Mon cher Francis Huster, que t’a donc fait Molière

Pour que depuis des mois, accroché à sa bière,

Tu veuilles devenir son premier laudateur,

Et à marche forcée lui rendre les honneurs !

 

Pauvre Molière ! Lui qui fut de son vivant

Le plus impertinent et le plus insolent

Des auteurs de théâtre, et le plus subversif,

Qui à tout conformisme se montra rétif ;

Lui qui fut censuré, haï par les puissants,

Par les prédécesseurs de tous nos bien-pensants,

On le voit aujourd’hui loué, récupéré

Par tous ces importants dont il s’était moqué ;

Devenu le faire-valoir des Trissotin,

Des Tartuffe nouveaux et des Monsieur Jourdain !

 

Déjà il avait eu tous les ans sa soirée,

Ce moment d’entre-soi qui l’avait condamné

À n’être qu’une statuette de laiton

D’une fête microcosmique de salon,

Où les conformités s’étalent, se répondent,

Où les engagements convenus se fécondent,

Et où chacun y va de la brosse à reluire ;

Où l’on a bien pris soin en venant de s’enduire

De générosité et surtout de toupet,

Si bien que j’avais proposé à Dumontet,

L’anti-haineux programmateur des humoristes

Haineux, tous ces grands généreux, ces beaux artistes,

Qui veulent envoyer au Bataclan,

Qu’une once de bon sens soit remise dedans :

Que donc l’événement soit décentralisé

Dans la Creuse, à Guéret, puis ensuite à Béziers ;

Bref, très loin de Paris, là où précisément

Jean-Baptiste devint Molière, évidemment

– Car avant de jouer ses pièces à Paris,

Il était à Marvejols ou Saint-Martory ;

Une soirée nouvelle où l’on décernerait

Au fin fond de ces provinces qu’il parcourait

La petite statue, seulement à ceux qui

Se montrent aujourd’hui insolents comme lui,

Qui raillent les dévots des salons médiatiques…

Mais le grand producteur méprisa ma supplique !

Donc Molière resta le joujou des puissants,

Du bobo ridicule et de leurs courtisans.

 

Hélas ! Il n’avait pas tout à fait expié :

Alors tu as voulu le panthéoniser !

Grand discours de Macron, dévot de la finance,

Contempteur des Français, destructeur de la France,

Je t’imagine en maître de cérémonie

Ou comme le Malade en grand mamamouchi,

Conduisant le grand homme à sa tombe de marbre,

Lui qui aurait voulu reposer sous un arbre !

 

Tout semblait accompli. Mais ça ne l’était pas !

Car voilà qu’à présent, sur Céniouze, tu vas

Distribuer les rôles à ses personnages

Et comme Dieu tu les recrées à ton image ;

Tu réponds à un estomaqué

Que Zemmour, c’est Tartuffe : il fallait le trouver !

Eh, comme Match, pourquoi pas Don Juan ?

Ou Bélise nympho, ou Vadius le pédant ?

Ou Thomas Diafoirus, détrônant le Cymès ?

Ou Madame Pernelle ? Ah ! foi de Pelaez,

en hypocrite, ah, mais quelle sottise !

Qu’importe ! Il fallait sûrement que tu le dises,

Car enfin… Mais enfin… Qu’on l’aime ou le déteste,

Qu’on soit en désaccord ou en accord céleste,

La seule chose qu’on ne peut lui contester,

C’est que cet homme est pétri de sincérité.

Tout le contraire de ce qu’était le Tartuffe,

Flattant les faux dévots, reniflant de sa truffe

Le moindre cul béni qui passait près de lui,

Menteur et imposteur et de corps et d’esprit,

Alors que lui s’emploie à montrer l’imposture

De ce politiquement correct qu’on endure…

 

Je t’aime bien, Francis, mais c’est trop, cette fois,

Dans ton zèle un peu niais, tu dis n’importe quoi !

À ce degré de flou, de torsion de l’esprit,

On n’a plus qu’à danser au bal des incompris.

Et si tu veux savoir qui sont les successeurs

Aujourd’hui de tous ces éternels imposteurs,

Lis donc ma Trilogie Molière, à la veillée !

Et d’ailleurs je t’avais proposé de jouer

Mon Tartuffe nouveau, Krüger l’humanitaire

De la et qui fait sa carrière

Sur les malheurs du monde. Oui, mais quand on est prince,

On ne daigne répondre à un plouc de province…

Dommage car pour toi ce rôle était parfait ;

Tu l’aurais porté tel que je l’imaginais.

Et certes tu risquais d’y briser ta carrière,

Mais bien mieux que Zemmour, tu aurais fait l’affaire !

 

 

16 octobre 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

4.8 4 votes
Votre avis ?
35 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires