Sans surprise, le 93e département de France a porté la NUPES aux nues. L’union de la gauche obtient 100 % de réussite, encore plus fort que le taux de réussite du baccalauréat. Les douze circonscriptions seront donc représentées par des élus NUPES. Dans le détail, huit Insoumis, deux communistes et, cerise sur le gâteau, un trotskiste lambertiste, ancien syndicaliste. Il fallait le faire ! « Énorme ! La #Nupes réussit le grand chelem en Seine-Saint-Denis. Immense fierté », tweetait, hier, Clémentine Autain. « Énorme », c’est le mot.

Si les sortants Alexis Corbière, Clémentine Autain, Éric Coquerel et Bastien Lachaud ont été réélus pour LFI, de même pour le communiste sortant Stéphane Peu, la gauche voit les néophytes Raquel Garrido, Thomas Portes, Soumya Bourouaha, Fatiha Keloua Hachi et Aurélie Trouvé franchir les portes du palais Bourbon, écharpe tricolore en bandoulière. Des réélections bananières pour certains, puisque Clémentine Autain et Soumya Bourouaha sont passées avec... 100 % des voix au second tour. Aurélie Trouvé obtient près de 70 %, Bastien Lachaud 75 %, sans parler d’Éric Coquerel et Stéphane Peu, obligés de passer par un second tour en raison d’une participation trop faible. D’ailleurs, il faut évoquer la participation pour comprendre ce scrutin. Avec 36,61 % de suffrages exprimés, le département est l’un des lauréats du concours de l’abstention. Un signe qui démontre le peu de mobilisation de ce qu’on appelle pudiquement « l’électorat populaire » lors de ces élections. N’importe, en sacrant aux urnes treize députés d’extrême gauche, l’un des premiers départements en matière de délinquance et d’immigration, la Seine-Saint-Denis, est officiellement devenu un bastion islamo-gauchiste.

L’autre nouvelle, c’est le phagocytage du vote communiste puis socialiste au profit des Insoumis. devient incontestablement la patronne de ce département historiquement de gauche.

À l’inverse des départements sinistrés de la qui ont choisi le RN, les habitants du département francilien ont donc préféré se faire représenter par des Insoumis. Avec un taux de chômage largement au-dessus de la moyenne nationale et 25 % de résidents étrangers (sans nationalité française, donc, et sans compter les illégaux...), la Seine-Saint-Denis garde, dans le choix de ses élus, une forme de cohérence.

3410 vues

20 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

3 commentaires

  1. Il est vrai que ce secteur est à redresser rapidement , au vu de la racaille qui pourrit la vie de ses habitants , et je ne pense pas que ce soit avec les islamo gauchistes & écolos du bitume de la Nupes que ce quartier retrouve les notions de République, citoyenneté et respect d’autrui.

  2. je me demande si ils ont élu des députés ou des ministres ? avec pour gouverneur Mélenchon …cette étrange ressemblance dans sa forme géographique de ce département avec le Kosovo ..

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter