[Sondage] Ukraine : un envoi de troupes au sol vous semble-t-il possible ?

militaires français

Lundi 26 février, Emmanuel Macron a réuni au palais de l'Élysée une conférence internationale pour soutenir l'Ukraine. 27 chefs d'État et de gouvernement étaient présents. À l'issue de cette réunion, le président de la République a fait une déclaration qui a surpris tout le monde : « Il n’y a pas de consensus aujourd’hui pour envoyer de manière officielle, assumée et endossée des troupes au sol. Mais en dynamique, rien ne doit être exclu. » Des propos qui ont immédiatement fait réagir, tant en France qu'à l'étranger, notamment chez nos alliés qui ont clairement annoncé qu'il n'était pas question d'envoyer des troupes au sol en Ukraine. Au lendemain de cette conférence, Sébastien Lecornu, ministre des Armées, à l'occasion de son audition par les députés de la commission de la défense nationale et des forces armées, est revenu sur les propos d'Emmanuel Macron en donnant quelques précisions pour tenter de temporiser. Alors...

Ce sondage a été clôturé. Voici les résultats.

2804 lecteurs ont répondu au sondage.

2510   90 %   NON

  257      9 %   OUI

    37      1 %   Ne se prononce pas

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 09/03/2024 à 16:25.

Vos commentaires

103 commentaires

  1. Folie furieuse ! 1/Où sont les moyens ? Nos armements sont échantillonnaires (3 à 4 jours de munitions) , on en a cédé des montagnes à l’Ukraine, le format des armées a été réduit au minimum minimorum 2/Quels alliés ? Ils ont tous dit NON. 3/Quel soutien du Pays : ici 90% d’opposants ; sur la France entière 3 Français sur 4 sont opposés à cette extension suicidaire 4/quelles justifications ? L’Ukraine n’est pas dans l’OTAN, pas dans l’UE et il y aurait beaucoup à dire sur tout ce qu’elle est. 5/Quels risques ? La 3 ème guerre mondiale nucléaire, tout simplement. 6/ Quels avantages ? Aucun !
    Conclusion : MACRON DESTITUTION. Vite ! Avant qu’il ne soit trop tard. Et que l’engrenage des fatalités se mette en marche.

  2. Poutine nous considèrerait comme pays belligérant et se sentirait autorisé à bombarder Paris comme il bombarde Kiev…et bien sûr nous n’oserions pas répliquer comme nous n’osons pas combattre efficacement le terrorisme islamique…

  3. Je vous invite à étudier la loi de programmation militaire qui vient d’être votée, ainsi que le débat du 28 février dernier sur Tocsin. Ca pourrait en étonner plus d’un, au regard des résultats du sondage…

  4. En tout cas merci de la photo d’illustration , le 16 ème chasseur , le bataillon d’acier , où j’ai eu l’honneur de servir à Saarburg aux FFA comme chef de peloton de chars c’était il y longtemps .

  5. Non , car il faudrait déjà avoir des troupes et nous n’en n’avons pas . Ensuite , demandez donc à chaque famille si elle serait d’accord pour envoyer au front leurs enfants se faire massacrer pour défendre un pays qui n’est pas le notre .

  6. On joue à se faire peur, tout cela est de la com, la menace nucléaire également. Pendant ce temps-là on ne parle pas de l’inflation, de la crise du logement, des agriculteurs, de la dette, du déclassement généralisé, de l’immigration, de l’insécurité…

  7. Votre question si vous me le permettez n’est pas tout à fait adaptée à la situation . « Possible » oui çà l’est puisque notre prédisent « va t’en guerre » le revendique ; j’aurais plutôt pencher pour  » appropriée » voire « souhaitable » voire même « risquée » (ainsi pas d’ambiguïté possible. (c’est là mon humble avis) .

  8. Je pense que l’esprit tordu de notre président a surtout calculé qu’il fallait masquer son échec au salon de l’agriculture ! C’est pire que dangereux d’avoir un tel président car il fait fi de la vie des autres. Pourvu que tous les projecteurs soient tournés sur lui . Certains ont dit qu’il était sous psychotropes…alors ceci explique cela : il n’a aucun sens du réel…
    Pitié pour nous Seigneur

  9. Bien sûr que le chef va envoyer des soldats, sans doute des hommes des forces spéciales, des instructeurs aussi, comme en Afrique. La seule chose qu’il ne peut pas envoyer ce sont les munitions- que nous n’avons pas et que nous ne pouvons fabriquer (ou que nous fabriquons en quantité homéopathique) puisque nous sommes obligés d’acheter la poudre (que nous ne fabriquons plus après avoir démantelé nos poudreries…)- Le petit coq perché sur sont tas de fumier criaille (peu pas chanter) . L’ennui c’est qu’en face il y a un homme qui lui ne plaiante pas et dispose de nombreux arguments préparés de longue date. Il a reconstruit ses armées patiemment, elles sont aujourd’hui nombreuses et aguerries, il a reconstruit une industrie de guerre( as en paroles) qui produit de plus en plus. Il dispose d’une panoplie d’armes dont l’emploi ne justifierait en aucun cas l’utilmisation de nos armes de dissuasion (destinées à protéger le territoire national d’une invasion a lasquelle je doute que Poutine pense), bref il peut causer des dommages considérables sans risque car nos moyens de riposte sont dérisoires. Merci Macron, si demain des missiles hypervéloces à charge classique russes tombent en France nous saurons vous remercier !

  10. Macron se prend pour le grand Jules CESAR, mais lui n’était pas fou ! il voudrait laisser son nom dans l’Histoire de notre France en voulant faire la guerre aux côtés de l’Ukraine contre la Russie mais au lieu d’aider l’Ukraine, ce foutriquet va déclencher une catastrophe mondiale et anéantir définitivement la France.

    • L’histoire bégaye. Bien qu’il ait été nommé en référence à Caius Julius Caesar, les soldats de son père le surnomment Caligula (« petit caliga ») à partir de sa campagne en Germanie. Selon les principales sources concernant son principat, il connaît tout d’abord un début de règne prometteur, durant lequel il jouit d’une grande popularité auprès du peuple romain. Cependant, il devient rapidement un empereur autocratique, délaissant et assassinant tous ceux qui ont soutenu son ascension, tout en éprouvant une profonde aversion envers le Sénat. Il lui est attribué un comportement extrêmement instable, et un goût pour la démesure qui conduit à de grandes dépenses impériales.
      Confronté à une faible popularité à la suite d’une augmentation de la fiscalité afin de renflouer les caisses qu’il a lui-même vidées, il est tué en 41 par un tribun de sa garde personnelle, Cassius Chaerea, contre qui il semblait nourrir une inimitié. C’est pas Macron, c’est Caligula, et les points de concordance sont troublants.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois