L’État va tenter de désengorger la région parisienne où se trouvent près de la moitié des demandes d’asile en envoyant 2.500 migrants par mois dans les régions où la pression migratoire est moins forte.

Au micro de Boulevard Voltaire, réaction de Julien Odoul qui dénonce « une politique dangereuse pour la survie de notre nation ».

 

« Un plan pour envoyer les migrants dans les régions » c’est ce que titre Le Républicain lorrain.
Près de 2500 migrants vont être éparpillés dans les différents territoires ruraux du pays.
Cette décision a de quoi surprendre. Quelle est votre opinion à ce sujet ?

Cette décision n’est pas surprenante. C’est le projet de nos élites mondialistes et immigrationnistes depuis des années. Nous l’avions dénoncé dès 2015 avec Marine Le Pen et les projets de monsieur Valls à l’époque aidé par quelques élus de droite. Ils avaient l’intention de disséminer les migrants de Calais dans la ruralité. Le mérite de ce plan c’est qu’il est écrit noir sur blanc, au moins le gouvernement ne s’en cache pas, qu’il faut désengorger la capitale. C’est un appel d’air considérable pour faire venir un maximum de migrants dans nos territoires. Mais surtout, cette décision inflige de nouvelles peines et de nouveaux malheurs à la ruralité qui n’en a pas besoin. En effet, elle souffre déjà de multiples fractures territoriales, de l’abandon des politiques publiques, du chômage de masse et de la précarité. Elle va recevoir un impôt migratoire supplémentaire.
Si je vois juste pour ma région, Bourgogne-Franche-Comté, c’est une augmentation assez hallucinante. On compte 150 demandeurs d’asile par mois. Des centres de demandeurs d’asile vont être construits et implantés un peu partout dans la région. Ce sera également une menace à la fois pour la cohésion sociale, une injustice majeure puisque les Bourguignons et les Francs-comtois ne profiteront pas de la même générosité de l’État. C’est aussi une menace pour la sécurité des habitants puisque l’on sait très bien que l’immigration massive rime malheureusement avec insécurité massive.

La ministre déléguée chargée de la citoyenneté, Marlène Schiappa avait annoncé que le gouvernement avait considérablement renforcé les moyens de protection des réfugiés et des apatrides. Elle a dans ce même courrier, incité les collectivités locales à prendre leur part dans cet effort. Plutôt que de concentrer tous les migrants dans certains endroits comme Paris ou Calais, ne faudrait-il pas plutôt les répartir de manière un peu plus équilibrée sur le territoire ? On serait tenté de dire que ce n’est pas si idiot que cela…

Les collectivités locales prennent déjà leur part en termes de soutien et de subventionnement de l’immigration massive. Depuis 2016, le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a voté plus de 17 millions d’euros pour les seuls migrants dans la région pour leur octroyer des formations linguistiques, pour subventionner leur arrivée, leur installation et tout un réseau associatif qui vit de l’immigration et de l’accueil des migrants. Ces subventions plombent à la fois les comptes publics et cela constitue aujourd’hui un vrai budget pour les collectivités territoriales. Je parle aussi des départements. On parle aussi de l’installation et du subventionnement des faux mineurs isolés qui sont en réalité nombreux et qui pour la plupart d’entre eux, ne sont pas mineurs. Ils coûtent 2 milliards d’euros à la charge des seuls départements. À un moment donné, il faut dire stop puisque disséminer les problèmes ne va pas les faire disparaître. Le véritable problème est d’arrêter de faire venir des migrants et d’arrêter les pompes aspirantes.

En tant qu’élu local, quel levier avez-vous pour vous opposer à cette décision ?

On a un levier en termes d’opposition dans les assemblées. C’est ce que nous faisons avec mes collègues du groupe Rassemblement national. Nous sommes les seuls à avoir dénoncé et à nous être opposés à toutes les subventions dédiées à l’accueil des migrants et aux subventionnements de l’immigration massive. Je dis bien les seuls puisque tous les élus de droite, les Républicains qui nous font la leçon sur les valeurs et notamment Gilles Platret qui sera le candidat LR aux régionales en Bourgogne-Franche-Comté ont voté toutes les subventions en faveur des migrants depuis le début du mandat.
Le deuxième levier est celui des citoyens. Dans quelques mois, il y aura les élections départementales et régionales. Le vote Rassemblement national est un vote de résistance et un vote de refus de cette dissémination de l’immigration. C’est aussi un vote de survie. Si on veut aujourd’hui vivre dans toutes les régions de France, si on veut avoir un cadre de vie respecté et si on veut tout simplement être les premiers servis chez nous, il faut que le RN gagne les élections régionales et départementales pour qu’il y ait le plus d’élus en capacité de résister à ces politiques qui sont dangereuses pour la survie de notre nation.

8 janvier 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.