Robert Ménard : « Qu’il aille donc manger un jambon-beurre dans certains quartiers sensibles de Trappes, on en reparlera ! »

Benoît Hamon s’est affiché, sur Twitter, à Béziers, dans le « meilleur kebab de la ville », en narguant Robert Ménard. Celui-ci réagit au micro de Boulevard Voltaire.


Benoit Hamon s’est affiché dans votre ville à Béziers en train de manger un kebab.
D’après lui, vous souhaitez voir disparaître ce sandwich.
Qu’avez-vous pensé de cette petite provocation ?

C’est peut-être un moyen pour lui de faire enfin parler de lui et d’obtenir un peu plus de 2 % des voix le dimanche en 8.
Sur le fond, je suis, bien sûr, pour la diversité culinaire. En revanche, je ne suis pas pour qu’à Béziers ou ailleurs il n’y ait dans certains quartiers qu’un seul type de restauration et en l’occurrence des kebabs.
C’est peut-être la perception de Benoit Hamon pour la France de demain.


Il a critiqué votre vision de la France. Il a fustigé votre position qui dit que la France est un pays judéo-chrétien.

N’en déplaise à monsieur Hamon, la France est un pays judéo-chrétien. Je vois bien qu’il déteste cette Histoire, cette mémoire et cette civilisation judéo-chrétienne, mais c’est son affaire.
Monsieur Hamon se pose en une espèce de résistant de pacotille. Qu’il aille à Raqqa manger un saucisson dans certains quartiers sensibles et on en reparlera après.
C’est quelqu’un qui cherche désespérément à grappiller un certain nombre de voix. Il cultive le communautarisme. Il n’aime pas ce qu’est la France et il est prêt à vendre ce pays pour quatre ou dix voix. Je ne suis pas prêt à le faire.

Le week-end prochain se dérouleront les élections européennes. Le 10 mai dernier, vous aviez appelé à voter pour la liste menée par Jordan Bardella.
Ce dernier a débattu hier face à Nathalie Loiseau.
Ce débat vous a-t-il conforté dans votre prise de position en faveur de la jeune tête de liste RN ?

J’ai trouvé que Bardella avait de la tenue, qu’il était calme et qu’il savait se faire entendre. J’avais et j’ai encore un certain nombre de divergences avec le Rassemblement national. Moins qu’avant cependant, puisque la position du Rassemblement national a évidemment changé. Aujourd’hui, le Rassemblement national ne demande plus à sortir de l’Europe et de la zone euro.
Je voterai pour eux malgré les quelques divergences restantes.
On a besoin aujourd’hui de dire à monsieur Macron : ‘’ stop ! ça suffit votre arrogance et votre façon d’être’’. Il a besoin d’être battu pour être ramené sur terre. Le seul vote utile qui soit, c’est le vote pour la liste de Jordan Bardella !

Robert Ménard : « Le gouvernement nous ment et nous trompe ! »

Robert Ménard : « Ils nous prennent pour qui ? Pour des ploucs, des citoyens de deuxième zone ? Pour une ville de pestiférés ? »

Robert Ménard : « Je suis abasourdi et en colère, c’est un crime de brûler une école, c’est inacceptable ! »

Robert Ménard : « Malgré les procès, j’ai la ferme intention de ne pas me taire ! »

Robert Ménard : « Si ce photomontage avait été une ode à l’immigration, il n’y aurait pas eu le moindre problème ! »

Robert Ménard : « Lorsque j’ai été agressé, l’an dernier, je n’ai pas entendu un mot de M. Baroin »

Robert Ménard : « On ne peut nier la réalité de l’immigration massive, il y a des zones d’apartheid dans certains quartiers »

Robert Ménard : « Qu’il aille donc manger un jambon-beurre dans certains quartiers sensibles de Trappes, on en reparlera ! »

Robert Ménard : « Emmanuel Macron se joue une comédie… Ses propositions ne sont pas à la hauteur des attentes des Français »

Robert Ménard : « Crèches dans l’espace public : le soutien du pape François, au-delà du cas de Béziers, est important pour les élus qui ne veulent pas renier ce qu’ils sont ! »

Robert Ménard : “À la mairie, il ne doit pas y avoir d’autre drapeau que le drapeau français”

Robert Ménard : “À Béziers, je suis ravi que la vidéosurveillance dérange les libertés des petites racailles”

À lire aussi

Robert Ménard : « Le gouvernement nous ment et nous trompe ! »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLe maire de Béziers, avec son parler-vrai, évo…