C’est sans doute une des fables les plus drôles du « fabuleux » Jean de La Fontaine. Pour mieux la savourer, avant de la chercher et de la lire sur Internet, ou même de l’écouter, par la voix de Fabrice Luchini par exemple, la voici résumée en quelques mots simples, afin qu’elle soit accessible à toute la famille.

La fable est longue : 84 vers. Sautons la première partie, plus complexe, pour aller directement au cœur du sujet (vers 27) : l’anecdote elle-même. Il s’agit d’un homme d’un certain âge qui va à la foire avec son jeune garçon pour y vendre leur âne. Afin qu’il soit bien frais, ils lui ont lié les pieds et l’ont suspendu à une perche qu’ils portent sur l’épaule.

Au bout de quelques minutes de marche, les deux gaillards croisent un passant qui éclate de rire et se moque d’eux. Alors, ils décident de remettre la bête sur ses pieds. Et nos deux compères laissent l’âne gambader. Celui-ci semble s’en plaindre : il brait.

Le père fait donc monter son fils. Ce joyeux trio croise d’autres gens qui s’insurgent de voir que le jeune laisse le vieux marcher à pied. Du coup, nos deux compères échangent leur place. Mais cela ne plaît pas à des filles qui voient le jeune homme peiner alors que l’autre se prélasse sur la bête.

Le garçon rejoint ainsi son père et monte l’animal en croupe. Un peu plus loin, un groupe les voit et les prend à partie. « C’est une honte de faire souffrir cet âne », s’écrient-ils. Nos deux bougres descendent et laissent l’âne courir. Là encore, on va se payer leur tête. Pourquoi user ses souliers au lieu d’utiliser ce bon moyen de transport ? Cette fois le meunier s’avoue vaincu mais, désormais, il n’en fera qu’à sa tête.

« Impossible de plaire à tout le monde » : c’est la morale de cette fable. C’est aussi ce qu’on pourrait rétorquer à tous les « pédagogistes pleurnicheurs » qui trouvent La Fontaine trop réactionnaire ou trop compliqué. Ils protestent contre cette décision du ministre Blanquer d’imposer La Fontaine à l’école.

Et pourtant, quelle merveilleuse idée ! Tout ce qu’il faut savoir sur la nature humaine se trouve dans ces formidables histoires, et sous la forme la plus amusante qui soit. Notre célèbre auteur en a écrit 240 en 26 ans. Combien le Français moyen en a-t-il retenu ? Trois ou quatre. Nombreux sont ceux d’entre nous qui seraient vraiment curieux de les découvrir ou redécouvrir.

Et qui sait que, outre Luchini et Jean Rochefort, Louis de Funès a prêté également sa voix et ses mimiques mémorables à La Fontaine ? Les Frères Jacques avaient mis une vingtaine d’elles en chanson. Elles sont faciles à retrouver. Alors, régalez-vous et régalez vos enfants ! Grand paradoxe, La Fontaine serait l’auteur le plus méconnu de la littérature française. Et pourtant, tout le monde le cite régulièrement, souvent sans le savoir. Réparons cette injustice !

8 novembre 2020

À lire aussi

Isidore prend Macron au mot… « en guerre »

Si vos soldats, dont vous aimez vous proclamer le chef, sont prêts à donner leur vie pour …