Sportifs antisémites : les sanctions commencent à tomber

ballon de foot

Deux sportifs bien connus, Youcef Atal, footballeur de Nice, et Émilie Gomis, ancienne basketteuse et membre de la commission des athlètes du Comité olympique français, viennent de faire les frais de leur antisémitisme : condamnation judiciaire, exclusion de l’OGC Nice et du championnat français pour l’un ; exclusion de la commission des athlètes pour l’autre.

La cause est désespérément courante : ces deux sportifs de haut niveau ont relayé des propos ou des visuels anti-israéliens pour l’une, antisémites pour l’autre. Émilie Gomis avait partagé, peu après le 7 octobre, un visuel qui montrait le recouvrement progressif de la France, au fil des conflits israélo-palestiniens (1947, 1967, 2023), par un drapeau israélien - avec la question : « Que feriez-vous dans une telle situation ? » Youcef Atal, lui, avait partagé les propos d’un prédicateur islamiste appelant à un « jour de deuil pour les Juifs ». On souhaite à ce brave homme, comme le dit le très bon Philippe Vardon, « one two three – bon retour en Algérie ». Et à Émilie Gomis, malgré des dénégations filandreuses devant ses juges, de réfléchir à deux fois avant de relayer la propagande du Hamas.

En vérité, une certaine France s’est montrée au grand jour quand le Hamas a massacré des familles innocentes, mais, en réalité, elle surgit à chaque fois que le terrorisme islamiste frappe un pays de « kouffars ». Les familles des victimes de l’attentat de la promenade des Anglais ont parlé, lors du procès, de ces petites racailles de l’Ariane qui détroussaient les cadavres et qui éclataient de rire en disant : « Tu as vu ce qu’on est capables de faire ? » À chaque attentat commis par des musulmans, les prisons sont en liesse. Les banlieues aussi. Dans cette tierce France, comme on disait jadis tiers état, cette France qui n’a pas de nom précis, on déteste Israël d’une manière irrationnelle. Ce n’est même pas une question de religion, car Émilie Gomis ne porte pas un prénom musulman. C’est plutôt une solidarité des « quartiers populaires » entre eux. Une solidarité de ceux qui se pensent comme des exclus, contre la figure du Juif, forcément tout-puissant, forcément responsable de leurs malheurs, de leurs échecs, de leur incapacité à se développer.

En sanctionnant ces deux sportifs (lourdement, il est vrai, au regard de la supposée liberté d’expression), la Justice française, expéditive quand elle le veut, a mis en lumière une nouvelle fois la sécession de la France par le sport. Il n’y a pas beaucoup de profils issus de la diversité en danse classique, en équitation ou dans le rugby… mais allez donc essayer de faire du foot, du basket ou de la boxe thaï quand vous vous appelez Gonzague ou Pétronille. Dans le sport comme ailleurs, en France, tout est désormais politico-ethnico-religieux.

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

12 commentaires

  1. En France on ne peut plus rien dire. Tu es contre la construction d’une mosquée on te menace de mort. Tu dis certaines vérités sur Israël c’est la mort sociale. Les uns veulent imposer la charria en France, les autres en faire une banlieue de Tel Aviv.

  2. Soutien total à Emilie Gomis et au traitement injuste dont elle fait l’objet pour avoir eu un coeur.

    Bien qu’on préfèrera toujours CNEWS à BFMTV et BV à Libération, merci à BV de nous rappeler qu’on ne peut rien attendre de la droite versaillaise, qui reste un bâton du système.

  3. Le Hamas a massacré des familles innocentes.
    Israël massacre des familles coupables. Plus de la moitié des morts sont des enfants. Coupables.
    Quelle vue simpliste!

  4. Il y en a assez de laisser la paroles à des sportifs qui sont très loin d’être une quelconque référence en matière de politique pour le moins. Il est insensé de penser comme les gens de gauche et leur alliés indéfectibles de juger les faits du Hamas le 7 Octobre en Israël tel présenté par ces écervelés de la Nupes pire que ce qu’ont fait les nazis qui ne se promenaient pas avec des jeunes filles de 20 éventrées en leur crachant dessus, jouer avec des cadavres de bébés, voir pire, non, l’humanité ce jour là a franchi un pas vers l’horreur indescriptible et la réponse de l’Israël est fort compréhensible alors le comportement de la gauche fait très peur.

  5. « En France, tout est désormais politico-ethnico-religieux ». En effet, réagissons pour que tout, désormais, ne soit pas raciste

  6. Ce n’est pas un scoop. Tous les pans de notre société sont infiltrés avec la complicité de nos bons petits français de goooche ou aveugles ou manquant d’un courage certain.

  7. En dehors du sujet quoique, je viens d’écouter punchline sur CNEWS à l’instant, le gros problème pour MM J.Y Camus, Baverez et N.Deverd est MLP et le RN. Et malgré les appréciations de reconnaissance de leur républicanisme de L. Ferry , Macron et d’autres, c’est toujours pour eux la dénomination d’extrême droite et de danger pour la démocratie.. Quand on voit le parcours de ces gens là, c’est eux le danger qui amplifie la césure du peuple français.

  8. Le Coran est un livre totalitaire. La moindre lecture critique est de facto interdite puisque ce livre est réputé incréé et directement dicté par Allah à Mahomet. Or le développement de l’esprit critique est absolument fondamental si on veut former des individus libres qui évolueront dans une société libre. Il suffit de lire ce bouquin pour se rendre compte de la manière dont l’Islam perçoit les non musulmans et tout particulièrement les juifs. Dès lors que l’on est élevé depuis sa plus tendre enfance dans ce bain de haine irrationnelle, on finit par devenir sympathisant des islamistes une fois devenu adulte.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois