Cela fait des mois que ça dure. Des mois que vos collègues de bureau, amis, connaissances, famille et journalistes commentent la campagne présidentielle. Qui est bon, qui est mauvais, qui est crédible, qui a ses chances, qui est disqualifié, qui est infréquentable. Des mois qu’on vous explique qui est pourri, qui est honnête, qui est républicain, qui est raciste, qui rassemble, qui divise.

Mais dimanche, vous serez seul dans l’isoloir. Ce sera le moment de faire fi des commentaires que vous avez subis ces derniers mois, de vous rappeler quelle est votre intime conviction et quel présidentiable s’en rapproche le plus.

Rappelez-vous que vous ne plébiscitez pas un chef d’entreprise, mais le chef des armées. Rappelez-vous que vous n’élisez pas un fiscaliste, un économiste ou un comptable, mais le président de la République française. Rappelez-vous que vous ne choisissez pas un communicant naviguant à vue, mais un Président avec une vision claire des intérêts de la France à long terme. Rappelez-vous que vous ne choisissez pas une façon d’être, mais une façon de faire. Rappelez-vous que le président de la République n’est pas élu pour “faire le job”, mais pour remplir la charge de représenter la France et de la protéger pendant cinq ans. Rappelez-vous que vous ne votez pas pour le chef d’un terrain vague, mais pour le garant de notre histoire, de notre culture, de notre langue, de notre civilisation. Rappelez-vous que vous n’élisez pas le représentant d’une province européenne, mais le chef d’un État souverain. Rappelez-vous que le président de la République n’est pas élu à l’avance par les instituts de sondages, les journalistes ou les juges, mais par vous.

Souvenez-vous que l’élection du président de la République au suffrage universel a été voulue par le général de Gaulle comme la rencontre entre un homme et un peuple, non comme la rencontre entre un homme et des médias. Dimanche, dans l’isoloir, personne d’autre que vous ne choisira votre bulletin. Alors faites-le en votre âme et conscience.

À lire aussi

La violence doit-elle porter un gilet jaune pour faire l’actualité ?

Quand manifestera-t-on pour que l’on s’intéresse enfin aux agressions du quotidien ? …