Les récents propos d’Éric Zemmour concernant les enfants handicapés ont suscité une forte polémique. En se déclarant favorable aux « établissements spécialisés » et en dénonçant « l’obsession de l’inclusion », il s'est notamment attiré l’ire de Sophie Cluzel, qui y a vu « une gifle pour les personnes handicapées » et déclaré, sur France Info : « [Il] prône la haine de l'autre en permanence, l’exclusion. Il a eu d'abord des propos indignes sur les femmes, puis sur les homosexuels, maintenant, c'est sur les enfants handicapés. Qu'est-ce que ça va être après ? »

Des propos politiques faciles, loin des réalités. En tant que médecin scolaire de l’Éducation nationale chargé de la mise en place des aménagements de ces enfants à l’école, je peux dire que la question du et de l’école est compliquée. D’abord parce qu’il y a handicap et handicap… Attention au piège du pathos dans les médias : ne pas oublier que le handicap est coté de 1 à 100 %. Entre un enfant en fauteuil roulant à handicap à 80 % et l'enfant avec des troubles d'apprentissage dont le handicap est à 20/25 %, c'est le jour et la nuit… au point que, pour ces derniers, on parle de handicap invisible !

Le vrai et principal problème, c'est le psychiatrique et/ou intellectuel sévère, car sous couvert de générosité appelée « inclusion », le but recherché a été d'économiser le budget des établissements spécialisés où étaient scolarisés ces enfants. La loi de 2005 (Sarkozy) a donc obligé la scolarisation de ces enfants lourdement handicapés dans les établissements ordinaires de proximité… ce qui n'est une bonne chose ni pour eux ni pour les autres. Tout n'est pas à jeter dans le dispositif, mais il faut trier.

Les professeurs des écoles ne sont pas ou sont mal formés sur le handicap. Comme toutes les infirmières ne sont pas capables d'être infirmières de réanimation, tous les professeurs des écoles ne sont pas des professeurs spécialisés dans le handicap. Mais les établissements et professeurs spécialisés coûtent cher. L’inclusion en école ordinaire est en fait une solution par défaut pour le handicap sévère.

15 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 7 votes
Votre avis ?
56 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires