a affirmé, ce jeudi 30 septembre, qu’il n’hésiterait pas à soutenir Éric Zemmour s’il était « mieux placé » que Marine Le Pen, rapporte Le Monde.

« Si Éric est le candidat du camp national le mieux placé, bien sûr, je le soutiendrai »

Alors qu’il avait toujours soutenu sa fille jusque-là, le cofondateur du Front national accuse d’avoir « abandonné ses positions fortifiées » et juge qu’« Éric occupe le terrain qu’elle a quitté ». N’appelant plus à l’unité du camp nationaliste, lance de manière inattendue : « Si Éric est le candidat du camp national le mieux placé, bien sûr, je le soutiendrai. » Un virage de bord qui change des mots que le « Menhir » avait eus, cet été, à propos du polémiste, lorsqu’il le comparait aux « vedettes du spectacle ».

Désormais, se reconnaît dans Éric Zemmour et lui promet une diabolisation médiatique : « Je cache mes griffes et ma queue », commence-t-il, ajoutant : « Ça commence à pousser… Il [Éric Zemmour] aura bientôt une queue luciférienne et des pieds fourchus, lui aussi ! »

« La seule différence entre Éric et moi, c’est qu’il est juif »

Désormais, le patriarche se reconnaît dans cette nouvelle figure du débat public : « Il est monté sur la barricade en disant des choses que personne n’osait dire, à part moi, approuve-t-il. Il dit ce que je pense, mais avec une audience supérieure. »

« La seule différence entre Éric et moi, c’est qu’il est juif, conclut Jean-Marie Le Pen, il est difficile de le qualifier de nazi ou de fasciste. Cela lui donne une plus grande liberté. »

 

2 octobre 2021

Les commentaires sont fermés sur cette publication.