Monasphère, une entreprise qui conçoit des villages autour de lieux de culte ou de pèlerinage, vient de proposer un lotissement à L'Île-Bouchard, le Clos Saint-Gabriel. La levée de boucliers sur les et dans les médias a été pavlovienne : intolérance, séparatisme, fermeture à l'autre... la liste aurait pu être écrite d'avance. Le cofondateur de Monasphère, Damien Thomas, a répondu, cette semaine, à Estelle Denis, sur BFM, face à un parterre hostile - et aux arguments franchement idiots. À dire vrai, ce n'était pas tant une interview qu'un interrogatoire (« ce village est-il réservé aux chrétiens ? », à peu de chose près). Damien Thomas y a répondu avec beaucoup de courage, de bonne volonté et une admirable patience, démontant un par un, sans doute avec l'inspiration du Saint-Esprit, les reproches infondés de ses contradicteurs.

Séparatistes, ces catholiques qui achèteraient une maison dans ce lotissement d'un nouveau genre ? Pas vraiment. Tout au plus sont-ils soucieux de se trouver à proximité d'un lieu qui est important pour eux, comme ces fascistes qui achètent près de l'abbaye de Lagrasse (nous en avions parlé ici). Le religieux, ce serait plutôt d'acheter à bas bruit des maisons à la campagne, pour recréer une vie en vase clos, pour sortir du cadre légal et imposer sa façon de vivre.

Depuis 2002, une communauté musulmane rigoriste vit dans un petit village d'un millier d'habitants. Châteauneuf-sur-Cher. Les journaux en ont parlé, puis s'en sont, apparemment, désintéressés. Pas un instant l'imam de cette communauté n'a été interrogé par un parterre de petits censeurs télévisuels hostiles. Surprenant « deux poids deux mesures ».

Il n'empêche. Damien Thomas a beau répéter que son lotissement sera ouvert à tous, qu'il ne veut pas s'exclure du célébrissime et efficace « vivre ensemble » et déployer des trésors de charité face à la bêtise des journaux, il est forcément suspect. Un catholique pratiquant, qui veut vivre près d'un lieu catholique, c'est un intégriste. Quand on est catholique normal, on célèbre les nouvelles fêtes d'obligation du calendrier, celles que les supermarchés ont imposées : Halloween, le Black Friday, le ramadan, les soldes d'hiver, les soldes d'été, sans oublier les FFA, les fêtes de fin d'année, pendant lesquelles on picole et on s'offre des objets inutiles, ou Pâques, uniquement associée (évidemment) à une orgie de chocolats. Ca paraît évident.

En somme, dans cette France archipélisée, tout semble avoir droit à ses prérogatives, au respect de ses particularités, au choix de ses voisins... sauf les chrétiens. Ils ont l'habitude des persécutions. Ce n'est pas une raison.

19 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 4 votes
Votre avis ?
18 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires