À l’instar du général Ract-Madoux, le général Martinez rappelle que la désignation du chef de l’État est aussi celle du chef des , élément d’importance dans le contexte actuel et complètement oublié durant cette .

Les 2 % du PIB demandés pour la par le général Ract-Madoux et promis par lui paraissent, en revanche, notoirement insuffisants.

20 avril 2017

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Éveiller les consciences, une obligation autant qu’une nécessité

Par sa démission, le général de Villiers a su briser le silence car non seulement la vie d…