Tiens, on a retrouvé Édouard Philippe !

Édouard Philippe, vous connaissez ? Le Premier ministre, grand, barbu, celui qui ne voulait pas de « bololo » avant le 17 novembre ? Sur les ronds-points, dans les manifestations du samedi, vous avez beau demander, écouter, on ne connaît qu’un nom : « Macron ». Et un prénom : « démission ». On commence tout de même à en connaître un autre : Castaner. Et pour cause. Mais Édouard Philippe, non, pas vu, pas passé par ici.

Et en effet, depuis un mois, le Premier ministre jouissait tranquillement de cette notoriété zéro. Rasage de murs. Matignon toutes lumières éteintes. Un Premier ministre fantôme. Surtout depuis qu’il avait ouvert la porte du jardin, un samedi soir, à un Benjamin Griveaux détalant devant un transpalette qui avait détruit sa maison de paille. On aurait sans doute fait de même. Histoire de ne pas insulter son avenir personnel. Histoire de ne pas perdre davantage de ce qui lui restait de cohérence alors que le Président détricote et rétropédale à tout-va. Il paraît que le 80 km/h était la limite à ne pas franchir, sinon Édouard quittait la bateau.

Mais il a suffi que le Président semble reprendre la main, que les sondages virent tous au vert pour qu’Édouard Philippe réapparaisse sur les écrans. Il participait, vendredi soir, à un petit débat du grand débat national, à Sartrouville, dans les Yvelines, dans la circonscription de Yaël Braun-Pivet, cette députée LREM connue pour avoir sabordé la commission d’enquête de l’Assemblée nationale sur Alexandre Benalla en août 2018. Une émule de Jean-Paul Delevoye, quoi.

Alors, des nouvelles du Premier ministre ? Eh bien, figurez-vous qu’il va très bien. Ni rhume ni grippe ni déprime hivernale. Il fera même plusieurs débats par semaine : « Dans des formats très différents, car il y a presque autant de formules que de débats : des petits, des grands, en ville ou à la campagne, avec ou sans la presse. Au moins deux à trois fois par semaine, plus si possible. » Quelle énergie ! On sent que sa cure de sommeil lui a été bénéfique.

Et sinon, qu’a à nous dire le chef du gouvernement, l’homme censé « déterminer et conduire la politique de la nation » ?

D’abord, un mea culpa de bon aloi. « Moi, j’ai jamais aucun problème à dire “Je me suis trompé”. » Sauf que rien ne sera dit sur les 80 km/h : à Sartrouville, visiblement, il n’y a pas de radars, pas de gendarmes qui verbalisent. Bizarre, on ne vit pas dans le même pays… Et qu’il défend sa suppression de l’ISF.

Ensuite, une banalité qui ne mange pas de pain (ni de milliards) sur la fiscalité « trop complexe ».

Enfin, une vraie conviction sur le RIC : « Si on fait ça, on rentre dans une mécanique qui est terrible, où on passe son temps à remettre en cause des choses (votées). » Pas faux. Mais pas inintéressant, non, de remettre en cause des choses votées ? C’est un peu ça, la démocratie, d’ailleurs. Et c’est ce qui est effectivement arrivé, sans RIC, à l’ISF depuis 1981 : voté, dévoté, revoté, etc.

Mais, on l’a compris, l’important, c’est le débat, le petit, le grand, l’urbain, le rural, le débat trois fois par semaine, le débat jusqu’à plus soif. Jusqu’à plus de gilet jaune.

« On a un débat bien français, passionné, parfois ça chauffe un peu, mais c’est comme ça, c’est normal. On est dans un pays où, un vendredi soir – à 11 heures moins le quart ! -, il y a des femmes, des hommes qui considèrent que c’est important de parler ensemble de ce qu’ils souhaitent pour leur pays. Rien que ça, ça devrait nous donner la pêche. »

Il a de l’humour, Édouard Philippe : le bololo lui a redonné la pêche. Merci, les gilets jaunes ! D’ici qu’avec le RIC, ils aient maintenant envie de le « hérisser ». Mais à la sortie de la salle, des gilets jaunes l’attendaient en hurlant « Macron démission ». Ouf, le Premier ministre est soulagé : il peut continuer le débat. Et retourner s’enfermer dans sa maison de pierre pour l’acte XI.

À lire aussi

Un autre grand critique littéraire s’en est allé : Jean-Pierre Richard

Décidément, certains écrivains semblent manifester leurs connivences jusque dans leur faço…