Deux sondages viennent de tomber sur les rapports des Français avec l’immigration, mais surtout avec la gestion de celle-ci par les autorités publiques.

Un sondage de l’Institut CSA pour CNews explique que 61 % des Français veulent l’arrêt des subventions publiques aux ONG pro-migrants. Ce chiffre monte à 73 % dans la classe d’âge des 18-24 ans, ce qui est assez surprenant, quand on sait que cette tranche sort tout juste des bancs de l’école où on lui a consciencieusement bourré le crâne à grand renfort de manuels scolaires fortement connotés idéologiquement. Sans surprise, en revanche, l’idée de couper le robinet de l’argent public est davantage soutenue chez les CSP- (65 %) que chez les CSP+ (55 %) : il ne faut pas être grand clerc pour comprendre que les classes les moins aisées ont bien plus à souffrir et endurer des conséquences d’une politique migratoire ultra-laxiste.

Une immigration grassement subventionnée

Rappelons, comme nous l’avions déjà expliqué dans les colonnes de BV, qu’en 2021, près de 1.350 associations pro-migrants ont été subventionnées par l’État français, à hauteur de 750 millions d’euros : la France, dans sa pusillanimité, refuse de prendre à bras-le-corps le phénomène migratoire et toutes ses conséquences, et délègue ce droit régalien à des associations hautement politisées. Ainsi, par exemple, la CIMADE a reçu, en 2022, 6.480.000 euros. Equalis, dont la gestion hors de contrôle avait été épinglée, bénéficie de 81 millions d’euros attribués par les directions départementales de l’Emploi, du Travail et des Solidarités, les directions régionales des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation et de l’Emploi, les agences régionales de santé, les régions, les départements, les établissements de coopération intercommunale et les communes dans lesquelles sont installés ses établissements. Et ce ne sont que deux exemples.

Les Français ne s’y trompent pas, qui se voient accablés de taxes, hausses des prix et injonctions obligatoires d’ordre écologique, et qui voient surtout le pouvoir d’attraction de ces ONG très organisées en matière d’accueil des migrants. Les « gueux » ont bien perçu que tarir les subventions publiques, c’est aussi, en amont, aider à tarir les flux de l’immigration clandestine.

Un exemple ? Le site de GISTI, le Groupement d’information et de soutien des immigrés, montre à quel point l’association est militante et active envers ceux qui, en Afrique, veulent s’installer en France. Pas vraiment une réunion de dames patronnesses ! Et Amnesty International ne proclame-t-elle pas que « même au-delà des frontières de l’Union européenne, l’UE est responsable du respect des droits humains » ? Ces injonctions à la générosité obligatoire et inconditionnelle ne passent plus, qu’elles viennent des associations militantes, du pape François ou d’Ursula von der Leyen.

Ras-le-bol migratoire

Un sondage IFOP-Livre noir montre le consensus, l’inquiétude et le ras-le bol des Français (à qui on refuse la tenue d’un référendum) sur la question migratoire. Les sondés préconisent une politique forte et radicale : 86 % d’entre eux sont favorables à l’expulsion des délinquants étrangers, 80 % d’entre eux souhaitent limiter la délivrance de visas aux pays qui ne veulent pas reprendre leurs ressortissants sous OQTF, 74 % des Français veulent supprimer la libre circulation, dans l’espace Schengen, des illégaux qui se sont vus refuser une demande de visa dans un des pays membres. 70 % ne sont pas favorables à l’augmentation des dépenses publiques pour favoriser l’intégration des immigrés.

La gauche hurlera à la lepénisation (ou zemmourisation) des esprits, faisant mine de s’affoler devant la résurrection de l’hydre fasciste et des heures les plus sombres. La vérité est que les débarquements massifs à Lampedusa (qui ne faiblissent pas) ont braqué les projecteurs, pendant quelques jours, sur le sujet comme une allégorie de la crise migratoire que nous traversons et qui n’en est qu’à ses débuts. Réduire l'immigration ? Les mesures figuraient dans deux des programmes électoraux en 2022, mais c’est Emmanuel Macron que les Français ont porté au pouvoir.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 01/10/2023 à 15:53.

7445 vues

29 septembre 2023 à 21:02

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

56 commentaires

  1. « Les Français plébiscitent une politique migratoire ferme » dans…les sondages, mais votent, aux élections, pour les immigationnistes! ON peut faire dire ce que l’on veut aux sondages comme…aux statistiques!

  2. On ne peut pas réduire l’immigration en étant dans l’union européenne.
    Le droit européen nous en empêche.
    Il faut des frontières.

  3. Il n’y aura jamais d’arrêt sur l’immigration ! Il faut arrêter de faire croire aux Français, comme à tous les populations de l’UE, que des « règles » suffiront à arrêter le flot incessant qui atteindra bientôt des millions d’émigrés africains. Tournons nous vers Monaco. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas d’immigrés dans ce petit pays ? Comment les autorités sont capables d’interdire cette immigration qui nous tenaille ? Pourquoi nos dirigeants ne font pas pareil ? Qu’est-ce qui les bride si ce n’est le pouvoir d’une commission à qui on a donné tous les pouvoirs ?

  4. Avec la clique qu’il y a à la tête de cette europe si il n’y a pas une manière forte pour mettre un terme final à cette invasion, ça va très très mal finir par l’exaspération des français Il faut absolument remettre les contrôles aux frontières que cela plaise ou pas

  5. Et avec la cedj qui a décrété en catimini la non reconduite à la frontière des clandestins on est dans les ronces et pour un moment

  6. Les Français ont insulté et insultent toujours Jean Marie Le Pen depuis 50 ans alor, qu’il les met en garde du malheur vers lequel ils courent en élisant des traîtres qui travaillent contre la France. Il est temps maintenant de se plaindre quand ils ont le nez dedans.

  7. Les migrants veulent aller en France (qui est immigrationniste jusqu’à la moelle), en Allemagne (idem) et en Angleterre (qui ne veut pas d’immigrés mais les attire encore malgré elle). Dans un tel environnement comment Mme Meloni pourrait-elle faire face à l’invasion ? La gauche se gausse de son échec, s’en servant pour démontrer que le RN ou Reconquête! ne feraient pas mieux. Mme Meloni tâtonne. On voit que les accords avec la Tunisie ne peuvent pas marcher pour la bonne raison que tous les pays d’Afrique du Nord ne songent qu’à se débarrasser des migrants échoués chez eux. Même pour de l’argent, ils n’en veulent pas et d’ailleurs une mesure de rétention ne peut être que temporaire. Pour résoudre ce problème d’invasion, il faut anéantir à la racine tout désir d’émigrer vers l’Europe. Bien sûr, il faut supprimer les pompes aspirantes faisant la gloire de la France mais aussi renvoyer chez eux ceux qui ont atteint le premier pays d’Europe. C’est extrêmement difficile à réaliser. Cela suppose de faire prisonniers les migrants (hauts cris d’Ursula !), de les mettre dans des centres de rétention fermés d’où ils ne pourraient pas s’échapper et les faire monter de force dans des avions, en ne s’embarrassant pas de laissez-passer consulaires et à supposer qu’on connaisse leur pays d’origine. Ce n’est pas demain la veille du jour où on réalisera ce programme. C’est la seule chose qui pourrait dissuader les candidats. Mme Meloni envisage de multiplier les centres de rétention mais je ne sais pas jusqu’où elle compte aller. En tout cas, elle ne peut compter ni sur l’Allemagne, ni sur la France, qui sont responsables de l’affluence à Lampedusa. Elle ne peut compter que sur elle-même. Darmanin a prétendu qu’il ne prendrait pas les migrants de Lampedusa mais, en réalité, il les laisse tous entrer (voir à Vintimille). Les refouler tout simplement vers l’Italie (accords de Dublin) serait de toute façon une mesure honteuse et à courte vue.

    1. C’est tout à fait juste. Mais au début, il faut fermer le robinet. Et pour celà, il faut faire une guerre absolue aux passeurs qui organisent les départs et les filières d’immigration. Il faut les détruire et les mettre hors d’état de nuire. De plus, il faut stopper les navires des ong immigrationnistes, on doit pouvoir saisir ces bateaux, d’une manière où d’une autre. De plus un organisme comme Frontex doit avoir les moyens nécessaires pour patrouiller en mer au large des côtes de l’Europe pour empêcher toute arrivée, avec des bateaux et des avions. Les frontières de l’est hors UE doivent être consolidées, la Hongrie donne le bon exemple. Là je suis d’accord pour payer des impôts.

  8. Mais comme la minorité qui nous gouverne est pro-migrants , pro-islam , aux ordres de l’UE , rien ne sera fait.
    Il faudrait en premier réduire ; les allocations, les aides médicales , le rapprochement familial , l’attribution de la nationalité , accordés aux migrants .
    Lire le livre de DIDIER LESCHI – Ce grand dérangement l’immigration en face.

  9. Un arrêt immédiat de l’entrée des migrants sur sol français et une expulsion sans discutions de tous les migrants . Pour les étrangers sur sol français depuis les 5 à 10 dernières années, une expulsion devrait également être effectuée. Pour la racaille dans nos banlieues je propose que notre armée sans charge à les expulser dans leur pays d’origine soit dans le pays d’origine des parents. Pour les doubles nationalité il est temps de faire le ménage et d’indiquer à ces personnes de choisir .

  10. Une grand majorité de français veulent stopper l’immigration. OK ! Mais lorsqu’ils passent aux urnes ils font le contraire !
    Comprenne qui pourra ! En ce w-e de chaleur croyez vous honnêtement qu’ils pensent à l’immigration ?
    Alors les sondages pourquoi pas, mais le résultat sera comme d’habitude.

  11. Cette semaine passée, je me suis rendu, par obligation, en début de soirée dans une commune de l’Essonne, Les Ulis pour ne pas la nommer. J’ai été fort surpris de constater que vers 20 heures, le Gaulois avait totalement disparu des rues de cette commune. J’en suis à me demander si le « grand remplacement » n’a pas déjà eu lieu, et si vouloir stopper cette immigration ne relève pas d’un vœux pieu.

  12. Comme l’effet domino, l’U.E. soudoie les pays d’Europe pour les accueillir ou les sanctionne s’ils refusent, puis c’est l’ETAT à son tour qui soudoie les Communes pour les accueillir ou les sanctionnent si elles refusent et bientôt, (c’est même étonnant que ça ne soit pas déjà fait), ce sont les Communes qui vont soudoyer les gueux pour qu’à leur tour, ils accueillent les migrants pour les nourrir et les entretenir.

  13. Quand aurons-nous un Gouvernement responsable et ferme ? un Gouvernement qui protège l’Etat français, qui protège le territoire et qui protège les français ? Qui cesse d’alimenter toutes ces ONG et ces associations qui se gavent de notre argent pris dans nos poches ? Un Gouvernement solide qui influerait l’Europe à contrôler fermement les points d’entrée comme Lampedusa, en retournant illico tout visiteur non désiré sur les côtes africaines plus proches ? A minimiser en France le poids de ces institutions auto-proclamées comme LDH, Libres penseurs, Amnystie,et autres qui bloquent nos décisions et notre volonté d’être un peuple respecté et souverain chez nous ?

Les commentaires sont fermés.