À quoi bon connaître « La Marseillaise », si on la siffle dans les stades ?

Marseillaise

Tous les candidats à la naturalisation doivent passer un entretien en préfecture pour justifier d'« un niveau de connaissance de l'histoire, de la culture et de la société françaises », dont les éléments sont définis par décret. Le Parisien du 30 juillet propose ainsi à ses lecteurs un quiz de vingt questions afin qu'ils puissent vérifier s'ils auraient le niveau requis. Le résultat ne fait pas de doute, compte tenu des questions, mais demandons-nous plutôt si un tel questionnaire prouve qu'un prétendant à la naturalisation serait un bon Français.

Le Parisien déclare s’être inspiré d'un document publié par le Groupe d’information et de soutien des immigrés (GISTI), qui propose des questionnaires dans l’optique de préparer les candidats à la naturalisation. Une sorte de bachotage avant l'examen. Le GISTI se présente comme un « groupe d’information et de soutien des immigré·e·s » qui milite « pour l’égal accès aux droits et à la citoyenneté sans considération de nationalité et pour la liberté de circulation », ce qui en dit long sur ses orientations.

La Direction générale des étrangers en France (DGEF) a précisé au quotidien que « les questionnaires en ligne [...] répondent sans doute à une attente du public de réassurance » mais qu'elle n’en « examine jamais » le contenu. Une façon d'en approuver l'existence sans en désapprouver le contenu. On y trouve des questions comme « À quelle période de l’Histoire se rattache la construction du château de Versailles ? », où l'on a le choix entre Napoléon, Louis XIV et Louis-Philippe, ou encore « L’hymne de la France est : La Marseillaise - La Versaillaise - La Paimpolaise » ? Ce type de questions élémentaires semble oublier qu'une connaissance ne sert à rien si l'on ne veut l'appliquer. À quoi bon connaître « La Marseillaise », si on la siffle dans les stades ?

D'autres questions sont plus insidieuses. Celle-ci, par exemple : « En France, le catholicisme est : une religion officielle - une religion parmi d’autres - une religion interdite ? » Aucune des réponses proposées n'est satisfaisante. La réponse « Une religion parmi d'autres » rassurera, sans doute, un grand nombre de prétendants et aura l'assentiment d'une partie de la gauche, mais la seule réponse juste serait que le catholicisme est, horribile dictu, la religion « historique » ou la « première » religion de la France.

Si l'on ajoute que la DGEF indique que cet entretien n'est pas « un test de culture générale [...] dans lequel le demandeur aurait un score minimal attendu » et qu'« on ne demandera pas la même chose selon que l’intéressé a suivi ou pas des études supérieures », on comprend que cet examen n'est qu'un entretien bidon dont le seul objectif est de pouvoir prétendre qu'on s’assure des connaissances des candidats sur la France, son Histoire et l’exercice de la citoyenneté.

L'administration française est friande de telles trouvailles. Elle avait autrefois introduit, dans les concours de recrutement des professeurs, une épreuve pompeusement intitulée « Agir en fonctionnaire de l'État et de façon éthique et responsable ». Comme si une telle épreuve garantissait un comportement irréprochable. On l'a remplacée par une épreuve d'entretien, qui ne vaut guère mieux, où l'on évalue notamment l'aptitude à « s'approprier les valeurs de la République » et à les « faire partager ». Les candidats jouent le jeu, pour ne pas se faire éliminer, mais rien n'assure qu'ils mettront en pratique ces valeurs, dont certaines sont, au demeurant, discutables.

Vous l'aurez compris, cet entretien préalable ne sert qu'à donner bonne conscience au gouvernement mais ne garantit en rien que les futurs impétrants s'assimileront bien à la culture et aux usages français.

Philippe Kerlouan
Philippe Kerlouan
Chroniqueur à BV, écrivain, professeur en retraite

Vos commentaires

27 commentaires

  1. Je verrais mal le « GISTI », bien connu pour sa neutralité, proposer « La Marseillaise des blancs » ou « Vive Henri IV » !

  2. Inutile de leur apprendre l’histoire de la France puisqu’on arrête pas de la déconstruire ! Encore une vaste fumisterie sortie de la tête de certains fonctionnaires

  3. Dans le temps, la question était simple et allait de soi : « êtes-vous prêt à mourir pour la France? ». C’est une question qui est posée par tous les monuments aux morts et qu’il vaut mieux ne plus poser, tant la réponse serait évidente pour la plupart de nos concitoyens. Ancien combattant d’Algérie, et héritier d’Alsaciens qui ont choisi la France en 1872, je ne suis même plus sûr moi-même d’y répondre favorablement. J’ai 86 ans, ce n’est pas très grave, mais où va-t-on si, même les plus patriotes d’entre nous, sont aux abonnés absents?

    • J’ai 75 ans, je n’ai pas connu la guerre d’Algérie, néanmoins je suis passionné de cette malheureuse période (beaucoup de livres). Je suis très respectueux de mon drapeau, des valeurs, des coutumes, du pays qui est la FRANCE. Pour en revenir à notre époque actuelle, je suis comme vous, dévasté, je n’y comprends plus rien. Cependant la situation (ou plutôt dans la merde totale dans laquelle nous sommes, je l’incombe à toute cette bande de politicards pourris jusqu’à la moelle , depuis des décennies,et le pire a ce type MACRON, dont les qualificatifs que je lui adresse
      ne tiennent pas sur une page A4. J’espère qu’un jour ils vont payer lourdement, voire la peine capitale pour ce qu’ils ont fait au peuple.

  4. Ceux qui la siffle ne sont pas les mêmes que ceux qui la chante , c’est juste une question de culture et d’éducation .

  5. Pour rentrer aux USA pour la première fois, il y a un questionnaire à remplir qui inclue la question : Avez-vous l’intention de commettre des attentats terroristes sur le sol Américain ? (à quelque chose près). On pourrait s’en inspirer en transposant : Avez-vous l’intention de pourrir la vie des autochtones en France ?

    • La différence, c’est qu’en France il n’est pas illégal de mentir pour sa propre défense. Ce n’est pas le cas aux USA, où le mensonge est depuis l’enfance considéré comme une abomination. Raison pour laquelle le détecteur de mensonges y est crédité d’une certaine crédibilité : en moyenne, les réactions physiologiques d’un Américain lorsqu’il ment sont beaucoup plus détectables. Ce n’est pas le cas de la plupart des Français, sans parler de ceux de papier, autorisé à mentir pour le bien de leur religion.

  6. Pourtant, ils sont là, chez nous en France, ils « sont venus dans nos bras, égorger nos fils et nos compagnes ! »
    C’est pratiquement une « Une » au quotidien.
    Y’a vraiment pas de quoi siffler la Marseillaise !
    Mais siffler la fin de la partie oui !

  7. Pour être français, une condition essentielle :communauté de civilisation. Les musulmans ne peuvent être français ;ils reconnaîssent et imposent des préceptes non conformes aux valeurs de la France et les lois de la République.

  8. Gageons que les migrants candidats « aux métiers en tension » n’auront nul besoin de ce sésame pour recevoir le bout de papier qui les fera Français

  9. C’est scandaleux, mais s’il n’y avait que ça, il y a tout le reste, qui prouve la lâcheté des français lorsqu’il y a atteinte, à tout ce qui concerne la nation. Pauvre France!

  10. Il y a une incompréhension quant à certaines paroles de La Marseillaise. Le « sang impur » prêt à être versé est celui de ceux qui chantent ce « chant de guerre pour l’Armée du Rhin » ou « chant de la guerre aux frontières ». Il s’agit des soldats et plus largement du peuple partant au combat aux frontières _ ( Et ce, par opposition au sang pur qui était celui de la noblesse. Appellé aussi, alors, le « sang bleu « ).

  11. Cet hymne, composé à une époque où nos frontières étaient menacées, est totalement dépassé. Les paroles violentes et vindicatives prêtent à sourire au jourd’hui ; C’est comme si les allemands avaient adopté Die Wacht am Rhein comme hymne national.

    • Nous ne sommes plus menacés ?
      L’ennemi n’est pas à la frontière mais déjà à l’intérieur

    • Ah bon, c’est dépassé?
      Nos frontières ne sont pas menacées?
      Quant au plan symbolique, lorsque l’on constate le génocide mis en place avec de plus en plus de méthodes pour y arriver, franchement, vous trouvez que « entendez vous dans nos campagnes mugir ces féroces soldats, ils viennent jusque dans nos bras, égorger nos fils et nos compagnes » (je pourrais rajouter « nos enfants, nos vieux parents »…)
      Donc égorger, tuer à coup de rivotril et/ou de manque de soins, et j’en passe, n’est ce pas….

      J’aime aussi : « ami entends tu le cri sourd du pays qu’on enchaine »…

      • Bravo! Lisez le livre « Tous vaccinés, tous protégés? » Il y a tant de moyens de tromper et éliminer une population! Je m’arrête là car je vais encore être censurée!…

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois