Quand l’Europe dicte à la France sa politique d’immigration

borell
Cet article vous avait peut-être échappé. Nous vous proposons de le lire ou de le relire.
Cet article a été publié le 13/11/2022.

Vous l'aurez compris, la venue des immigrés compense le déficit de la natalité européenne, il faut donc l'organiser. Voilà qui éclaire, s'il en était besoin, la politique de notre gouvernement...

Connaissez-vous Josep Borrell ? Vous ne perdez rien à ne pas le connaître, mais il vaut la peine de s'intéresser à ses propos, car ce socialiste et ancien ministre espagnol est vice-président de la Commission européenne et haut représentant de l'Union pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité. On peut donc penser qu'il traduit la politique officielle de l'Union européenne, notamment en matière d'immigration.

Invité de LCI, le chef de la diplomatie européenne a donné son point de vue sur l'intérêt des migrations : « Qu'on aime ou pas, qu'on se réjouisse ou qu'on regrette, l’hiver démographique de l’Europe est comblé par les apports du reste du monde [...]. Des sociétés préfèrent le vieillissement au mélange [...] et d'autres qui pensent qu'il faut un apport extérieur régulé, maîtrisé. » Vous l'aurez compris, la venue des immigrés compense le déficit de la natalité européenne, il faut donc l'organiser. Voilà qui éclaire, s'il en était besoin, la politique de notre gouvernement.

Dans ce domaine comme dans d'autres, Emmanuel Macron est, en effet, le bon élève de l'Europe, au point qu'on se demande parfois si c'est pour la France ou l'Europe qu'il travaille – à moins qu'en bon égocentrique, il ne ramène le monde à lui-même. Quand il plaide pour une meilleure répartition des immigrés sur le territoire, notamment dans les « espaces ruraux, qui eux sont en train de perdre de la population », il ne dit pas autre chose que Josep Borrell. Tout comme Gérald Darmanin quand il propose, dans le cadre du projet de loi Immigration, de créer « un titre de séjour métiers en tension ».

Ce parti pris pour l'immigration traduit non seulement un renoncement aux nations mais aussi une conception de la société où tous les hommes sont interchangeables, quelles que soient leur nationalité et leur culture, pourvu qu'ils contribuent à l'activité économique. Il s'agit de disposer d'un stock d'exécutants, si possible dociles, pour la faire fonctionner dans une perspective mondialiste. Dans l'esprit de nos dirigeants, la France n'est qu'un élément de l'Europe et ils s'accommoderaient bien de sa disparition si elle n'était pas utile à la vie économique de l'ensemble.

Nos prétendues élites sont incapables de concevoir d'autres solutions que l'immigration pour pallier le déficit démographique. Elles rejettent une politique familiale et nataliste, considérée comme passéiste et réactionnaire, qui permettrait pourtant de renforcer la population française, de renouveler les générations et de maintenir la viabilité de la protection sociale. La France s’enorgueillit d’être championne d’Europe de la natalité, avec 1,8 enfant par femme, alors qu'il faudrait un taux de fécondité de 2,1 enfants pour garantir la stabilité de la population. Qu'à cela ne tienne : l'immigration est la panacée !

On ne peut qu'être révolté par une telle incurie de nos gouvernants. Ils appellent « pragmatisme » ce qui s'apparente objectivement à une trahison. Il est urgent de les remplacer : il y va de la survie de la France.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 28/08/2023 à 11:17.
Philippe Kerlouan
Philippe Kerlouan
Chroniqueur à BV, écrivain, professeur en retraite

Vos commentaires

34 commentaires

  1. Dans la nature ,quand l’homme modifie l’équilibre naturel cela fini à la longue en catastrophe !! Sur le plan humain j’ai bien peur que cela soit pareil !!

  2. Se poser la question de savoir si macron œuvre pour la France ou l’europe ? Il suffit de voir la propension avec laquelle il occulte le drapeau français au profit de celui européen .

  3. Bravo et merci de dénoncer cette politique suicidaire et de souligner l’évidence.
    Il serait tellement plus logique de favoriser une véritable politique nataliste, qui finalement coûterait moins cher que cette immigration massive .
    Mais personne n’en parle. Cette option semble totalement ignorée par nos politiques…

  4. D’un côté on nous dit que la planète va mourir de surpopulation, d’un autre on nous dit qu’il faut faire plus d’enfants car il y déficit démographique en Europe, tout cela n’a aucun sens!
    Pourquoi ne pas éduquer les populations pauvres des pays à forte croissance démographique à faire moins d’enfants ?
    Car c’est bien ce qui permettrait, comme ce fut le cas chez nous, de sortir ces familles de la misère en ayant moins de bouches à nourrir, et réduirait la pression migratoire ?

  5. La liste des trahisons de ces derniers mandats présidentiels est longue comme un jour sans pain. Les vitupérations des immigrationniste et leur violence démontre leur gêne de plus en plus prégnante a imposer leur dogme. Il va falloir qu’ils rendent des comptes.

  6. Ce monsieur Borrell, a croire l’article, vice-président de la Commission européenne, haut représentant de l’Union pour les Affaires étrangères et de la politique de sécurité, donc un monsieur de gauche important dans l’Union Européen mais pas élu par qui que ce soit, donc pas démocrate puisque pas chois par le peuple, semble avoir des raisons pour encourager cette immigration de masse plutôt pas très réel. tant par la sécurité de deux côtés vue le nombre de migrants qui périssent en mer ou dans des conditions de transports désastreux, d’autre part vue les motifs soit disant bénéfiques économiquement pour l’UE où encore la natalité d’une part et économique d’autre part, ces deux raisons ont un point commun, c’est la prospérité économique, ces gens coutent de toutes évidences plus cher à l’UE qu’ils rapportent et pour la démographie cette même raison qui affaiblie le niveau de vie de la population Européenne n’est pas susceptible d’encourager a mettre au monde des enfants dans ce contexte économique actuel dégradé.

  7. Depuis qu’il a été élu président de la République Française, Macron s’est toujours comporté comme le boss de l’EU.

  8. ET puis il y a le non-dit , le plan KALERGI , du nom de ce père de l’Europe dont on ne parle jamais .
    Il est vrai que son plan , à son grand désespoir , à été modifié , il voulait une Europe chrétienne.
    Dés les années 60 , les dirigeants de l’Europe , ont préféré une Europe africaine, maghrébine , arabe , avec un islam conquérant dont il convenait de faciliter l’installation.

    • C’est la première fois que je lis ce nom qui est le plus important puisqu’il amène à parler de la Trilatérale de son concepteur et surtout de ce qu’ a dit Kalergi. Qui connait ce nom et sa détermination ; pas grand monde je crains, hélas. Cela leur ouvrirait les yeux sur la situation actuelle menée à tambour battant et sans se cacher par les mondialistes.

  9. « un titre de séjour métiers en tension » Il paraitrait en effet que nous manquons de vendeurs de Tour Eiffel miniatures et de rappeurs.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois