Document - Editoriaux - Politique - Presse - Sciences - Table - 22 avril 2017

En ce 22 avril, des scientifiques manifestent

Le 22 avril, des manifestations sont prévues dans plus de 500 villes à travers le monde pour, selon le journal Le Monde, “défendre la recherche et la démarche scientifique, basée sur des faits vérifiés et sur la rationalité”. Ce mouvement est né en janvier aux États-Unis, après l’investiture du président Donald Trump. En effet, depuis sa prise de pouvoir, le vent tourne dans certaines administrations américaines et cela n’est pas du goût de tout le monde.

Il y a eu, certes, des coupes budgétaires importantes auprès de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) – 31 %, avec la nomination à sa tête du très redouté Scott Pruitt. Mais il y a eu, également, un texte voté par la Chambre des représentants pour que toutes les décisions environnementales qui sont prises s’appuient sur des données accessibles à tous, et c’est probablement là que le bât blesse.

En effet, un des gros organismes financés par l’EPA, la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration/Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique), est sous le coup d’une enquête pour manipulation de données. Selon un article du Daily Mail datant du 4 février dernier, John Bates, un scientifique de haut niveau de la NOAA, a déclaré à ce journal que des données climatiques ont été revues à la hausse à la veille de la COP21 afin d’influencer les leaders mondiaux, que le directeur de la NOAA avait une liaison directe avec la Maison-Blanche et que cette administration a enfreint ses propres règles sur l’intégrité scientifique quand elle a publié un rapport sensationnel mais erroné, visant à faire le maximum d’impact sur les dirigeants mondiaux, Barack Obama et David Cameron inclus.

John Bates a apporté des preuves irréfutables que le document était fondé sur des données trompeuses, non vérifiées, et qu’il n’a jamais été soumis au processus rigoureux d’évaluation interne de la NOAA, mis en place par ses propres soins. Lors de sa sortie, il avait émis des protestations vigoureuses, mais celles-ci avaient été ignorées par sa hiérarchie.

Tout cela va dans le bon sens, me direz-vous. Oui, mais pas dans le sens désiré par tout le monde, et certains ont décidé d’en prendre le contre-pied en se déclarant défenseurs de la recherche et des faits vérifiés, avant que la NOAA, sous la coupe d’une administration démocrate, ne fasse les frais d’un procès qui aura des répercussions sur les futures politiques environnementales du pays.

Plusieurs manifestations sont également prévues en France. On y verra des pancartes avec des slogans du type “Levez-vous pour la science !”, “De la science, pas du silence”, “La science, c’est vrai”, “Liberté = vérité”, qui seront repris en chœur par notre presse nationale, mais ne comptez pas sur elle pour vous en révéler l’origine et les fondements réels.

À lire aussi

Valeurs de droite et écologie : comment reconquérir un terrain perdu ?

Un parti qui voudrait redonner à l'écologisme la place qui lui revient se devrait de remet…