Au pied des arbres parisiens se tenaient des grilles circulaires en fonte ajourée. Un aménagement haussmannien conçu par Gabriel Davioud, mis en place en 1859. Avec les fontaines Wallace et autres colonnes Morris, elles étaient la marque de la capitale. Puis arriva. Les grilles seraient enlevées pour laisser place à des carrés végétalisés entretenus par les riverains. Les rues de Paris ne seraient plus qu'une succession de jardinets bucoliques dans lesquels insectes et fleurettes, poireaux et potirons cohabiteraient dans un esprit de franche camaraderie. La machine à fantasmes soixante-huitards tournait à plein régime. Çà et là, des communautés hippies viendraient peut-être s'installer dans ces eldorados de verdure et Paris illuminerait de ses peace and love.

Les effets des produits hallucinogènes retombés, avec l'aide du hashtag #saccageparis qui publie quelques clichés désobligeants, l'équipe municipale découvre que ses îlots enchanteurs sont devenus des cloaques multiconfessionnels. Les partisans du dépotoir à canettes de sodas se disputent le terrain avec les promeneurs de chiens sans toilettes fixe, tandis que, profitant d'une nuit sans lune, des déménageurs compulsifs déposent sournoisement divers mobilier hors d'usage. À la surprise générale, en de rares endroits, les mauvaises herbes ont réussi une percée spectaculaire au milieu de papiers gras et d'emballages de burgers. Le triomphe de la nature, la beauté du « vivre ensemble ».

Bonne fille, face à l'évidence, Anne Hidalgo décide de mettre un terme à cette idée saugrenue. Réinstallation progressive des grilles du bon vieux temps. Grillée pour grillée... Ce retour aux fondamentaux marquera l'année 2022 avec sa tentative désespérée de propulser la première dame de Paris sur le perron de l'Élysée.

À défaut d'arroser les plantations luxuriantes, le premier adjoint d'Anne Hidalgo, Emmanuel Grégoire, s'est empressé d'ouvrir le robinet d'eau froide sur les Parisiens ravis de voir disparaître ces mini-déchetteries. Sa déclaration glace d'effroi les plus euphoriques : « Nous allons donc mettre en place une nouvelle stratégie de végétalisation, plus ambitieuse. » Oups ! Mais encore ? « Qu’il s’agisse de végétaliser la ville ou de réduire la place de la voiture, nous allons poursuivre nos efforts », ajoute-t-il. L'inquiétude grandit dans les rangs des abonnés à #saccageparis, mais qu'ils se rassurent : l'équipe municipale est sur le point de faire baisser la température mondiale. « L’attachement au patrimoine ne doit pas empêcher d'adapter la ville au changement climatique. Il y a urgence. » Quelques jardins suspendus du meilleur effet, de la terrasse avec plein d'arbres en pot et le tour est joué. La mer descend, la banquise se reforme et Anne Hidalgo marche sur la Seine. Jésus, que notre joie demeure !

19 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.9 8 votes
Votre avis ?
38 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires