne ne sera assez téméraire pour oser imaginer le tollé, les plaintes multiples et les condamnations gouvernementales qui auraient suivi des propos similaires émis, par exemple, lors de l’émission « Face à l’info », Éric Zemmour affirmant à l’encontre d’un quelconque musulman incendiaire de drapeau français « À la limite, j’ai envie de le tuer » se verrait traîné en Justice, interdit d’antenne, extradé en Sibérie, rayé de la liste des vivants.

Les mesures annoncées par Emmanuel Macron, qui ne font rien d’autre que renforcer le séparatisme qu’il définit, passent par ces menaces en voie de normalisation. « On ne peut pas dire ça, mais on le laisse dire quand même. » Du « en même temps » au bénéfice des pires intolérances.

« Son défilé, déjà, il est katastrofik, la lingerie, elle est nulle à ch… » enchaîne la tueuse potentielle. Des soutiens-gorge seront pendus à titre d’exemple ! L’un des participants estime que la chanteuse a souhaité « faire le buzz ». À n’en pas douter, c’est effectivement en toute connaissance de la susceptibilité musulmane que l’équipe marketing de la star s’est employée à insérer un hadith dans la bande son de la présentation. Rihanna, comment dire… À la limite, on aurait presque envie de l’aimer.

Dernière minute : face aux menaces de boycott de sa ligne de produits, l’outrageuse se confond en excuses et retire le titre de sa vidéo. Suite à l’émission de Cyril Hanouna, la chanteuse présentera prochainement sa collection de gilet pare-balles.

7 octobre 2020

À lire aussi

Professeur Raoult : ces curieuses plaintes sans victimes

Le dossier du professeur Raoult est lourd. …