À Rennes, une manifestation d’extrême gauche cible le RN et les policiers

screenshot X, Matthieu Valet
screenshot X, Matthieu Valet

Ce jeudi 20 juin, dans le centre-ville de Rennes, 1.500 personnes se sont rassemblées pour manifester contre la possible accession de la droite au pouvoir, à l’appel de nombreux syndicats (CFDT, FO, CGT, FSU…). Le cortège n’a pas pu arriver au bout de son parcours en raison de heurts entre les manifestants et les forces de l’ordre, prises pour cibles par 80 individus en tête de la manifestation. Encagoulés et protégés par des lunettes et des foulards sur le nez, ces professionnels des manifestations violentes ont lancé des projectiles sur les forces de l’ordre, qui ont aussitôt riposté avec des jets de lacrymogène. Sept interpellations ont été réalisées.

Rennes est tenue par la gauche, les résultats des élections européennes en attestent : 9,42 % pour la liste de Jordan Bardella, 24,93 % pour Raphaël Glucksmann, 17,85 % pour Manon Aubry. Les manifestations contre le RN s’y multiplient, sans surprise. Le 10 juin, dès le lendemain des résultats du scrutin, 4.000 personnes selon les organisateurs (3.000 selon la préfecture) se sont mobilisées. Le 15 juin, ils étaient 25.000 (12.000 selon la préfecture). Sur tout le territoire français, pas moins de 21.000 policiers ont été mobilisés pour encadrer la colère née des résultats des européennes....

Appels à la haine et au meurtre

La dissolution de l’Assemblée nationale a relancé les activistes opposés à la vague bleu marine prévisible. Dans de nombreuses villes de France, la gauche et l’extrême gauche pêle-mêle prennent le pavé pour faire barrage à l’extrême droite et empêcher Jordan Bardella de poser ses valises à Matignon. Dans ces cortèges « anti-RN », les banderoles des manifestants enchaînent les vieux poncifs vus et revus contre le parti à la flamme : « RN=FN=WaffenSS », « Né sous Pétain, je ne veux pas crever sous Le Pen/Bardella » ou le très classique et très faux « La jeunesse emmerde le Front national ». La violence aussi est au rendez-vous : plus les mots sont haineux, moins la revendication est contestable. Quand elles ne sont pas prises pour cibles de manière physique, les forces de l’ordre sont immanquablement visées par les slogans ou les pancartes. « À bas l’État, les flics et les fachos », « Tout le monde déteste la police », « ACAB », « un bon flic est un flic mort », « un flic meurt : un vote RN en moins ». Appels à la haine, appels au meurtre : tous les moyens sont bons pour faire reculer l’extrême droite et ce qu’elle défend : l’ordre et la sécurité.

« Cette extrême gauche ne respecte rien. »

Pour les cadres du Rassemblement national, cette violence est inexcusable. Matthieu Valet, fraîchement élu au Parlement européen sur la liste de Jordan Bardella, ancien commissaire de police et ancien porte-parole du Syndicat indépendant des commissaires de police, s’exprime régulièrement sur ce sujet. Pour lui, les revendications des manifestations du Nouveau Front populaire attestent d’une inquiétante réalité : « Si le Front populaire arrive au pouvoir, il fera une purge chez les forces de l’ordre !, prévient-il à l'antenne de CNews. Pire : ce sera la fin des LBD face aux cocktails Molotov, la fin des grenades face aux guets-apens, la fin de la Brav-M face aux antifas. » Il poursuit : « Je suis écœuré que la haine du flic soit le programme porté par une alliance s’appelant Front populaire. Cette extrême gauche ne respecte rien. Ni les policiers morts pour la France, ni ceux qui protègent les Français. »

Pour Jordan Bardella, « le climat de violence et d’insurrection » que soulèvent ces mouvements de gauche est extrêmement inquiétant. Les Français sont, en tout cas, prévenus : en cas d'arrivée du RN au pouvoir, l'extrême gauche se fera un devoir de semer le chaos dans nos rues.

Raphaelle Claisse
Raphaelle Claisse
Journaliste stagiaire à BV. Etudiante école de journalisme.

Vos commentaires

40 commentaires

  1. Mais pourquoi l’état ne porte t’il pas plainte, après avoir dégagé ces énergumènes à coups de matraque?

  2. Oui, il existe toujours un privilège dit « de gauche » et extrême en particulier. Le « système » est encore presque entièrement de gauche _ médias : France 5, Complément d’enquêtes, Envoyé spécial », Mme Ernotte , France Info, Inter etc _ qui tous « luttent » contre le RN. Avec mensonges autant que possible, bien sûr. Le wokisme et gauchisme sont très tolérés..

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois