Discours - Editoriaux - Politique - 7 janvier 2018

Vous voulez convaincre ? Rendez-vous le 2 juin pour le premier concours de la parole

J’ai ce projet dans la tête depuis longtemps.

Depuis que la parole me passionne et que je l’estime dénaturée par une multitude d’exercices et de compétitions conventionnels.

J’envisage de le réaliser le 2 juin 2018 avec un jury que je solliciterai et qui sera vraiment prestigieux. C’est lui qui choisira et proposera le sujet unique à tous les participants présents au matin de la journée décisive. Le thème, je le garantis, n’aura rien de commun avec la sophistication, l’incongruité, les paradoxes, le faux esprit français qui généralement sévissent et confondent la parole avec un divertissement de salon.

Ce concours sera ouvert à tous, célèbres ou anonymes, professionnels ou non, de quelque endroit qu’ils viennent, de quelque origine qu’ils soient, pour tous âges. L’inscription sera gratuite.

L’épreuve ne visera pas à distinguer la meilleure technique, la rhétorique la plus affinée, la posture la plus travaillée mais à couronner l’aptitude à l’oralité, une coulée de vie, un élan d’intelligence, de liberté et d’improvisation. Moins l’imparfait du subjonctif que la vigueur du souffle.

Tous les candidats seront à égalité. Chacun aura une demi-heure pour structurer mentalement son intervention avec interdiction de tout support. Chacun n’aura à compter que sur soi.

Et disposera de dix minutes, délai strictement respecté, pour convaincre, séduire, plaire et gagner à l’issue de la journée après une délibération du jury, qui ne sera pas de pure forme.

Les modalités que je viens de décrire feront de cet affrontement une entreprise totalement originale par rapport à l’ordinaire des joutes universitaires, judiciaires et politiques s’assignant pour ambition de promouvoir l’éloquence. En effet, elles contraindront à sortir de soi la parole, la liberté, l’intelligence et l’argumentation nues : l’essence même du talent et du discours.

Les candidatures, que j’espère nombreuses, seront transmises à cette adresse : concours@institut-de-la-parole.com

Extrait de : Justice au Singulier

À lire aussi

Paris, Grenoble : l’une en perdition, l’autre à vau-l’eau…

Donc courage, fuyons. C'est la doctrine grenobloise... …