Le 5 septembre, un homme de 27 ans a été interpellé à Noisy-le-Sec. Fiché S, il était suspecté de préparer un attentat. Les expertises de son téléphone ont confirmé les doutes. Les policiers ont découvert dans l’historique de l’appareil que l’homme s’était renseigné sur plusieurs synagogues parisiennes ainsi que sur un potentiel retour en Syrie, rapporte Le Point.

Une commande d’armes sur le Darknet

L’homme avait été fiché S au cours de l’été et placé sous surveillance renforcée. Le suspectant d’entretenir des liens avec d’autres fichés S, la DGSI s’est intéressée à lui. Grâce à l’appui des services américains, les renseignements français ont pu intercepter une commande d’armes passée sur le Darknet, comprenant une kalachnikov et six chargeurs. L’homme a alors été interpellé et mis en examen pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle », rapporte toujours Le Point.

Le prévenu refuse de parler

Lors de sa garde à vue, l’homme interpellé a refusé de donner des informations aux enquêteurs qui soupçonnent un projet d’attentat terroriste, d’autant que le détenu possédait des textes chez lui, rappelle RTL. Pour autant, le ministère de l’Intérieur ne considère pas encore cette affaire comme un « attentat avorté ».

2 octobre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.