Se faire vacciner tout de suite ou plus tard ? L’équipe gouvernementale ne sait plus… Conseillers et ministres arpentent salles de réunions et couloirs. Allées et venues, grattages de tête, graphiques sur des tableaux, concertations…

La complexité du dilemme ronge les instances du pouvoir, détruit les âmes et la santé des communicants. Le pour et le contre hantent les nuits du Président qui se répète en boucle les données du problème :

– se faire vacciner immédiatement pour donner l’exemple, mais prendre le risque d’apparaître comme un privilégié qui bénéficie de passe-droits. Peuple en colère, soulèvement national, envahissement de l’Élysée par des révoltés menés par un personnage déguisé en bête sauvage ;

– attendre son tour, mais être soupçonné de se défiler et, ainsi, attiser la défiance du peuple, d’où un refus massif de la vaccination, une colère et un envahissement de l’Élysée par un homme déguisé en bête sauvage.

Quelle que soit la décision, l’issue est fatale. Les conséquences désastreuses. Une faible lueur d’espoir, peut-être. Selon Le Parisien, un proche du chef de l’État aurait déclaré, sous couvert d’anonymat (Zorro ?) : « Une réflexion est en cours, il va peut-être se passer des choses dans les prochains jours » Ah ! Enfin… Mais quoi ?

Un autre anonyme décrit comme « pilier du macronisme » par le frétillant Parisien aurait confié que Jean Castex pourrait franchir le pas d’un instant à l’autre : « Il pourrait le faire assez rapidement, peut-être même dans les prochaines heures. » Le lieu restant à définir : sur la rampe de lancement d’Ariane, place de la Concorde ou dans l’arrière-salle d’un tripot ? Plusieurs écoles s’affrontent. Toujours selon des bruits et murmures colportés par Le Parisien, encore un autre Zorro de l’Élysée aurait affirmé : « Pour les images de la piqûre en direct et devant des millions de Français, vous oubliez. Ça ne doit pas non plus être un show. » Le catimini semble l’emporter.

Partant de cet acte irréversible, le Premier ministre devient le cobaye officiel du gouvernement. Son comportement épié, ses faits et gestes analysés. « Comment va Jean ? » « Vous avez des nouvelles de Jean ? » « J’ai l’impression que ses cheveux repoussent », etc. Ensuite, selon l’état de santé de Jean et les réactions des Français, se fera vacciner devant les caméras du monde entier. En cas d’accroissement de la cote de popularité : une injection par semaine. L’ordonnance des communicants est sans appel.

Concernant les autres membres du gouvernement, le Président procédera à un tirage au cours du prochain Conseil des ministres : « pique et pique et colegram, ce sera toi qui y seras »… Marlène Schiappa. Vaccinée par son coiffeur. La prochaine couverture de Santé Magazine.

8 janvier 2021

À lire aussi

La pétulante Rachel Levine nommée adjointe à la Santé par Joe Biden

Le gouvernement de l'octogénaire en herbe de la Maison-Blanche s'annonce donc comme une vi…