Christelle d’Intorni, députée (LR) des Alpes-Maritimes, s'était opposée à la marche blanche en faveur de Zied B., tué par le tir d'un policier après un refus d’obtempérer. Elle a été menacée de sur les réseaux sociaux, relate Nice-Matin.

Le mercredi 7 septembre, Zied B., 24 ans, qui conduisait sans permis à bord d’un véhicule volé, avait été abattu par un agent « après plusieurs sommations », selon le procureur de Nice.

D'après Le Parisien, l'enquête a montré que le jeune homme avait déjà été condamné pour conduite sans permis, infractions à la législation sur les stupéfiants et vol. Il aurait aussi été recherché après que les policiers avaient ouvert le feu sur un véhicule transportant des migrants en provenance d’Italie : ce véhicule avait forcé un barrage en juin dernier à Sospel (Alpes-Maritimes). La police y avait relevé l’ADN de Zied B.

« Fais très attention à toi et à ce que tu fais et où tu mets les pieds. »

La députée, qui avait pris position contre cette marche blanche, disant « redouter les débordements », a reçu dans la nuit plusieurs messages haineux, dont des menaces de mort. L'un de ces messages insulte également la police : « Nous, on a perdu un proche à cause de vos municipaux de m... »

Christelle d'Intorni a annoncé son intention de déposer plainte. Elle a également, avec d'autres élus, demandé à la préfecture des Alpes-Maritimes d'annuler cette marche blanche. Les autorités ont décidé de ne pas interdire l’événement, déclaré dans les temps impartis.

6222 vues

17 septembre 2022

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter