Connaissez-vous Josep Borrell ? Vous ne perdez rien à ne pas le connaître, mais il vaut la peine de s'intéresser à ses propos, car ce socialiste et ancien ministre espagnol est vice-président de la Commission européenne et haut représentant de l'Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité. On peut donc penser qu'il traduit la politique officielle de l'Union européenne, notamment en matière d'immigration.

Invité de LCI, le chef de la diplomatie européenne a donné son point de vue sur l'intérêt des migrations : « Qu'on aime ou pas, qu'on se réjouisse ou qu'on regrette, l’hiver démographique de l’Europe est comblé par les apports du reste du monde [...]. Des sociétés préfèrent le vieillissement au mélange [...] et d'autres qui pensent qu'il faut un apport extérieur régulé, maîtrisé. » Vous l'aurez compris, la venue des immigrés compense le déficit de la natalité européenne, il faut donc l'organiser. Voilà qui éclaire, s'il en était besoin, la politique de notre gouvernement.

Dans ce domaine comme dans d'autres, Macron est, en effet, le bon élève de l'Europe, au point qu'on se demande parfois si c'est pour la France ou l'Europe qu'il travaille – à moins qu'en bon égocentrique, il ne ramène le monde à lui-même. Quand il plaide pour une meilleure répartition des immigrés sur le territoire, notamment dans les « espaces ruraux, qui eux sont en train de perdre de la population », il ne dit pas autre chose que Josep Borrell. Tout comme Gérald quand il propose, dans le cadre du projet de loi Immigration, de créer « un titre de séjour métiers en tension ».

Ce parti pris pour l'immigration traduit non seulement un renoncement aux nations, mais aussi une conception de la société, où tous les hommes sont interchangeables, quelle que soit leur nationalité et leur culture, pourvu qu'ils contribuent à l'activité économique. Il s'agit de disposer d'un stock d'exécutants, si possible dociles, pour la faire fonctionner dans une perspective mondialiste. Dans l'esprit de nos dirigeants, la France n'est qu'un élément de l'Europe et ils s'accommoderaient bien de sa disparition si elle n'était pas utile à la vie économique de l'ensemble.

Nos prétendues élites sont incapables de concevoir d'autres solutions que l'immigration pour pallier le déficit démographique. Elles rejettent une politique familiale et nataliste, considérée comme passéiste et réactionnaire, qui permettrait pourtant de renforcer la population française, de renouveler les générations et de maintenir la viabilité de la protection sociale. La France s’enorgueillit d’être championne d’Europe de la natalité, avec 1,8 enfant par femme, alors qu'il faudrait un taux de fécondité de 2,1 enfants pour garantir la stabilité de la population. Qu'à cela ne tienne : l'immigration est la panacée !

On ne peut qu'être révolté par une telle incurie de nos gouvernants. Ils appellent « pragmatisme » ce qui s'apparente objectivement à une trahison. Il est urgent de les remplacer : il y va de la survie de la France.

9258 vues

13 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

34 commentaires

  1. Dans la nature ,quand l’homme modifie l’équilibre naturel cela fini à la longue en catastrophe !! Sur le plan humain j’ai bien peur que cela soit pareil !!

  2. Se poser la question de savoir si macron œuvre pour la France ou l’europe ? Il suffit de voir la propension avec laquelle il occulte le drapeau français au profit de celui européen .

  3. Bravo et merci de dénoncer cette politique suicidaire et de souligner l’évidence.
    Il serait tellement plus logique de favoriser une véritable politique nataliste, qui finalement coûterait moins cher que cette immigration massive .
    Mais personne n’en parle. Cette option semble totalement ignorée par nos politiques…

  4. D’un côté on nous dit que la planète va mourir de surpopulation, d’un autre on nous dit qu’il faut faire plus d’enfants car il y déficit démographique en Europe, tout cela n’a aucun sens!
    Pourquoi ne pas éduquer les populations pauvres des pays à forte croissance démographique à faire moins d’enfants ?
    Car c’est bien ce qui permettrait, comme ce fut le cas chez nous, de sortir ces familles de la misère en ayant moins de bouches à nourrir, et réduirait la pression migratoire ?

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter