Le bateau France continue de sombrer et on attend toujours le capitaine qui donnera l’ordre de colmater les brèches et de mettre en marche les pompes de refoulement.

Je pleure de voir mon pays accepter avec résignation son naufrage dans la médiocrité, la paresse, la lâcheté et l'anarchie que le laxisme de nos dirigeants, de quelque bord qu'ils soient, laissent se développer depuis des dizaines d'années. Car, dans ce pays, la veulerie se drape dans la toge des bons sentiments. Ce qui ne nuit pas à notre propension à donner des leçons au monde entier, bien au contraire !

La France en agonie

À mon âge, il me reste la parole. Avec l'expérience qui m'a mis au contact des hommes toute ma vie active, je crois les connaître assez bien, avec leurs défauts, voire leurs tares, mais aussi leurs qualités. Il faut les éduquer, les instruire, les informer et les guider ; ce que depuis longtemps on ne fait plus guère ou mal. Mais je ne pense pas qu'il faille chercher à les changer. Tous ceux qui ont essayé, et essaient encore, ont échoué et n'ont réussi parfois qu'à réveiller en eux les pires instincts. Il faut accepter les hommes tels qu’ils sont. Et, surtout, ne pas oublier qu'hormis quelques êtres purs et désintéressés, la plupart agissent par intérêt : intérêt financier, souvent, mais pas seulement ; attirance voire passion pour un métier, pour leur pays ; désir d'aider autrui, intérêt amoureux ou simple souci d’assurer sa subsistance et celle de sa famille - ce qui n’est pas déshonorant. Ne pas oublier, non plus, que les enthousiasmes s'émoussent lorsqu'ils sont confrontés à l'incompréhension, à l'indifférence, à l'injustice voire au mépris et à la violence.

La connaissance des hommes et des réalités, c'est ce qui semble manquer à trop de nos personnages politiques chez qui priment la théorie et l'angélisme, bonté sans rapport avec la réalité, et trop souvent couvertures morales de la faiblesse quand ce n'est pas de la lâcheté pure et simple. Nous en avons continuellement des exemples.

Ce bilan est douloureux. La France est-elle déjà entrée en agonie, comme certains le craignent ? Quel espoir nous reste-t-il de vivre dans une France, évoluant avec son temps certes, mais fidèle à sa civilisation, et dans une certaine paix sociale ?

Je ne discerne pas, dans les gens qui nous gouvernent depuis longtemps, la lucidité de distinguer les dangers majeurs qui nous menacent : l’invasion islamique, qui porte en elle la disparition de notre civilisation puisque nous sommes impuissants à intégrer ses membres, et son corollaire l’insécurité, les excès de l'état moloch et des collectivités locales boulimiques dont le poids financier plombe les comptes de la nation et ceux des contribuables, la toute-puissance des syndicats et de la presse qui entraînent nos élus et nos responsables à tourner au gré des vents dominants comme des girouettes bien huilées.

L'urgence de renouer avec le courage et la sagesse

La sagesse de distinguer les urgences, les vrais problèmes, de différencier les individus (les bons, les récupérables et les méchants irrécupérables), de distinguer ce qui est réalisable maintenant de ce qui ne le sera que plus tard ou jamais peut-être. La générosité pour secourir les vraies détresses et pas les autres.

Le sens de la justice pour définir et appliquer des règles équitables à toutes les catégories de Français, en fonction de leurs mérites et pas seulement en fonction de leur poids électoral et de leur capacité de nuisance. Pour qu'il y ait aussi un intérêt à être Français en France.

La modestie afin que l'on cesse de donner au monde cette image de peuple hâbleur, prétentieux et donneur de leçons alors que notre propre maison, dont l’influence périclite sans que nous en prenions conscience, n'est pas si bien tenue que cela. Le courage de prendre toutes les décisions qui s'imposent, fussent-elles impopulaires ; pour le bien de la collectivité nationale d'aujourd'hui et surtout de celle de demain. La fierté, l'élan, l'aura nécessaires pour redonner aux Français le réflexe de vivre debout, de cesser de penser qu'ils n'ont jamais rien fait de bien et doivent indéfiniment expier les supposées fautes du passé.

Peut-être suis-je en train de rêver. Il faudrait des hommes nouveaux, animés d'un esprit nouveau, et les déceptions accumulées montrent hélas que nous ne les avons pas encore trouvés.

7087 vues

04 septembre 2023 à 17:15

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

52 commentaires

  1. Alexis de Tocqueville 1805-1859à la réponse : « La volonté de l’homme n’est pas brisée, mais adoucie, courbée et guidée ; les hommes y sont rarement contraints d’agir, mais ils sont constamment empêchés d’agir : un tel pouvoir ne détruit pas, mais il empêche l’existence ; il ne tyrannise pas, mais il comprime, énerve, éteint et abrutit un peuple, jusqu’à ce que chaque nation soit réduite à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger.

  2. La France a connu bien pire, et, récemment la défaite de 1940. En 1945, cette France s’était refait une santé, préservée par un homme qui donna son honneur et un autre qui nous restitua notre honneur. Le « personnel politique » au pouvoir n’a pas changé, il semble bien pire, et nous avons nos Gamelin, va-t-en-gueguerre, alors faisons avec ce que nous avons d’opposition, nous n’avons plus rien à perdre.

  3. J’étais au début de ma vie professionnelle en 68. C’est là que tout le délabrement a commencé. Interdire d’interdire etc…Quel désastre!

  4. J’ai un âge qui m’a permis de traverser plusieurs époques dans lesquelles il fallait travailler dur, mais nous n’étions pas sous pression, contraintes, interdits, obligations (débiles), en permanence. Jusqu’à l’ère SARKOZY, ça n’était pas le top, mais on tenait le choc. Mais depuis HOLLANDOUILLE et l’accélération puissance 10, sous le macroneux hystérique assoiffé du pouvoir, c’est l’abime grande vitesse. Il détruit tout sur son passage, ruine le peuple. Il reste 4 ans pour parachever son oeuvre funeste. Mon avis personnel : « la FRANCE est totalement foutue. Qu’on me prouve le contraire. Et les moutons que nous sommes nous nous réveillerons lorsqu’il n’y aura plus rein dans la gamelle, sauf que ce sera trop tard. Suggestion : lire les 3 volumes de Laurent OBERTONE, « GUERILLA ». C’est un des sujets qui participe à notre perte.

  5. Grâce à Dieu, le Pire n’est jamais une certitude !
    Pour reconstruire sur les décombres, il nous faut puiser dans les valeurs qui ont été celles de nos ancêtres.
    Souvenons-nous de leur force et surtout de leur Foi.
    Comme l’écrit Cyrano 24 ci-dessous, l’Amérique et la Russie finiront par faire la paix.
    Car c’est bien la Russie, qui devait être battue, soumise, fragmentée et pillée.
    Pour l’Ukraine, déjà pillée depuis 2014, elle n’est que la chair à canon consentante.

    Peut-être les états européens comprendront-ils enfin, après 400 000 morts ukrainiennes, quelle a été leur responsabilité et combien ils ont été les victimes économiques de ce conflit ?

    Si la France secoue sa vassalité et reprend son indépendance, et en politique migratoire et en économie, nous pourrons avoir l’espoir de remettre de l’ordre dans notre propre maison.

    1. Pour cela il faut un changement radical de tout le personnel politique qui se dispute le pouvoir…Soeur Anne ne vois- tu rien venir ???
      Comme le général Dubois, je ne vois, moi, que la route qui poudroie et nous conduit à l’abîme.

  6. L’agonie c’est certain ,mais les derniers râles ne sont pas loin ..que c’est triste et affligeant de voir son pays sombrer de cette façon et tout cela a cause de l’incompétence de nos dirigeants…

  7. Mais tous ces éléments destructeurs sont distillés des leur plus jeune âge à notre descendance, c’est l’école qui formate les moutons et les révolutionnaires de demain : les « jouets pour garçon ou pour fille », les arc en ciel dans tous les coins des dessins et reconnus à la tv comme un signal exultant, les formations dragqueen et autres lgbt, les formations « traoré » et autres délinquants… la perversion s’insinue partout dans notre « fameuse école » et le vers est installé dans le jeune fruit pour pourrir l’avenir de notre pauvre pays…
    Mais il commence à y avoir des sursauts dans d’autres pays occidentaux, alors un vent frais va-t-il aussi souffler sur notre pays ?

  8. il semble en effet que la France n’a pas terminé sa chute, hélas…. sera t elle capable à un moment ou à un autre à un sursaut salvateur ? difficile à dire vu l’absence totale de candidats qui auraient la trempe, l’envergure et la lucidité d’un chef, un vrai, pas une girouette qui change d’avis comme de chemise !

  9. L’agonie de notre pays a commencé avec l’élection de mitterand en 1981. Les « bons sentiments » de la gauche ont laissé croire que l’argent allait tomber dans la poche sans faire le moindre effort….c’est ce qui est arrivé avec toutes les aides sociales attribuées à tort et à travers et dont le résultat actuel est que ceux qui vivent des diverses allocations vivent mieux que ceux qui se lèvent le matin pour aller bosser d’où le désintérêt du travail par nombre de chômeurs ou le désintérêt du goût de la nation par nos jeunes accrochés aux jeux de leur téléphone !

    1. La programmation de la mort de l’Europe, donc de notre pays, a commencé avant la première guerre mondiale, programmée par les ancêtres mondialistes de ceux qui sont aux manettes actuellement !

    2. L’agonie a peut-être commencé sous Mitterrand, mais il est clair que le déclin de la France comme puissance majeure en Europe et dans le monde peut être daté très précisément: c’est la grosse Panzer Rigolade de l’été 1940. Nous n’avons jamais cessé de dégringoler dans tous les domaines depuis, malgré les efforts méritoires de De Gaulle de « faire comme si » en 1940 et 1958. Avec la dérouillée diplomatique que nous subissons actuellement dans notre pré-carré africain le principe de réalité s’impose brutalement aux Français. A l’extérieur il y a belle lurette que nous ne sommes plus crédibles.

  10. J’ai fait un rêve : que mes enfants, mes petits enfants quittent ce pays dont la civilisation s’éteint et laisse place à une civilisation barbare : avec la complicité de nos politicards, car sinon une telle décadence ne pourrait pas être possible !

  11. Général, la Nation a déjà connu dans son passé des moments semblables. Il y eut des actes de résistance, de rassemblement (difficile) même « de l’extérieur ». On pourrait s’appuyer sur le potentiel des « réseaux » sociaux, face à un système éteint, et, pour se redresser, prévoir un « appel », des équipes, un projet « d’épuration », d’abord « à blanc », un programme hors du « jeu » officiel. Ce fut le cas de 1940 à 1944, contre les « mous » rangés de longue date derrière le nazisme. Mais l’armée d’aujourd’hui, en poste (si cela pouvait passer par elle ?) pourrait-elle dégager un Chef ?

    1. Hélas on ne peut rien contre le nombre, il aurait fallu réagir fermement il y a un demi-siècle, avant le tsunami. Les Franco-Gaulois et assimilés seront minoritaires dans une génération, donc même au point de vue électoral, démocratique, la partie semble jouée et la libanisation actée. Du reste les occupants en question n’ont jamais eu besoin dans leurs conquêtes historiques d’être démographiquement majoritaires pour imposer leur loi. Tout ce que les autochtones peuvent espérer pour leurs enfants c’est un statut de minorité protégée à l’image des Peaux-Rouges américains. On appelle ça aussi des dhimmis.

  12. Ç fait maintenant longtemps que la France se meurt et en réalité, tout le monde ou à peu prés s’en fout…

  13. Constat édifiant de ce qu’est devenu notre pays. Effondrement de ses institutions qui ne peuvent plus assurer le bien être de nos concitoyens, politique étrangères à l’emporte pièce déplorable, et intérieure qui méprise les contribuables. Où est le sauveur ?

  14. La France et l’UE sont condamnées. Les USA et les russes qui sont en train de préparer leur assaut final en Ukraine, vont faire un nouveau « Yalta » mais sans les idiots utiles européens. L’Europe, ruinée et aux populations affaiblies par des années de propagande sur la solidarité, la culpabilisation, la compassion + le loisir et la bienpensance qui ont remplacé le travail dans le projet humain + les privations de libertés acceptées par les peuples européens au nom du covid, du climat et tutti cuanti… ne compte plus dans le monde et se tiers-mondise. L’inertie de la création de richesse depuis l’après-guerre continuera encore à maintenir l’illusion quelques temps mais l’EU est finie et c’est sans doute une chance pour les pays européens les plus volontaires et travailleurs pour recouvrer leur souveraineté et maintenir une richesse acceptable. Regardez les cours de l’Euro qui se sont effondrés de l’ordre de 20% (ex : 1 euro avant le covid jusqu’à 22/23 pesos mexicains descendu à 18 aujourd’hui) . C’est à cause des russes ou bien de toute cette création inopportune de monnaie avant, pendant, et après le covid pour acheter la paix sociale en entretenir le déni de réalité? La dette va se payer très très cher.

Les commentaires sont fermés.