Le 21 novembre 2020, lors de l’élection des représentants régionaux et municipaux (23 gouverneurs, 335 maires, 2.400 conseilleurs municipaux, etc.), l’opposition au régime de Maduro, faute d’avoir été unie et d’adopter une ligne politique claire, avait subi une véritable déroute électorale. Paradoxalement, une forme d’espérance émergeait dans l’État de Barinas, avec la victoire d’un des candidats de l’opposition, Freddy Superlano, qui l’emportait avec 37,6 % des suffrages. Une victoire certes marginale (4 sur 23 États) mais emblématique, car cet État était détenu depuis 1998 par la dynastie des Chávez (le père Hugo de los Reyes, de 1998 à 2008, puis Adán, un des frères de l’ancien président jusqu’en 2016 et, enfin, un autre de ses frères, Argenis, jusqu’en 2021).

Le pouvoir multipliait alors les manœuvres et, via la Cour suprême, annulait non seulement l’élection mais déclarait de plus inéligibles, pour des motifs fallacieux, tour à tour Freddy Superlano mais aussi son épouse Aurora de Superlano et convoquait de nouveau les électeurs pour le dimanche 9 janvier. L’opposition, unie cette fois sous la bannière de la MUD (Table de l’unité démocratique), nommait alors Sergio Garrido, un opposant à la faible notoriété mais originaire de cet État. Battu, Argenis Chávez, gouverneur sortant, renonçait à se représenter. Ancien vice-président du Venezuela, ex-ministre des Affaires étrangères, Jorge Arreaza, également ancien gendre de Chávez, né à Caracas, était alors parachuté dans cet État de près d'un million d’habitants situé dans le sud-ouest du Venezuela, non loin de la frontière avec la Colombie. Malgré l’importante mobilisation déclenchée par le pouvoir avec la venue de plusieurs ministres, la référence omniprésente au « Commandante », dimanche 9 janvier, Sergio Garrido était élu gouverneur de manière incontestable avec 55,36 % des suffrages, contre 41,27 % pour Jorge Arreaza, le candidat du uni du Venezuela (PSUV).

Cette victoire, certes symbolique, avec une participation supérieure à celle de novembre (51,89 % contre 41,8 %), devrait enfin inciter l’opposition, et en particulier son leader, Juan Guaidó, reconduit mardi 4 janvier « pour un an » malgré de nombreuses contestations, à travailler, avec les diverses composantes qui l’animent, à un véritable programme de sortie de de ce pays et non pas s’en remettre aux sempiternelles solutions hégémoniques de Washington...

Faut-il encore rappeler que le a perdu, entre 2013 et 2020, plus de 80 % de sa richesse ? Ce pays détient pourtant les plus importantes réserves mondiales de pétrole brut, les quatrièmes de gaz naturel, un sous-sol aux nombreuses ressources minières (or, bauxite, fer, nickel, charbon, etc.), des terres agricoles de grande qualité, sans omettre son réel potentiel touristique (plages magnifiques, villes coloniales superbes, espaces naturels impressionnants comme celui du delta de l’Orénoque, montagnes, etc.) !

15 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

0 0 votes
Votre avis ?
2 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires