Quelle surprise, ce matin, au moment de me connecter à mon poste de travail et de lancer une recherche sur le moteur de recherche le plus célèbre au monde, de découvrir ce message de bas de page : « Découvrez comment nous soutenons la communauté + avec The Trevor Project. »

Ainsi donc, ce petit clic réflexe apparemment si anodin, et qui nous ouvre la porte du village planétaire, est bel et bien un acte qui nous engage, sans trop le savoir, dans des mobilisations dont nous voilà sommés d’être solidaires.

Nous voici donc, millions d’usagers quotidiens de Google, soutiens affichés et financeurs de la cause LGBTQ+. Cliquons plus loin : « Les nouvelles règles de distanciation physique et de restriction des déplacements posent des difficultés inédites aux jeunes LGBTQ+. En effet, un grand nombre d’entre eux se retrouvent isolés et privés des réseaux de soutien qui leur sont essentiels. »

Plus grave que le Covid-19, donc, l’isolement d’une communauté qui s’auto-définit par ses penchants sexuels et qui, confinement oblige, voit les occasions de « contacts » se limiter…

« C’est pourquoi, poursuit Google, à l’occasion des célébrations des fiertés de cette année, Google.org aide The Trevor Project à faire connaître TrevorSpace.org, une communauté en ligne internationale destinée aux jeunes LGBTQ+ âgés de 13 à 24 ans. Dans le cadre de son engagement envers les fiertés, Google.org donnera plus de 3 millions de dollars à des organisations LGBTQ+ du monde entier… » 13 ans, vous avez bien lu… Et si nous nous connectons depuis notre MacPro, Apple aura pris soin de nous avertir que la communauté de ses usagers est solidaire du mouvement « »…

Si on l’ignorait encore, voici une illustration de la toute-puissance planétaire de ces géants du Web, plus riches et plus puissants que les peuples et leurs États. Non contents d’alimenter notre fameux « temps de cerveau disponible » – temps disponible de plus en plus large, cerveau de plus en plus réduit -, les voici ouvertement leaders d’opinion, outils devenus maîtres de nos vies robotisées et déconnectées du réel.

Comme un symbole, on apprend que les assistants vocaux Siri et OK Google, ces douces voix qui dirigent les moindres gestes de notre quotidien et sans lesquelles nous ne savons plus ni penser ni agir, ces voix qui nous interpellent, nous font taire et nous transforment en un grand troupeau de moutons bêlants, ces voix auxquelles on obéit comme à la voix de son maître, nous invitent désormais à nous mettre à genoux.

À lire aussi

Cet été, visitez Hunspach !

C'est le Village Préféré des Français, cette année... …