Il est des sacrifices utiles. Tel un agneau au sein d’une meute de loups, Boulevard Voltaire s’est rendu, en catimini, à la grand-messe contre les violences d’extrême droite de Mediapart, mercredi 10 mai. Organisé dans le XIe arrondissement de Paris, salle Olympe-de-Gouges – même salle que la soirée 100 % woke de Politis, en février dernier – l’événement, intitulé « Vous n’aurez pas notre peau », a attiré plusieurs centaines de personnes, certainement toutes venues écouter l’homélie du père Edwy Plenel et profiter de la présence du rappeur communautariste Médine. Au programme de la soirée, trois tables rondes où se succèdent victimes, militants et artistes, l’occasion d’égrainer tous les poncifs de la gauche sectaire et dénoncer les agissements d’une « extrême droite » fantasmée qui serait incarnée par Marine Le Pen et Éric Zemmour. En ouverture, Edwy Plenel pose le décor : « Depuis plus de deux siècles, nous avons des ennemis radicaux […] qui défendent l’inégalité naturelle, qui pensent qu’il y a une hiérarchie, qu’il y a des frontières, qu’il y a des dominations naturelles, qu’il y a des civilisations supérieures à d’autres, des origines, des croyances, des apparences, des sexes, des genres. » Que d’ennemis pour Edwy ! « Ces idées-là, nous ne débattons pas avec elles, nous nous dressons contre elles et nous documentons les ravages qu’elles peuvent faire », martèle-t-il. Désormais, le simple fait d’affirmer la binarité des sexes fait de vous un ennemi du genre humain. Une défaite de la pensée loin d’être nouvelle, à gauche…

Un fantasme nommé extrême droite

Première table ronde, les victimes parlent. Sont présents Yassine F., « entrepreneur successful » victime d’« islamophobie » et dont l’histoire « a été reprise par l’extrême droite, et notamment par Boulevard Voltaire » – pourtant, aucune trace d’un quelconque article relatant cette histoire datant de 2021 –, Molima qui avait, jeune fille, fait le choix de changer son prénom en Caroline et qui se dit désormais victime de la « francisation », Jonas, victime d’antisémitisme, et Laure-Line Inderbitzin, adjointe au maire de Callac, responsable du projet Horizon qui se dit victime des « fascistes et néo-nazis » opposés à l’importation de migrants dans le village.

Pour Mediapart, c’est la droite nationale qui est responsable de tous les maux ! Un seul message  à faire passer : l’« extrême droite » – comprenez tout ce qui est à droite de Jean-Luc Mélenchon – est responsable de la situation calamiteuse de notre pays.

La loi Séparatisme, voilà l’ennemi !

Après les victimes, voici venu le temps des militants. Sur scène, les représentants du Planning familial, de la Ligue des droits de l’homme (LDH), de LALLAB (association pro-voile et anti-loi 2004), de SOS Racisme et du RAAR (réseau d’action contre l’antisémitisme et tous les racismes) poursuivent les antiennes éculées de la gauche morale. Après l’ennemi d’extrême droite vint l’autre grand adversaire : le gouvernement. Accusé de faire le jeu de cette dernière, c’est principalement l’action de Gérald Darmanin qui est pointée du doigt. La loi Séparatisme est tout particulièrement visée, accusée par Patrick Baudoin, président de la LDH, d’être un texte visant spécifiquement « les associations musulmanes ».

Au cours de sa prise de parole portant sur les réponses à apporter à « l’extrême droite », Saphia Aït Ouarabi, vice-présidente de SOS Racisme et étudiante à Paris-Nanterre, insiste : « Il faut procéder à un harcèlement politique, médiatique, judiciaire de l’extrême droite. » Et d’élégamment conclure : « Quand bien même on sait que la justice n’est pas à la hauteur, faire chier aussi bien la justice que l’extrême droite, c’est une manière de dire : je vais emmerder le monde. » Preuve de plus – s’il en fallait encore – que l’amour du débat et de la démocratie est loin d’être à gauche de la barrière…

Rap et drag queen, même combat contre l’extrême droite ?

Arrivé sous un tonnerre d’applaudissements, Médine est l’incarnation de ce que cette gauche adore. Musulman d’origine algérienne, issu des banlieues et anti-laïc affiché, il est ce nouveau prolétaire que la gauche s’est trouvé après avoir décidé que les ouvriers-beaufs ne rapportaient plus assez de voix. Pourtant, il a de quoi déplaire. Ancien proche de Dieudonné, il s’était fait prendre en photo avec l’ancien humoriste en train de réaliser une quenelle, en 2014. Un égarement, plaide-t-il aujourd’hui. Connu pour ses textes engagés, ses deux premiers albums s’intitulent 11 septembre, récit du 11e jour et Jihad, le plus grand combat est contre soi-même, tout un programme… Si prompte à annuler et ruiner des carrières pour des faits parfois anecdotiques, « la gauche pensant comme il faut » a le pardon sélectif. Peut-être que si Médine avait été un homme blanc hétérosexuel de plus de 50 ans, la donne eût été différente, qui sait ?

Aux côtés de notre rappeur était invité le drag queen Tata Foxie, membre du collectif queer Paillettes, qui organise, entre autres, des lectures de contes LGBT aux enfants sous la bienveillance de la mairie de Paris. Leurs points communs ? Ils rencontrent tous deux l’hostilité de militants de droite qui n’acceptent pas leurs provocations et leurs indécences. « Il y a un vrai besoin d’avoir accès à des histoires inclusives », revendique le militant à perruque, après avoir lu l’histoire de Boucle d’ours (conte pour enfant dans lequel un ourson fait part de sa volonté de se travestir en son père) à l’assistance. « Je ne sais pas ce qui leur [les gens de droite, NDLR] fait peur… », soupire, naïvement, le militant LGBT. « Ils [droite et extrême droite, NDLR] comprennent qu’une convergence politique est en train de se mettre en place », se réjouit le rappeur. Et d’ajouter : « Toutes les composantes que je porte malgré moi vont se transformer en électorat. » À bien y réfléchir, Médine et Tata Foxie ne sont que les faces d’une même pièce. N’est-ce pas cela, l’islamo-gauchisme ?

11096 vues

11 mai 2023

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

22 commentaires

  1. Plaignons ce pauvre Plenel qui a été agressé par Maïwenn qui lui a tiré les cheveux.

  2. Monsieur Plenel, je tiens à vous faire remarquer que tous les régimes totalitaires fascistes les terreurs… ont été initiés par la gauche et non la droite. Révolution française, la gauche bourgeoise de l’époque, le communisme russe avec Lénine et Staline, le nazisme avec le national socialisme, Mussolini avec les socialistes italiens, Cuba….. Alors cessez d’afficher votre inculture, votre idéologie et votre mauvaise foi.

Les commentaires sont fermés.