Affaire Obono : la condamnation de Valeurs actuelles confirmée en cassation

Brève breve

La Cour de cassation a confirmé la condamnation pour injure publique à caractère racial de l’hebdomadaire Valeurs actuelles et du journaliste, auteur de l’article intitulé « Obono l’Africaine », imaginant la vie de la députée Danièle Obono « au temps de l’esclavage ».

Cette fiction de huit pages, publiée en août 2020 par l’hebdomadaire, décrivait la députée LFI en esclave, vendue au Tchad par des marchands arabes, l’article étant illustré d’un dessin la représentant enchaînée.

La Cour de cassation estime que « les propos humiliants et l’image dégradante visant Madame Obono, du fait de ses origines africaines, ne pouvait être justifiées, ni par la satire, ni par le caractère fictionnel de l’article. »

Pour mémoire, l'hebdomadaire avait été condamné en appel à 1.000 € d’amende avec sursis et 5.000 € de dommages et intérêts.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois