Ce n'est pas son premier accès de schizophrénie. Déjà, pendant la campagne, le candidat Emmanuel Macron n'avait pas eu de mots assez durs pour fustiger les décisions prises par l'entourage du président de la république François Hollande. Ce mercredi, devant ses ministres sagement rassemblés, c'est un chef de l'État grave qui s'est exprimé devant les caméras. Retour de vacances, reprise des bonnes habitudes : un petit plan en trois parties, avec des mots qui riment, on reprend en douceur. Alors, au programme, dans cette revue de l'actualité : fin de l'abondance, fin de l'évidence, fin de l'insouciance.

L'abondance ? Celle de l'économie, pardi ! Fin de l'énergie à gogo, ça, on avait compris, mais aussi fin de certains produits (je crois qu'il pense à la moutarde), restrictions en chauffage. Fin de la vie à la française : toilettes en or dans les immeubles, douche en marbre chez les retraités, des marchands de caviar dans toutes les rues du pays, des avenues parisiennes parsemées de Bentley, dont la propreté donne l'impression qu'elles viennent d'être lavées. L'abondance à la française, c'est aussi celle du salaire minimum à 5.000 euros, de l'accession à la propriété pour tous, des retraites faramineuses, des agriculteurs millionnaires, du plein-emploi, bref : c'est la vie ordinaire d'un pays de cocagne. L'abondance d'un pays riche et bien administré.

L'insouciance ? Celle du quotidien, bien sûr ! Vous savez, cette légèreté du cœur que l'on ressent, dans notre pays où la liberté est une valeur cardinale ; dans nos administrations, où toute tracasserie se règle en deux minutes grâce à des fonctionnaires compétents et travailleurs ; dans les rues, où nos jeunes filles, à une heure du matin, rentrent en mini-jupe, légèrement pompettes, en riant aux éclats ; dans les banlieues, bien desservies par les pompiers et les bus, peuplées d'ardents patriotes français, et même de Français ardents patriotes... Cette insouciance que l'on perçoit aussi quand, en faisant son marché, on n'a pas besoin de soldats en gilets pare-balles pour éviter de se faire égorger par des terroristes. L'insouciance, c'est enfin celle d'un pays qui n'a rien à craindre car il est indépendant, équidistant des mensonges de Moscou et de ceux de Washington. Souverain, quoi. L'insouciance d'un pays heureux, confiant, sûr et en paix.

L'évidence ? Pour Macron, c'est la fin de l'évidence de la comme « téléologie ». Le Président s'est probablement arrêté à Fukuyama et à la Fin de l'histoire qu'il promettait à la fin du XXe siècle, avec l'avènement planétaire de la libérale. Il parle de l'avènement des régimes illibéraux, alors que le vocable a été forgé en 1997 par le journaliste américain Fareed Zakaria... Aurait-il un train de retard sur la marche du monde ? Vous n'y êtes pas. Il espère encore prendre les gens (vous et moi) pour des cons. Comme si nous venions de découvrir qu'il y a peut-être un sens de la digestion, mais qu'il n'y a pas de « sens de l'Histoire ». Comme si nous ne savions pas que l'expression « démocratie illibérale » recouvre simplement des mesures fermes réclamées par un peuple libre. Chacun ses évidences.

La France est la 7e puissance mondiale, mais la 28e en termes de PIB par habitant. Elle n'a donc pas connu l'abondance depuis longtemps - et on n'a pas attendu la pénurie de moutarde dans les supermarchés « en raison du contexte » (ce fameux contexte, naguère sanitaire, aujourd'hui international) pour s'en apercevoir. Elle est, chaque année, au classement des pays les plus malheureux du monde, et ce n'est pas simplement notre esprit râleur qui veut cela. Jadis si grande, dépouillée, humiliée par des nuls, depuis des décennies, la France ne sait même plus ce que sont l'insouciance ou l'abondance. Quant à l'évidence, puisque voir ce que l'on voit devient judiciarisable, je ne vois pas bien ce qu'il reste dans le discours de M. Macron. Rien, comme souvent.

Que prépare-t-il avec un discours si anxiogène ? Une « grande bascule », qu'il a dit. Cette expression complotiste ne me dit rien qui vaille !

16761 vues

24 août 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

75 commentaires

  1. Mais, derrière l’alibi de la guerre d’Ukraine, ne faut-il pas voir plus loin ? un simple temps stratégque permettant de culpabiliser le peuple pour le contraindre à accepter la mondialisation « heureuse » et son « grand reset » : vous serez tous pauvres et HEUREUX ! Cette annonce n’est-elle pas que la prolongation des actes contre la France depuis plusieurs décennies ?
    Belle manière d’annoncer sans doute une raffle sur l’épargne des français ?
    Préparation psychologique au sacrifice des déjà sacrifiés ?
    Ne soyons surtout pas dupes !

  2. Macron + Van der… auraient pu garder les canaux de communication avec la Russie ouverts. Macron aurait pu négocier la paix au cours des 6 derniers mois. Ne pas le faire était un choix délibéré. Un choix dans lequel le peuple français n’avaient aucune influence.
    Les hivers froids ont aidé Moscou à vaincre Napoléon et Hitler. Le président Vladimir Poutine fait maintenant le pari que la montée en flèche des prix de l’énergie et les pénuries possibles cet hiver persuaderont l’Europe de forcer l’Ukraine à conclure une trêve – aux conditions de la Russie. « Nous avons le temps, nous pouvons attendre », a déclaré une source proche des autorités russes « L’hiver va être difficile pour les Européens. Nous pourrions voir des protestations, des troubles. Certains dirigeants européens pourraient y réfléchir à deux fois avant de continuer à soutenir l’Ukraine et penser qu’il est temps de conclure un accord. »

  3. En cas de guerre la constitution permet de vu passer tous les instances démocratique…mieux qu une pandémie Une « Bonne petite guerre » comme on disait jadis. C est très pratique. Les Anglo saxons lancent une opération de soutien aux Bataillons d ASov comme ils l ont fait pour les Bolcheviques en 1917 les Nazis en 36 Daesh plus récemment et les tueurs du Kosovo. Ils nous incluent dans leurs jeux comme acteurs et victimes…

  4. je félicite les journalistes de Boulevard Voltaire pour la qualité de leurs textes que je diffuse allégrement. Bravo !

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter