Editoriaux - International - 14 novembre 2018

Vouloir un monde multipolaire, c’est trahir notre civilisation

Paradoxalement, le souhait de Macron de forger une armée européenne “face à la Russie” et “sans dépendre des États-Unis” est vécu comme “insultant” par Trump, tout en étant salué par Poutine en tant que “processus positif du point de vue du renforcement du caractère multipolaire du monde”.

« Multipolaire » : le mot a tout pour plaire aux souverainistes et autres conservateurs de droite – a fortiori, dans la bouche de Poutine. À les entendre, l’Europe et la France y gagneraient en marge de manœuvre, notamment face à l’hégémon états-unien. Ils font mine d’ignorer que la multipolarité est le terme politiquement correct pour signifier la relégation de l’Occident, c’est-à-dire de la civilisation européenne. Ce déclin est, certes, difficile à inverser, mais se battre pour le hâter relève de la trahison civilisationnelle. Ce qui n’est pas la moindre des contradictions de la droite identitaire.

En outre, un monde multipolaire serait bien davantage propice aux guerres inter-étatiques : le « moment unipolaire » américain des années 1990 fut marqué par les guerres civiles, conséquences de la fin du duopole américano-soviétique. Jusqu’en 1945, le monde était multipolaire – nous en connaissons le résultat.

Les patriotes français devraient prendre conscience de la dimension fratricide de leur antiaméricanisme et adopter l’idéal d’un empire occidental s’étendant de Seattle à Vladivostok. Car, alors que nous pensions avoir tiré toutes les leçons des deux guerres civiles européennes, le conflit intestin se poursuit. Tout devrait, pourtant, nous pousser à nous (ré)unifier : les projections démographiques alarmantes, le rattrapage économique et militaire des mondes extra-européens ainsi qu’un sens de la famille élargie que nous formons.

À l’ère du choc des civilisations, il est malheureux que les États-Unis et la Russie ne forment pas, avec l’Europe, un seul et même camp, et que Moscou soit le quasi-allié de Pékin. Si un véritable rapprochement américano-russe s’installait dans la durée, il aurait certainement pour conséquence de faire advenir l’alliance islamo-confucéenne anticipée et redoutée par Samuel Huntington (qui n’a, toutefois, jamais prédit d’alliance américano-russe, du fait d’une pseudo-distinction civilisationnelle).

La Chine se retrouverait, en effet, plus isolée que jamais, tandis que l’Occident s’éloignerait encore davantage du monde musulman (à l’exception des rares pays qui sauront résister à l’offensive fondamentaliste). Ces deux mondes – le premier lâché par les Européens et les États-Unis, le second par la Russie – seraient alors contraints de se rapprocher, sur le modèle de l’alliance sino-pakistanaise.

Une nouvelle bipolarité se constituerait alors, dans laquelle l’Occident continuerait d’écrire l’Histoire.

À lire aussi

L’Occident peut-il encore se permettre d’être altruiste ?

Le biologiste Richard Dawkins définit l'altruisme comme une action qui augmente les chance…