Le Conseil constitutionnel a censuré, le 8 février dernier, un texte de loi de 1963 qui réservait le droit à une pension pour les victimes d’attentats, durant la guerre d’Algérie entre 1954 et 1962, aux seules personnes possédant la nationalité française à la date de la promulgation de cette loi.

L’historien Jean Sévillia réagit au micro de Boulevard Voltaire.

12 février 2018

Partager

À lire aussi

Jean Sévillia : « Il n’y a pas plus Français que Louis de Funès et Lino Ventura ! »

Jean Sévillia réagit au micro de Boulevard Voltaire après l’annonce d’Emmanuel…