Depuis sept mois déjà, les habitants du Rif marocain manifestent quasi quotidiennement contre le régime qui, selon eux, les a abandonnés. L’origine du mécontentement est un incident de fin novembre 2016, lorsqu’un vendeur de poissons, Mouhcine Fikri, se tue en tentant d’empêcher la destruction de sa cargaison d’espadons qui avaient été pêchés illégalement. La mort de ce poissonnier, en pleine région berbère, a mis la région en émoi et a déclenché un sursaut populaire qui préoccupe Rabat au plus haut point. Le Rif traverse en effet une crise profonde : la corruption est répandue, le est très élevé et les jeunes, qui jadis émigraient volontiers, savent maintenant que l’Union européenne est un leurre économique qui ne répondra pas à leurs espoirs. Les Rifains disent que Rabat n’investit pas dans le Rif : ils veulent qu’on modernise les hôpitaux et les universités, qu’on construise des écoles. La seule qui prospère dans cette région ultra-militarisée et qui fait vivre 800.000 paysans est le… cannabis.

Depuis la mort de Fikri, la ville d’Al Hoceïma et d’autres villes rifaines se sont organisées autour du « Hirak » (la mouvance) pour exprimer leur grogne. Malgré de très nombreuses manifestations, le roi semble sourd aux demandes de ses sujets septentrionaux et le bras de fer quotidien se poursuit. La tension est montée fin mai lorsqu’un des leaders du Hirak, Nasser Zefzafi, a interrompu le prêche, en pleine mosquée, d’un imam qui accusait les manifestants de « fitna », c’est-à-dire de révolte. Zefzafi dénonce les imams « à la solde du Palais » et la corruption du Makhzen (terme péjoratif pour désigner le népotisme marocain), qui ne fait rien pour le Rif.

Depuis, Zefzafi a été emprisonné dans une une zone réservée aux homosexuels. Les habitants d’Al Hoceïma ont alors appelé à la générale et le boycott du prêche et de la prière du vendredi dans toute la ville en plein ramadan. Malgré la pression, les Rifains sortent de plus en plus nombreux dans la rue et le régime incarcère de plus en plus d’opposants. C’est le mouvement perpétuel de la contestation sociale qui est arrivé dimanche dernier jusqu’à la capitale Rabat, où des dizaines de milliers de personnes sont sorties manifester en solidarité avec le mouvement Hirak. Ils criaient : « Libérez les prisonniers », « Non à la corruption », « Non à l’absolutisme », « Tous Zafzafi » et « Vive le Rif ». De nombreux drapeaux berbères ou de l’éphémère République du Rif (1921-1926) flottaient au-dessus des têtes des manifestants dans la capitale marocaine pour rappeler que les revendications du Rif ne sont pas qu’économiques et sociales mais également identitaires.

La gronde du Rif a désormais fait tache d’huile et il faudra suivre les événements du royaume d’un œil attentif. En 2011, le Maroc a été relativement épargné par le printemps arabe, mais aujourd’hui, il n’est pas certain qu’il reste indemne après le printemps berbère.

14 juin 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.