Matthieu Valet, policier et syndicaliste, porte-parole de nombreux flics aussi dévoués au bien public qu'en colère contre le sort qui leur est réservé, a publié une courte vidéo sur Twitter. On y voit trois ou quatre « jeunes » qui, nous dit-il, sont aux beaux-arts et semblent tourner un clip. Pas n'importe lequel : ces jeunes gens sont dans une voiture de police dont le toit a été découpé et dansent sur ce que l'on appelle « des musiques urbaines », tandis qu'en fond de tableau, un faux incendie crépite sous l'œil des caméras.

Le policier, en postant cette vidéo, rappelle que, le 18 mai 2016, lors d'une manifestation « antifasciste », un policier a été attaqué tandis qu'une voiture de police brûlait. Je présume que ces « artistes », en se trémoussant sur une carcasse de voiture de police devant des flammes factices, voulaient rendre hommage, à leur manière, à cet épisode glorieux de la convergence des luttes. Ou, peut-être, s'agissait-il d'une « performance » à visée plus générale : un discours de déconstruction « ACAB-friendly » dans lequel les artistes, du fait de leur rôle de voyants dans une qui attend leur intervention pour soulever le voile des conventions, auraient tenté cette provocation tellement audacieuse.

La première chose que l'on ressent à la vue de cette vidéo, c'est une sorte de gêne devant le ridicule spectacle de gens qui devraient vouer leur vie à la célébration de la beauté et ne trouvent rien d'autre que de faire des sous-clips de racaille. On dirait ces enfants de bourgeois, insupportables, qui singent les codes de la rue et s'adressent à leur prochain dans un mélange d'arabe et d'argot, sans quitter leurs études de capitaliste ni leur quartier résidentiel. Mais, à mieux y regarder, ce qu'inspire cette courte (quoiqu'éloquente) performance, c'est surtout de la tristesse.

Comment se fait-il qu'un pays qui a donné au monde certains des témoignages les plus bouleversants sur la permanence de la beauté s'enferme dans la laideur et la nullité ? Il y a cent ans, nous avions des Debussy, des Monet ou des Camille Claudel. Aujourd'hui, quand on publie une vidéo, présumée réalisée par des étudiants des beaux-arts, c'est pour montrer des idiots dans une carcasse de voiture de flics...

Cela dit, rassurons-nous : les beaux-arts ont souvent été le lieu de formation des artistes officiels, académiques mais pas géniaux. Rien n'a changé : ce qui est aujourd'hui conventionnel, académique, ce qui est prudhommesque et cliché, c'est cette fausse rébellion en carton-pâte, ce sont ces « performances » d'imbécile. La subversion, l'humour, la beauté, la rébellion, l'inventivité sont de droite, désormais. N'en déplaise à ceux qui confondent et conformisme. Merci à ces notables d'un nouveau de donner le spectacle de leur propre médiocrité. Le pire, c'est que quand ils viendront pleurnicher au commissariat parce qu'ils se seront fait agresser sans autre raison que celle d'être blancs et privilégiés (voir, à Dijon, ce fait divers tellement révélateur), les policiers les recevront avec bienveillance. Ils sont habitués à l'ingratitude.

6395 vues

15 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

19 commentaires

  1. Quand les Beaux Arts prennent des allures de Bas Arts c’est grâce ou plutôt c’est à cause de quelques bipèdes dégénérés qui peuplent ces hauts lieux.

  2. Ces écoles ne sont souvent que des « planques » pour les bons à rien. Je parle en connaissance de cause. A une certaine époque être élève des Beaux Arts servait à être « sursitaire » du service militaire… Cette action tend à prouver que la mentalité est toujours aussi mauvaise.

  3. Il y a même eu une manifestation d’étudiants demandant l’abolition du travail… Ils s’imaginent qu’ils vont manger quoi si plus personne ne travaille ? C’est dire les QI de moules que le wokisme engendre.

  4. Ce genre de « production artistique » devrait être condamnée légalement ! Ce genre de vidéo constitue un encouragement à la délinquance et met les policiers en danger ! Une honte !

  5. L’école des  » beaux- Arts  » de Paris serait- elle devenue celle de la promotion des fils de bobos gauchistes devenus des racailles par la faute de leurs parents élevés au Mélenchonnisme , celles qui s’habillent tout de noir avec un masque lors des manifs pour casser et agresser ???

  6. Le poison pourri par la tête, et le reste en suit, le crétinisme politico-médiatique touche maintenant la majorité de notre jeunesse.

    1. Je ne suis pas d’accord avec vous. Je connais nombre de jeunes qui travaillent et sont à des années lumières de ces jeunes imbéciles qui se prennent pour des  » artristes »!

  7. le fond de la poubelle sociétale étant toujours mise en avant, on ne peut hélas pas échappé à ce spectacle navrant à tout égard.

  8. La France est totalement gangrenée par la racaille. Ce genre d’initiative devrait directement conduire ses auteurs non pas en prison où ils pourraient faire du kart, mais en camp de redressement. Notez que quand on voit que Macron veut installer des migrants partout en France , soit-disant pour repeupler les campagnes (!), on sait que la situation ne va pas s’arranger, bien au contraire. On disait de lui qu’il est un déconstructeur. C’est faux. C’est un fossoyeur.

  9. Heureusement que avons une bonne police, la médiocrité de ces soit disant artistes se montre totalement par leurs idées absurdes et leurs comportements ignares, quand ils sont agressės ils applaudissent la police qui ne cherche pas à savoir qui sont ces victimes
    Ces soit disants artistes ne sont que des minables qui se crient géniaux

  10. Certains se posent encore la question de savoir où part l’argent du contribuable ?
    En voici un exemple … Un parmi tant et tant d’autres …

  11. Notre nation qui a connue ses grandeurs dans bien des domaines du fait des qualités de nos ancêtres, s’est écroulé bien bas. Malheureusement nous connaissons les causes. L’élimination de la police fait parti des actions menées, ceux qui en doutent n’ont qu’a se rappeler une personne, dont son demi frères à eu mal à partie avec les forces de l’ordre issus d’un pays qui s’est employé à ridiculiser la France, cette personne ne demandait elle pas l’interdiction aux forces de l’ordre à pénétrer dans les citées. Curieux, non ?

  12. Les Beaux Arts ont toujours été assez tournés vers ce genre de blague …..le problème est que maintenant c’est posté sur le net et donc immonde et honteux .

  13. Excellent article qui décrit si bien la médiocrité de ces soi disant artistes qui soutiennent les racailles .Et encore une fois on utilise l’argent du contribuable .Qu’on arrête de subventionner ces idiots inutiles avec notre argent et que l’on ne s’étonne plus quand les cinémas se vident .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter