[SATIRE A VUE] Eminem confirme sa vocation à bousculer la bien-pensance

Capture d'écran
Capture d'écran

Il fut classé homophobe et misogyne. Le rappeur Eminem revient et confirme son infréquentabilité. Le titre sorti en avant-première d'un album à venir porte le nom du magicien « Houdini ». Tout doit disparaître, y compris sa propre carrière. Cancel culture appliquée à lui-même. L'artiste prend les devants. Son regard sur l'époque ne laisse aucun doute sur sa capacité à remonter le sens du courant. Qu'on en juge :

« Parce que je n'ai aucun doute/Sur le fait que ce monde entier est sur le point/De se transformer en éclaireuse scout/Et que le bureau de censure est sorti/Pour me faire taire, dès que j'ai commencé ce vers... »

Ici et là, le wokisme est moqué avec humour : « Mon chat transgenre siamois s'identifie comme noir, mais agit en chinois. » Le rappeur voit son félin ne pas réussir à chasser le naturel. Sa réalité biologique revient au galop... La pauvre bête voit ses chances d'être primée à Cannes réduites à néant. Sous le gag se cache un message lourd de sens.

« Tout est gay », lance-t-il plus loin, avant de se raviser dans un faux remords... « Like happy »... Excusons-le, il voulait parler de la gaieté. Un dérapage de stylo est vite arrivé. Mais non. Voilà qu'il aggrave son cas avec cette tirade triviale : « Piqûre de cul de serpent, espèce de travesti masculin, faux-cul de sal*pe. » À coup sûr, Anne Hidalgo ne l'invitera pas à rapper dans les maternelles. Son cas est réglé. Paris Match parle de « propos problématiques », Le Figaro rapporte que le mot « réac » circule dans les milieux ébouriffés de branchitude. Le gaillard va jusqu'à évoquer une école en proie au nivellement par le bas. C'en est trop.

Qui pourrait adhérer à un tel discours, à part les 30 millions de « fachos » ayant streamé la chanson en cinq jours et les quarante millions de rétrogrades s'étant rués sur le clip ? Le sens du courant n'est plus ce qu'il était. Nous croyions Eminem rebelle, le voilà anticipant un réveil général. Wokiste du woke. Réveilleur de réveillé. Le concept est complexe. Tiré du cauchemar mondialiste serait la juste définition. Encore un effort et Calogero compose l'hymne du RN. Avec le rap américain pour modèle, nos artistes tournent casaque et se lancent dans la chanson réaliste : « Non, rien de rien, je n'avais rien compris. » En robe noire, Aya Nakamura effectue un retour aux fondamentaux. Elle essuie les verres, au fond du café, et dénonce l'exploitation des migrants. Ce n'est pas la girouette qui tourne...

La démarche iconoclaste d'Eminem s'arrête là où la musique commence. La plupart des médias (voire tous) omettent de préciser que le titre en question est une reprise, note pour note, d'un titre de 1982 intitulé Abracadabra. La composition émane du groupe « Steve Miller Band » et fut classée n° 1 aux USA. Côté renouveau artistique, la moitié du chemin reste à faire.

Jany Leroy
Jany Leroy
Chroniqueur à BVoltaire, auteur pour la télévision (Stéphane Collaro, Bêbête show, Jean-Luc Delarue...)

Vos commentaires

8 commentaires

  1. « … sur sa capacité à remonter le sens du courant »
    en frenchie non globish de base : « sa capacité à à remonter le courant » – ou bien, « sa capacité à aller à contre-sens du courant » !

  2. Je vais me mettre à apprécier le rap !
    Il en existe un autre dont les paroles louent son pays d’accueil, mais, je ne retrouve pas son nom. Qui pourrait m’aider.
    Quand je vois que, tout jeunes, nos petits enfants se gargarisent de cette non-musique, sans, certainement, comprendre les paroles de ces pseudo oeuvres, cela me navre. Puissent ils ouvrir les yeux, ou plutôt les oreilles.
    Vive Eminem. Qu’il continue à diffuser le bon sens.

    • vous avez le droit de ne pas aimé, voir de détester, mais si le Rap est un genre musical – perso je n’adhère pas non plus, mais çà ne change rien –

  3. Eminem est le seul rappeur que j’écoute. En bonne facho que je suis, Je vais immédiatement  » streamer » son titre.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois