En début de semaine, à Nantes, en Loire-Atlantique, des individus se sont attaqués avec des engins de chantier à des mâts de vidéosurveillance installés dans la ville par la mairie dans le quartier Bellevue. Durant leur intervention, les policiers ont été agressés et visés par des tirs de mortiers d’artifices, rapporte BFM TV.

Lorsque les agents de police sont arrivés sur les lieux, « deux individus non casqués » sur un scooter les ont visés de cinq tirs de mortiers. Les fonctionnaires ont juste eu le temps de se mettre à l’abri et d’appeler des renforts

Trois individus ont été interpellés par la police, mais d’autres ont pris la fuite à scooter. L’engin de chantier a été abandonné et retrouvé encastré dans une haie, selon une source policière.

« Le phénomène de détruire les caméras n’est pas nouveau. À Viry-Châtillon, en 2016, des individus ont attaqué des policiers qui surveillaient des caméras qui avaient été détruites », explique Christophe Rouget, secrétaire général du syndicat des cadres de la sécurité intérieure, sur BFM TV.

Il ajoute que ces destructions sont effectuées quotidiennement par « des gangs avec des engins de chantier, des voitures-béliers, des disqueuses ou des armes à feu car elles dérangent leurs trafics ».

Le week-end dernier, c’est à Montbéliard que les mêmes dégradations ont eu lieu. Des poteaux de vidéosurveillance ont été saccagés dans le quartier de la Petite-Hollande à coups de pelleteuse volée sur un chantier à proximité. Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrent un conducteur encouragé par ses comparses, qui détruit les mâts de vidéosurveillance « durant près d’une heure », ainsi qu’un feu tricolore, des panneaux et lampadaires. L’engin a ensuite été incendié. « Les auteurs n’ont pas été interpellés », précise L’Est républicain.

26 novembre 2020

À lire aussi

Paris : 200 migrants occupent une école

Éric Coquerel, député LFI, explique que « ces associations ne font qu’appliquer la loi de …