Serait-ce les sondages quotidiens montrant une certaine dynamique favorable à Zemmour, face à un petit effritement de Pécresse ? Toujours est-il que la droite molle semble ressentir un petit frisson d’angoisse. Au point qu’Édouard Philippe a jugé nécessaire de ressortir de la vieille boîte à outils probablement laissée sur le trottoir par le PS lors de son vide-greniers la technique éculée de la diabolisation.

Il vient, en effet, de rappeler à tous ( toutes, bien sûr…) à quel point Éric Zemmour était un personnage infréquentable : « Entendre dire que Pétain a sauvé les juifs, ça me fout en rogne ! Pour autant, je ne dénie pas à Éric Zemmour d'être candidat à la présidentielle [c’est bien gentil !], c'est la démocratie. Mais pour moi, ça ne passe pas ! » Ajoutant que « la question ne se serait jamais posée avec Jacques Chirac ».

Là, on est tous d’accord. Parce que ce dernier fut effectivement le précurseur de ceux qui n’ont eu de cesse de mettre genou en terre présenter des excuses ; même si ceux qui auraient dû les recevoir n’étaient plus là et ceux qui les présentaient n’avaient rien fait.

Enfin… si Édouard Philippe n’a qu’une querelle d’historiens à ruminer dans sa barbe, il faut croire que rien ne le gêne dans le programme de Reconquête. Et c’est normal, puisqu’il n’est guère éloigné de celui du RPR de la belle époque : beaucoup pourraient donc bientôt lui dire « bienvenue au club ». Mais aux dernières nouvelles, le maire du Havre a quand même prudemment apporté son parrainage à Emmanuel Macron…

Pendant ce temps-là, Valérie Pécresse tapote du pied : c’est qu’un mot gentil de Nicolas Sarkozy ne lui ferait pas de mal, en ces temps de surplace, mais celui-ci procrastine. Pourtant, la candidate LR oublie rarement de mentionner le bilan flatteur de l’ancien Président dans ses déclarations publiques, ressortant même un Kärcher™ presque neuf de son carton. Mais si elle envoie bien la rhubarbe, le séné de Sarko semble bloqué en douane ! Avec l’administration française…

On se souvient d’un temps où Pécresse était vue si « Macron-compatible » qu’on la donnait pour Premier ministre possible à la place d’Édouard Philippe. Aujourd’hui, il se murmure qu’au cours d’une de ces mystérieuses « visites du soir », Nicolas Sarkozy aurait soufflé le nom de Christine Lagarde à Emmanuel Macron pour rejoindre Matignon en cas de réélection du chef de l'État. Enfin une vraie personnalité proche du peuple…

5806 vues

9 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

66 commentaires

  1. a quand un cordon sanitaire pour entourer la connerie? essayer de faire peur aux électeurs n’a jamais fait un programme politique c’est plutot masque pour cacher leurs propres incompétence

  2. J’aimais bien Sarkozy mais je n’ai jamais accepté sa trahison de sa promesse du kärcher. Et on ferait mieux de se demander comment protéger les Juifs Français des musulmans maintenant plutôt que de retourner voir en 1943.

Les commentaires sont fermés.