Sonnez hautbois, résonnez musette, « Pfizer a trouvé un vaccin efficace à 90 % », ce que toutes les places financières ont salué par une envolée des cours de Bourse ! Dommage pour les trumpistes que l’annonce n’ait pas été faite avant les élections, mais ce sont certainement les hasards du calendrier…

Sans vouloir jouer les rabat-joie, il est peut-être un peu tôt pour penser que le problème du Covid-19 sera rapidement réglé par ce moyen.

Certes, si vous avez injecté à la moitié d’un groupe de 40.000 personnes de l’eau distillée et à l’autre moitié votre produit à tester, et que vous constatez que la seconde a dix fois moins contracté la maladie que la première, vous avez de bonne raisons de penser que vous êtes sur la bonne voie. Mais il reste encore beaucoup d’inconnues et d’écueils à contourner.

On note d’abord que, contrairement à la technique classique à base de virus vivants atténués (provoquant la réaction immunitaire, mais pas la maladie), la technique est nouvelle, jamais utilisée pour l’homme, et à base d’ARN messager. Ce qui n’autorisera pas la conservation de ce vaccin dans un simple réfrigérateur, mais à une température de l’ordre de -70 °C ; donc, pas chez votre pharmacien mais dans des centres très équipés dont on sait qu’ils ont tendance à inhiber une frange de la population. D’autant que deux injections espacées de quelques semaines seront nécessaires…

Enfin, si l’immunité conférée par ce vaccin semble apparaître au bout de quatre semaines, on ignore encore combien de temps elle persiste. Pour la grippe, on sait qu’il faut se vacciner tous les ans. Qu’en sera-t-il pour le Covid-19 ? Un an, plusieurs années ou quelques mois seulement ?

Pfizer garde d’ailleurs « de Conrart le silence prudent » sur d’éventuels effets secondaires. À court terme, il est en effet possible qu’il n’en ait constaté aucun. Mais combien de temps faudra-t-il pour considérer que c’est définitivement le cas, d’autant qu’on sait que d’autres laboratoires ont dû interrompre leurs expérimentations pour ce motif.

En résumé, encore beaucoup d’incertitudes, auxquelles s’ajouteront celles des autorisations de mise sur le marché dans chaque pays, pas toujours inspirées par des motifs strictement scientifiques.

De nombreux pays figurent, toutefois, déjà sur le carnet de précommandes de la société pour des dizaines de millions de dose, tandis que certaines réactions pavloviennes n’ont pas tardé. Comme celle du porte-parole d’Oxfam : « Le vaccin sera efficace à 0 % pour les personnes qui n’ont pas les moyens d’y accéder. » Ou celle de Yannick Jadot, se déclarant en faveur de l’obligation vaccinale, contrairement à une bonne partie de ses « amis » verts plus adeptes du curcuma et des huiles essentielles.

Chez EELV, voila de quoi meubler les longues soirées d’hiver…

13 novembre 2020

À lire aussi

Une enquête pour « harcèlement moral » vise la députée LREM Laetitia Avia

Qui croira qu’une aussi belle personne, aussi indispensable à la République, ait pu commet…