Visage fier, menton relevé et regard assuré : cette photo du caporal-chef Emmanuel Cueff, prise à l’occasion d’une prise d’armes du 17e régiment génie de parachutiste, a beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. Dans la nuit du vendredi 29 au samedi 30 octobre 2021, cet ancien militaire a été mortellement blessé alors qu’il défendait sa femme contre deux individus.

Ce mardi 25 janvier, à l’heure du laitier, quatre hommes appartenant à la communauté des gens du voyage ont été interpellés dans leur camp, révèle 100 % Radio. Ils sont suspectés d’avoir participé à la rixe mortelle au cours de laquelle le caporal-chef Emmanuel Cueff a perdu la vie. Joint au téléphone, le parquet confirme les informations de la radio régionale. « Ce sont des interpellations dans le cadre d’une information en cours, il y a des gardes à vue à Toulouse par le service régional de judiciaire », nous précise Anne Gaullier, le procureur de la République de Montauban. « Le travail de surveillance technique (téléphonie, géolocalisation) des limiers de la PJ a sans doute payé, ces jours-ci, même si certains lieux d’interpellation auraient encore changé ces derniers jours, tant les individus sont volatils », explique le quotidien La Dépêche du Midi du 25 janvier. Le RAID et la BRI ont été mobilisés sur différents camps de la communauté des gens du voyage, aux alentours de Toulouse, pour retrouver les suspects.

Emmanuel Cueff, mort en défendant son épouse

Ce qui s’est passé dans la soirée du 30 au 31 octobre sur le parking du Nautic se précise. À 23 h 56, comme l’indiquent les caméras de l’établissement, Emmanuel Cueff et sa femme Séverine sont entrés dans ce bar-restaurant de Montauban. Une dispute aurait éclaté avec un groupe à l’intérieur. À 00 h 10, les époux sont sortis sans finir leur verre. Séverine a été d’abord frappée, Emmanuel s’est interposé, un individu lui a donné alors un coup de poing, puis un coup de pied qui l’ont fait chuter lourdement sur le sol. Le choc de la tête contre le trottoir a été fatal pour l’ancien militaire, mort deux jours plus tard d’une hémorragie cérébrale.

Un fait divers qui avait suscité beaucoup d’émotion

La photo du caporal-chef Emmanuel Cueff, où il figure en porte-drapeau du 17e régiment de génie parachutiste, a été abondamment relayée par des politiques ou des internautes anonymes. Des hommages spontanés ont par ailleurs éclos à Montauban, en soutien à la victime, à la veuve et aux deux enfants désormais orphelins de père. De nombreuses personnes, notamment d’anciens parachutistes coiffés de leur béret rouge, ont assisté la famille à la sortie de la messe d’enterrement. Les enquêteurs de la crim’ doivent désormais établir si les quatre suspects placés en garde à vue, ce mardi, sont coupables des coups mortels ayant entraîné la mort d’Emmanuel Cueff.

Mise à jour le 26 janvier :

Jeudi 27 janvier, deux des quatre individus placés en garde à vue ont été placés en examen.  Le premier, connu du tribunal pour enfants de Montauban pour des faits de violences commis lorsqu’il était mineur, a été placé en détention provisoire, et le second, inconnu de la justice, placé sous contrôle judiciaire.

25 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 4 votes
Votre avis ?
25 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires