Accrochez-vous bien : après qu’une plainte avait été déposée, en avril 2020, par les membres de l’association Zoopolis, cette dernière a pris la défense, devant les magistrats ce mardi 24 mai, de millions de... poissons, morts à la suite de l’incendie survenu, en juillet 2019, dans un bâtiment du Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (SIAAP) à Saint-Germain-en-Laye. Les dégâts avaient amputé les capacités de traitement des eaux usées de la station d’épuration et douze tonnes de poissons morts avaient été retrouvées dans la Seine, sur près d’une trentaine de kilomètres !

Ce sinistre laisse dans l’Histoire le souvenir d’une catastrophe écologique majeure. Mais c’est en dehors de ce champ que se situe notre affaire : l’association Zoopolis, connue pour son combat contre les cirques impliquant des animaux, avait décidé de porter plainte au nom des poissons eux-mêmes ! Interrogée par Le Parisien, la cofondatrice de Zoopolis, Amandine Sanvisens, s’explique : « Les poissons ne peuvent pas crier, et pourtant ils souffrent, ils ont souffert durant cet épisode. Nous demandons donc pour eux. » Un procès inédit s’est donc tenu, ce mardi 24 mai après-midi, au tribunal administratif de Versailles.

Étant donné qu’il est impossible de plaider au pénal autour des « sévices » subis par les poissons, « leur » avocat (l’expression prête à sourire) Hélène Thouy, cofondatrice et coprésidente du Parti animaliste depuis 2016, a trouvé une astuce pour tenir un procès devant une instance administrative. Elle a axé sa défense sur le préjudice moral subi par Zoopolis. À la barre du tribunal, elle évoque « la singularité des poissons » qui doivent être considérés et défendus en tant qu’individus. « Chaque poisson est un individu animal », ose-t-elle affirmer, avant de pointer la responsabilité du syndicat d’assainissement dans la « souffrance » des poissons !

Une palinodie qui sert l’idéologie « antispéciste », forgée par des militants afin de servir la cause de la « libération animale ». Le journaliste Paul Sugy, auteur de L'Extinction de l'Homme : Le projet fou des antispécistes (Tallandier, 2021), explique dans une interview à la Revue des deux mondes (19/7/2021), que « cette idéologie s’oppose à ce qu’elle appelle le “spécisme”, autre néologisme qui désigne la discrimination des espèces et la préférence accordée aux humains par rapport aux autres formes de vie ». Il analyse ensuite la rhétorique antispéciste, que l’on retrouve très nettement dans les déclarations de l’association au sujet des poissons : « L’ s’oppose à cette discrimination [des espèces], en se calquant sur le modèle de la lutte contre le racisme ou le sexisme, et considère que tous les animaux sensibles ont un intérêt vital à ne pas souffrir. Par conséquent, pour eux, faire souffrir des animaux pour notre bien-être, pour notre consommation personnelle, correspond à une forme d’injustice et à une discrimination. Pour eux, c’est parce que les cochons ne sont pas des humains que nous nous permettons de les tuer. […] Et aujourd’hui, l’ […] est entré dans un stade politique, c’est-à-dire qu’il veut faire aboutir sa réflexion dans un projet de société révolutionnaire qui mènerait à la libération animale et à un nouveau système qui serait “zoopolitique”, dans lequel les droits et les devoirs des animaux seraient garantis par la loi. »

Tout cela est à prendre au sérieux, car à ce rythme-là, un jour, la loi et les juges protégeront peut-être mieux les rats parisiens que certains humains.

3113 vues

25 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

36 commentaires

  1. C’est comme les écolos, ils ne savent pas s’arrêter et démontrent leurs limites de raisonnement !

  2. Cette association animaliste serait bien inspirée de poser ses regards sur l’élevage et le commerce d’animaux de compagnie… !
    Pour ce qui est des poissons  « Dieu dit : … dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre…» Genèse 1.

  3. (suite) La soumission aux événements commencent dans l’acceptation de l’inacceptable quand elle touche ceux, comme les animaux, qui n’ont pas la parole… Tout est histoire de monter en puissance. Quand on accepte que les plus faibles soient traités comme des ordures rien n’interdit que ceux qui détiennent le pouvoir nous traitent un jour à l’unisson de ce mépris. Depuis trop longtemps les animaux sont déconsidérés, leur sensibilité niée. L’excès est toujours le fruit de trop déni des réalités.

  4. Ce ne sont pas les conséquences, M. Chevallier, qui devraient vous pousser à alerter vos compatriotes, mais les causes de la mort de ces poissons. Ils ont été victimes et sont morts par la faute de ces agents chargés de l’Assainissement. Trop de catastrophes et de pollutions destructrices de notre environnement, qui portent atteintes à notre santé, ne suscitent pas la colère et l’indignation comme elles le devraient ! La soumission aux événements commencent dans l’acceptation de l’inacceptable.

  5. Moi, je donnerais le Droit de vote aux Animaux !
    Le Dépouillement assuré par les…Poux !

  6. Et se débarrasser des araignées à l’aide de son aspirateur, comme moi, est ce punissable par la loi ? Soudain j’ai peur….

  7. La dinguerie n’a décidément plus de limites ! Mais comment Zoopolis va-t-elle s’en prendre aux lions, tigres et autres carnivores qui sans sa permission se permettent de trouver leur nourriture en faisant souffrir d’autres animaux ? La justice est déjà suffisamment débordée en France : de telles plaintes, qui ne peuvent voir la moindre suite, devraient être rejetées dès leur dépôt. Le délire n’a vraiment plus de limites.

  8. Ce qui me chagrine le plus c est que mes Impôts servent à verser des subventions à ces fous furieux. Qu ils vivent des cotisations de leurs adhérents, sans recevoir non plus de fonds de l étranger, notamment de wokes américains… Et ils en reçoivent…

  9. Si les monstres préhistoriques existaient encore ou revenaient à la vie sur terre, faudrait-il les laisser vivre ? quelle mouche (qu’il faut protéger) a piqué ces imbéciles heureux ?

  10. bon et alors, c’est quand la prochaine manif pour les milliers de moustiques tigres ou pas d’ailleurs que l’on trucide allègrement tout les ans à coup de spray  » anti moustique » , tapette à mouches, et autres raquettes electriques ?! Eux non plus ne peuvent pas crier !

  11. Quand on examine le vocabulaire que la justice emploie, on est servi:
    -condamné à perpétuité pour la justice cela veut dire entre 10 et 18ans de prison alors que par définition cela veut dire  » pour toujours  »
    Et on constate aussi que la Justice française donne un « permis de tuer  » voire plusieurs à des récidivistes qui ne devraient pas être remis en liberté..

  12. Tant qu’il y aura de l’argent à faire, les avocats seront capables de défendre n’importe quelle cause. C’est tant mieux, mais il faudrait aussi défendre les victimes humaines en tout premier.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter