Présidentielle 2017

Selon l’IFOP, 51 % des gendarmes s’apprêtent à voter Marine Le Pen

Ancien officier de Gendarmerie

Diplômé de criminologie et de criminalistique

 

Un sondage IFOP/L’Essor de la gendarmerie nationale confirme les enquêtes du CEVIPOF (Sciences Po) sur l’importance du vote mariniste dans les professions de la sécurité (militaires, gendarmes et policiers). Selon ce sondage, 51 % des gendarmes s’apprêteraient à voter pour Marine Le Pen, contre 22,5 % des Français – soit plus de deux fois plus. Très loin, nous trouvons Emmanuel Macron (16,5 %) et François Fillon (14 %), les huit autres candidats se partageant les 18,5 % restants. Le vote lepéniste serait particulièrement fort en gendarmerie mobile (65 %). Les officiers, eux, ne seraient que 17 % à voter Marine Le Pen, leurs suffrages se portant à 42 % sur François Fillon. Sans surprise, l’enjeu le plus important est celui de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme (74 % contre 43 % pour l’ensemble des Français). En 2012, 43 % avaient voté Marine Le Pen, soit 8 points de moins qu’aujourd’hui.

Élément intéressant, le vote FN est nettement moins répandu parmi les gendarmes qui ont moins de deux ans d’ancienneté (33 %) que parmi ceux qui ont intégré les rangs de la maréchaussée depuis plus de deux ans (plus de 50 % de vote FN). Cet écart s’explique par le fait que les personnes les plus récemment entrées dans la gendarmerie ont été moins exposées que leurs collègues plus anciens à la délinquance.

Trois chiffres sont révélateurs :

– D’abord celui, général, de 51 %. N’oublions pas que les gendarmes sont des militaires avant d’être des policiers, l’esprit de corps et l’entraide y sont toujours présents. Ils savent qu’en 2015, 4.886 de leurs camarades ont été blessés en service commandé, dont 1.816 dans le cadre d’agressions, et que celles-ci ont fortement augmenté en un an (+26,7 %). La ruralité est de moins en moins épargnée, la délinquance urbaine n’hésite plus à se déplacer dans les campagnes. Cette France périphérique et les pandores avec elle observent dans les villages ces bandes urbanisées envahir fêtes de village et bals populaires en essayant d’y faire régner leur loi. Nos militaires sentent monter la délinquance et discernent le désarroi de la population en se désolant d’une justice qu’ils perçoivent comme inefficace.

– Celui de 65 % pour la gendarmerie mobile est, lui aussi, significatif. Celle-ci, depuis l’opération Sentinelle et les manifs de l’extrême gauche, est suremployée. Elle prend des coups, elle se fait insulter mais, surtout, elle ne voit pas, derrière ces manifestations violentes, une réelle volonté de l’État à vouloir réprimer celles-ci. De plus, dans les cars, lors d’attentes parfois interminables, les « moblots » (surnom des mobiles) ont tout loisir de s’exprimer sur leur ras-le-bol, sur la politique ou sur les blessés et l’agressivité des manifestants.

– Celui, faible (17 %), des officiers votant Le Pen. Trois raisons : la première tient à l’espérance de carrière, le but est de terminer officier supérieur, voire officier général. L’avancement ne se fait pas uniquement au mérite mais aussi sur des critères non professionnels (opinions politiques, adhésion à la franc-maçonnerie, etc.). Souvenez vous du général Soubelet expliquant, après les régionales : « Six millions de Français ont voté FN, cela me glace le sang. » La deuxième au fait que les officiers éloignés du terrain n’ont pas le stress des sous-officiers. Leur travail se fait plus dans les bureaux. Enfin, la troisième à la nature du milieu officier, un milieu où l’on se croise et s’observe. Si l’on peut pardonner que la fougue d’un officier subalterne l’entraîne à voter Marine, on excusera difficilement un tel choix pour un officier confirmé.

On peut comprendre, dans ces conditions, pourquoi ce sondage ne suscite par l’enthousiasme à la Direction générale de la gendarmerie nationale.

Diplômé de criminologie et de criminalistique

POUR ALLER PLUS LOIN