Les récents propos d’Éric Zemmour concernant les enfants handicapés ont suscité une forte polémique. En se déclarant favorable aux « établissements spécialisés » et en dénonçant « l’obsession de l’inclusion », il s'est notamment attiré l’ire de Sophie Cluzel, qui y a vu « une gifle pour les personnes handicapées » et déclaré, sur France Info : « [Il] prône la haine de l'autre en permanence, l’exclusion. Il a eu d'abord des propos indignes sur les femmes, puis sur les homosexuels, maintenant, c'est sur les enfants handicapés. Qu'est-ce que ça va être après ? »

Des propos politiques faciles, loin des réalités. En tant que médecin scolaire de l’Éducation nationale chargé de la mise en place des aménagements de ces enfants à l’école, je peux dire que la question du et de l’école est compliquée. D’abord parce qu’il y a handicap et handicap… Attention au piège du pathos dans les médias : ne pas oublier que le handicap est coté de 1 à 100 %. Entre un enfant en fauteuil roulant à handicap à 80 % et l'enfant avec des troubles d'apprentissage dont le handicap est à 20/25 %, c'est le jour et la nuit… au point que, pour ces derniers, on parle de handicap invisible !

Le vrai et principal problème, c'est le psychiatrique et/ou intellectuel sévère, car sous couvert de générosité appelée « inclusion », le but recherché a été d'économiser le budget des établissements spécialisés où étaient scolarisés ces enfants. La loi de 2005 (Sarkozy) a donc obligé la scolarisation de ces enfants lourdement handicapés dans les établissements ordinaires de proximité… ce qui n'est une bonne chose ni pour eux ni pour les autres. Tout n'est pas à jeter dans le dispositif, mais il faut trier.

Les professeurs des écoles ne sont pas ou sont mal formés sur le handicap. Comme toutes les infirmières ne sont pas capables d'être infirmières de réanimation, tous les professeurs des écoles ne sont pas des professeurs spécialisés dans le handicap. Mais les établissements et professeurs spécialisés coûtent cher. L’inclusion en école ordinaire est en fait une solution par défaut pour le sévère.

5379 vues

15 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

56 commentaires

  1. J’ai fait un rêve : que l’état décide de dépenser (toujours avec l’argent du con-tribuable bien sûr) 5 000 € par mois pour le bien être de chaque enfant handicapé français … N’est-ce pas ce que nous offrons aux immigrés mineurs non accompagnés, qui eux, ne sont pas handicapés mais représentent, selon certains, une richesse pour la France ?
    Ben voyons, un peu de logique et d’équité ….

  2. Je suis effarée par la malhonnêteté intellectuelle de la majorité de nos élus et de la ministre Cluzel : que ne ferment-ils pas (ou n’ont-ils pas fermé) les IMP , les IMPRO, …, si tous les enfants handicapés « méritent » de fréquenter l’école traditionnelle ?
    Je pense comme ZEMMOUR que chaque enfant handicapé mérite qu’on lui offre la solution la mieux adaptée à son épanouissement malgré son handicap, non ?
    Quand même, David Lisnard, président de l’AMF, a tenu des propos honnêtes et cohérents.

  3. Ce médecin qui s’est exprimé dans l’anonymat a raison. L’inclusion  »à tout prix » rend pas service à l’étudiant handicappé ni aux autres qui l’entourrent car sa condition devient un frein à l’apprentissage des connaissances des autres. L’enseignant néglige cette majorité car il doit dévouer beaucoup plus de temps à l’étudiant handicappé.

  4. Madame le ministre du handicap ferait mieux de fermer sa bouche pour ne pas dire autre chose au lieu d’insulter Monsieur Zemmour qui a raison une fois de plus. Tout ça pour économiser car les structures pour handicap coûtent très cher. C’est mieux de mettre cela sur des enseignants non formés pour ça, et ça ne coûte rien. Les emmerdes, c’est pour les autre.

  5. Tels des robots, la gauche bien pensante, détentrice du bien s’offusque des propos de Zemmour! Cris d’offraies en concert! Cela les dessert encore une fois montrant leur idéologie à la place de la connaissance de la réalité: ces inclusions dans le cursus normal ne font que masquer au nom des grands principes l’absence de prise en charge réelle adaptée à ces enfants.

  6. Donc une fois de plus E. Zemmour aborde bien le problème contrairement à ce qu’essaient de faire croire ses détracteurs.
    Combien de pétitions voit-on passer de parents qui, du jour au lendemain, voient le contrat de l’AVS de leur enfant supprimé.

  7. Tous ces gens au langage « bien pensant » sont devenus totalement idiots voire dangereux! Aucun enseignant ne vois de gaité de coeur un handicapé lourd arriver dans sa classe! C’est un énorme problème pour lui…Et qu’on le veuille ou non, ça perturbe tout…C’est malheureux, mais c’est ainsi et ces jeunes malheureux sont surement plus à l’aise dans des structures adaptées….Ce n’est pas pour autant qu’on les rejette. C’est pareil dans les hôpitaux : on crée des services spécialisés…

  8. En tant qu’ancien enseignant je ne peux que confirmer le témoignage de ce médecin et approuver la position d’Eric Zemmour. Tout dépend évidemment du handicap mais il est impossible pour un professeur non formé de gérer correctement un élève handicapé dans une classe de 35 élèves. La situation n’est bonne ni pour l’un ni pour les autres. Le discours sur l’inclusion n’est là que pour masquer l’insuffisance de personnels et de structures adaptées à l’accueil des élèves handicapés.

  9. Expérience personnelle – Ma fille . Sourde profonde a été rejeté de l’école primaire car son AVS gênait la classe en lui expliquant les cours alors que son institutrice avait la possibilité d’utiliser un transcripteur mais ça la gênait .Ma fille a donc rejoint un institut spécialisé . Il y est restée plusieurs années, chaque contact avec les enseignants et la direction était chaleureux .Résultats : Orthographe 0 -maths 0 -sciences 0 -vocabulaire 0 -savoir vivre 0 . Langue des signes non éval

  10. En 2005 , encore Sarko à la manoeuvre dans ce dispositif d’inclusion pour faire des économies , certains voudraient nous fourguer de la sarkosie à la place de la macronie c’est du pareil au même .

  11. Encore une fois des gens qui n’y connaissent et rien qui n’ont aucune expérience en ce domaine donne un avis . Ma fille est prof d’histoire/géo mais bien qu’elle soit orientée politiquement » à gauche », je pense que vu son expérience passée et présente elle sera enfin d’accord avec les propos de Monsieur Éric ZEMMOUR….

  12. Une fois de plus, la gauche montre son peu de soucis pour les vrais problèmes. Il est bien évident que certains handicaps se doivent d’être traité dans des institutions spécialisées. Mais Sophie Cluzel n’en a cure. Ce qui compte c’est jouer les horrifiées, suivie en cela par nombre de Bobos qu’on entend déjà dire : « Oh ben oui alors »… Et ils s’étonnent que tous ensemble, à gauche, ils n’atteignent plus que 24%… Ils érigent l’absence de réflexion en mode de gouvernement…

  13. Encore des propos du Z detournés par les gauchistes démagos. Mais les français ne sont plus dupes de leur jeu. Et les parents d’enfants handicapés ont très bien compris ce que voulait dire Zemmour.

  14. Zemmour a raison les handicapés ne doivent pas être dans des classes ordinaires
    tous ces profs ne sont pas fait pour éduquer des handicapés .
    Tout le monde interprètent mal ses propos ou ils le font pour lui nuire

  15. Un de mes petit fils est un de ces accompagnant, et sait qu’il y a des différences entre les cas d’handicapes les plus graves sont malheureux dans les structures « normales » et les autres élèves aussi. Sans parler des professeurs, et des parents qui se trouvent sans autres choix pour le bien être de leurs enfants.

  16. Excellent article qui résume parfaitement la situation. Travaillant en école maternelle, j’ai connu plusieurs enfants en situation de handicap qui ne trouvaient pas leur place au sein de l’école. Simplement parce qu’ils sont « inclus  » comme les autres élèves sans que leurs particularités et leurs besoins spécifiques ne soient pris en compte. Quelle hypocrisie…. Tout ça pour ne pas dépenser d’argent.

    1. Il doit y avoir très longtemps, en 2010 la MDPH fournissait déjà des appareils transmetteurs pour les malentendants dans les écoles primaires . CE sont les institutrices qui refusaient de s’en servir .

  17. L’attitude de la France face au handicap, quel qu’il soit, est celle d’un pays sous-développé.
    Quand je dis la France, ce sont autant les autorités qu’une très très grande majorité des français eux-mêmes.
    Le handicap a tellement était caché en France, qu’au 21ème il est toujours considéré comme une faute qu’il faut cacher.
    Rien n’a réellement été fait pour le handicap en France.
    Le France n’a rien appris des pays anglo-saxons par exemple.
    C’est une honte !

      1. J’ai 70 ans souffre d’un léger handicap depuis 15 ans.
        Mon grand frère lui était très handicapé.
        J’ai voyagé toute vie, et continue.
        Manifestement vous ne comprenez pas mon commentaire.
        Je n’ai pas écrit que rien n’était fait pour les handicapés en France, vous avez mal lu.
        J’ai fait remarquer que l’attitude de la France et des français vis-à-vis du handicap était catastrophique.
        Voyagez un peu, vous verrez par vous-même !
        Votre réponse est insultante !

Les commentaires sont fermés.