« Tous les signaux sont rouge. » À quelques jours de la rentrée scolaire, les enseignants contactés par Boulevard Voltaire ne cachent plus leur inquiétude. Entre la baisse du niveau général et l’entrisme de l’idéologie woke, beaucoup redoutent l’année scolaire à venir placée sous le règne du nouveau ministre de l'Éducation nationale Pap Ndiaye.

Des enseignants introuvables

« Pénurie d’enseignants », « crise catastrophique », « état d’urgence »… Comme le révèlent les titres de presse parus ces derniers jours, l’Éducation nationale doit faire face à une importante crise de recrutement. 4.000 postes restent à pourvoir alors que les élèves reprennent le chemin de l’école dans une semaine seulement. Du jamais-vu ! Pour l’école primaire, seulement 83,1 % des postes sont actuellement pourvus, contre 94,7 % l’an dernier. De même, au collège et au lycée, seuls 83,4 % ont trouvé preneurs, contre 94,1 % en 2021. Dans le secondaire, certaines matières pâtissent plus que d’autres du manque de professeurs : l’allemand, les lettres classiques, la physique-chimie et les mathématiques. « Plus personne ne veut devenir enseignant aujourd’hui », déplore un professeur de français du Val-de-Marne. En cause, notamment, des salaires peu attractifs, une charge de travail trop lourde, des classes surchargées et aussi « des problèmes de sécurité et d’autorité dans certains établissements », nous glisse un professeur d’histoire-géographie qui veut rester anonyme. « Mais il y a un autre problème qui est moins médiatisé, ajoute ce professeur, c’est celui des remplacements non assurés. » D’après la Cour des comptes, à peine 21 % des heures d’absence « de courte durée » ont été remplacés en 2018. « Quand on cumule le nombre de jours manqués à cause des professeurs absents non remplacés, c’est un autre véritable scandale », s’agace cet enseignant.

Or, cette crise de recrutement n’est pas sans conséquences sur le niveau des élèves. Alors que le vivier de candidats potentiels s’épuise, « le concours de recrutement des professeurs devient de moins en moins sélectif », constate un enseignant francilien. Ainsi, au CAPES de mathématiques, la barre d’admission était à 8/20 en 2021. Pour pallier cette pénurie, les académies, dont Versailles, Toulouse et Amiens, ont tenté le tout pour le tout en organisant des job dating d’une vingtaine de minutes. « Maintenant, on recrute le tout-venant », s’inquiète un enseignant joint par Boulevard Voltaire. Qui dit baisse du niveau des professeurs dit inévitablement baisse du niveau des élèves. Qu’on ne s’y trompe pas, derrière les apparents bons résultats au baccalauréat se cachent d'importantes lacunes des élèves français. Les scores de la France dans les différents classements internationaux, souvent en queue de peloton, n’ont donc rien d’étonnant.

L’entrisme de l’idéologie woke

À la veille de la rentrée scolaire, les enseignants joints par Boulevard Voltaire ont une autre inquiétude de taille : « l’inquiétude Pap Ndiaye ». Quelle sera la du nouveau ministre de l’Éducation nationale ? « Jean-Michel Blanquer avait suscité de nombreux espoirs mais a énormément déçu, explique l’un d’eux. Je suis inquiet de voir Pap Ndiaye, un idéologue woke, à la tête de l’Éducation nationale. » Alors que la théorie du genre et autres idéologies LGBT gangrènent déjà de nombreux établissements scolaires, certains redoutent de voir sauter les derniers remparts face au wokisme, sous l’influence du ministre. C’est le cas des professeurs du forum École & Nation, un groupe « souverainiste transpartisan dédié au redressement du système éducatif français » : ils s’inquiètent notamment de la disparition des lettres classiques dans l’enseignement secondaire. « Il y a urgence à agir. Si on ne fait rien, le grec et le latin vont bientôt disparaitre », s’alarme un membre de ce collectif. Selon eux, le wokisme , « idéologie qui prône la déconstruction de nos racines », pourrait bientôt porter le coup de grâce aux langues anciennes pourtant si essentielles à la compréhension de la langue française, des sciences et de notre Histoire. Ils demandent donc le retour de l’enseignement obligatoire des lettres classiques au collège et au lycée afin de préserver cet héritage inestimable.

Pap Ndiaye, pourtant adepte des théories de la déconstruction, commencera-t-il le chantier de reconstruction de l’école française ? Difficile d’y croire…

8833 vues

24 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

48 commentaires

  1. La réintroduction du latin et du grec dans le cursus de l’enseignement secondaire est LA CONDITION SINE QUA NON pour récupérer la maitrise de notre langue , dont s’éloignent de plus en plus la fois les écoliers, les étudiants, et jusqu’au corps professoral insouciant à l’égard des fautes d’orthographe…(que l’on retrouve maintenant même dans certains articles de journaux quotidiens ‘politiquement corrects’ par ailleurs !!! ) Un véritable carnage de notre culture …

  2. Parfaitement d’accord avec le constat de Georges MOUSSET lorsque il écrit:

    « Il n’y a pas que l’ECOLE qui est en FAILLITE, c’est toute la FRANCE qui l’est, Les Administrations, l’Education Nationale, l’Armée, les Hôpitaux, la Police, la Gendarmerie, la Justice, l’Industrie, l’Artisanat, etc…pour ne citer que les principaux. »

    Or la France avec 46% a le taux de prélèvements obligatoires par rapport à la richesse nationale l’un des plus élevés au monde. Mais enfin où passe l’argent ????

    1. L’argent file dans les logements, aides, allocations, soins, etc aux immigrés inemployables et à leurs descendants qui ne travaillent pas, sans oublier le peu qui sont en prison.

  3. C’est la gauche, sur-représentée dans le corps enseignant qui a organisé le naufrage de l’Education Nationale. Il ne fallait rien lacher en matière de discipline, quitte à mettre un policier dans chaque école, proposition de Sarkozy qui avait provoqué un tollé à l’époque. D’atermoiements en compromissions, le métier s’apparente maintenant plus à du domptage qu’à de l’éducation. Et qui met-on à la tête du navire ? Un black issu de la discrimination positive, parce qu’il faut mettre un peu de couleur dans la photo de famille du gouvernement, et qui met ses propres gosses à l’Ecole Alsacienne, tellement qu’il a confiance dans l’ascenseur social de l’école publique républicaine …

  4. Jupiter a mis cinq ans à démolir la France et il ne s’entoure maintenant que d’incompétents pour finir le travail et ainsi les rendre responsables de tout. (c’est pas moi, c’est lui!) Son incompétence, ses mensonges et sa perversité commencent enfin à faire surface et éclater au grand jour. Il ne sait plus comment faire pour continuer à tromper tout le monde. Il est démasqué (jeu de mots!) Les Français continueront-ils à se laisser faire sans broncher? La question est posée et demain risque d’être …très chaud! (à défaut de chauffage!!!)

    1. Le choix des ministres devrait être significatif…Mais non, tout le monde ( ou presque ) s’en fout. Cette inconscience populaire est inquiétante et prouve à quel point le conditionnement des masses est efficace!

  5. Les enseignants alarmistes ont voté comment aux dernières élections présidentielles ? Trop tard pour se réveiller.

    1. Ah Juan Carlos, parce que vous croyez les enseignants capables de se réveiller ?
      Pour connaître ce milieu, je peux vous dire que les enseignants sont comme les autres : accrochés à leurs convictions, particulièrement de gauche, ils sont incapables de remettre le système en question, ce serait trop pour eux.
      Ils font comme les autres, ils s’accommodent du système pour ne pas perdre leur avancement

      1. Sachez que vos propos révoltent l’enseignant dévoué et de droite que je fus, heureusement en retraite depuis peu.

  6. Allez, je me lance, je fais un pari : Pap Ndiaye sera remplacé au bout de trois ans (c’est déjà trop long) !

  7. Il n’y a pas que l’ECOLE qui est en FAILLITE, c’est toute la FRANCE qui l’est, Les Administrations, l’Education Nationale, l’Armée, les Hôpitaux, la Police, la Gendarmerie, la Justice, l’Industrie, l’Artisanat, etc…pour ne citer que les principaux. Nous sommes au bord du vide. Les causes sont l’ouverture à tous les pays du monde, à l’incompétence et à l’impuissance de nos divers CHEFS d’ETAT depuis des décennies et celui qui aggrave plus encore l’état de notre PAYS, c’est Macron et il a encore 4 ans devant lui pour lui donner le coup de grâce. Merci à tous ceux qui ont VOTE pour lui.

    1. Je partage à 100 pour 100 votre analyse. Je suis désespéré depuis le résultat du vote du premier tour à l’élection présidentielle. ALEA JACTA EST

    2. Vous avez « oublié » que ces « branques » veulent organiser les JO 2024 … On a mis une « discipline » au programme pour faire de l’inclusion positive … Les feux d’été puis la « colonie de vacance » orchestrée à Fresnes prouvent que cette macronie est totalement nuisible pour la France et les français … Qui espère encore quelque chose de ce pantin mondialiste ? Cette rentrée va se faire « avec sobriété » … ou PAS ! ! ! …

  8. L’important, c’est que l’ineducation nationale continue à bourrer le crâne des gamins avec l’idéologie gauchisto-wokiste.

  9. quand on voit le ministre de l’éducation nationale mettre ses propres enfants dans des écoles privées , nous avons le droit de nous poser la question sur la qualité de ce ministre .

  10. S’il n’y avait que l’école au bord de la faillite. C’est le pays tout entier qui l’est. Quoi de plus normal quand on considère les compétences de ceux qui ont l’abyssale prétention de vouloir le gérer.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter