Les Verts nous en font voir de toutes les couleurs et la dynamique ne semble pas près de s’essouffler. À défaut de déboulonner des statues – un mode d’action vu et revu -, les écologistes ont donc opté, la semaine dernière, pour une évolution originale de leur stratégie. C’est à la ville de Besançon que l’on doit la dernière innovation inspirante en date, et plus précisément à la mairie écologiste - mais était-il besoin de le préciser ?

L’esplanade Jean-Jaurès de Besançon était, depuis vingt ans, surplombée par une statue de Victor Hugo, poète originaire de la ville. Produite par le sculpteur sénégalais Ousmane Sow, la statue s’est détériorée avec le temps et a été envoyée à la maison De Coubertin, qui avait fondu l’original, afin d’être repatinée. Si le procédé n’a rien d’exceptionnel, le résultat l’est plus : les habitants ont en effet pu admirer, ce week-end, un Victor Hugo flambant neuf mais surtout insolemment bronzé pour la météo ambiante. Bien sûr, il aurait été dommage de « faire comme on a toujours fait ». Ringard n’est pas bisontin ; en revanche, , pourquoi pas.

La nouvelle de cette « coloration » n’a pas séduit tout le monde, notamment pas la veuve d’Ousmane Sow, qui s’est plainte de cette transformation auprès du Parisien« On dirait un Victor Hugo noir, ce qui n’a jamais été l’intention d’Ousmane, déplore ainsi Béatrice Soulé. Il y a cette chemise très blanche, ce collier de barbe beaucoup trop marqué. Assez loin de l’œuvre originale que je connais bien. Et puis, je n’ai pas été prévenue par la ville de cette intervention. »

Au-delà de cette « trahison » de l’œuvre de l’artiste, l’objectif de cette restauration particulière demeure pour le moins obscur. Bien sûr, il y a cette satisfaction à attaquer le français sous toutes ses formes. Ça fait toujours du bien d'« emmerder les Français », ça se pratique même à la tête de l’État. Mais après ? Contactée, la mairie de Besançon n’a pas donné suite à nos sollicitations et le sens de cette démarche n’a pu nous être expliqué.

De leur côté, les habitants n’ont pas fait montre d’un enthousiasme délirant à la vue de ce Victor Hugo version 2022. Pire encore : certains sont allés jusqu’à « vandaliser » la statue fraîchement érigée : le teint halé de l’écrivain est devenu d’une blancheur éclatante, barbouillé de peinture blanche par on ne sait quel malotru, dans la nuit de dimanche à lundi. Devant cet « acte intolérable », la mairie a bien sûr fait part de sa volonté de déposer plainte. Ne serait-ce que par respect pour la mémoire de ce pauvre homme ! Blanc ? Et puis quoi, encore ?

Après le blackwashing, voilà Victor Hugo victime de whitewishing, ce que les élus écolo ne semblent pas considérer comme un salutaire retour aux sources. Connaissant l’efficacité des Verts lorsqu’il s’agit de régler des problèmes d’envergure, il y a fort à penser que le poète retrouvera rapidement sa nouvelle couleur d’origine. Tout de même, on serait curieux de connaître la réaction de ces mêmes édiles si des statues de Léopold Sédar Senghor ou d’Aimé Césaire s’étaient vues grimées en blanc. Nul doute qu’une telle affaire n’aurait pas été taxée de « polémique vaine », comme celle qui a grondé autour de Victor Hugo.

6947 vues

21 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

29 commentaires

  1. Ces ECOLOS ont le même QI que les langoustes. L’imbécilité est sans borne malheureusement. Un enfant aurait été excusé mais que des adultes fassent de telles imbécilités, c’est grave. Ne pourraient-ils pas se rendre utiles (comme déjà dit ça fait partie de leur boulot d’ECOLO) en allant dans les pays surpeuplés pour apprendre à ces peuplades à se contrôler car il en va de l’avenir de toute la planète sachant que c’est à cause de ce surpeuplement que rien ne va plus. Famine, misère, maladies, délinquance, violence, banditisme, trafics de tous genres, guerres, terrorisme etc…… ,

  2. Mais qui va porter la responsabilité de cette fourberie, la mairie ou le restaurateur ?
    De toute manière ils sont tous les deux responsables et peut-être une 3ème responsable : la ministre de la culture si elle garde un silence d’aquiessement…

  3. Comme presque toujours les « écolos » sont en mode contre-nature. Même si la bêtise la plus consternante peut faire partie de la nature humaine.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter