[Point de vue] Contre le RN, ils ne savent plus quoi inventer : et maintenant, la proportionnelle !

20231122_114318

C’est curieux, pour des défenseurs acharnés de la démocratie, la rage que mettent les héritiers de la Révolution à faire taire, par la procédure ou par la violence, tout ce qui ressemble à une opposition. Enfin, non, ce n’est pas vraiment curieux. « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté », disait Saint-Just parlant des royalistes. Fouquier-Tinville, lointain précurseur de nos commissaires politiques d'aujourd'hui, profita de la Grande Terreur à Paris (on peut relire, à ce sujet, l’ouvrage de Joachim Bouflet) pour faire exécuter des centaines d’innocents avec une cruauté qui annonce déjà les procès de Moscou.

Quand on s’oppose à leurs desseins, les destructeurs se cabrent dans d’atroces sifflements, comme le dragon démoniaque frappé par saint Michel. Si c’est le peuple qui vote mal, on adopte le traité de Lisbonne. Si c’est le peuple qui pense mal (sur l’insécurité, les statistiques ethniques, le Grand Remplacement ou l’islamisation), on se passera de son avis. Si l’opposition est minoritaire, on peut envisager de tabasser ses militants et d'interdire à ses figures de parler en public (à Sciences Po, par exemple). Si cette opposition a une certaine audience, on tente de la faire interdire (c’est le cas de CNews). Enfin, si, malgré tout cela, l’opposition devient majoritaire, on trouve des stratagèmes pour la faire taire sans la faire disparaître physiquement. C’est ce dernier cas qui nous intéresse.

Passer à la proportionnelle

Un collectif globalement de gauche vient de signer dans Le Monde une bien étrange tribune. Des personnages, pour certains parfaitement anonymes (MoDem, écolos, « politistes »), pour d’autres tristement célèbres (Raquel Garrido, Jérôme Guedj, Daniel Cohn-Bendit), y demandent d’insérer une dose de proportionnelle dans les élections législatives. Cela permettrait, disent-ils sans rire, une représentation plus juste du poids des « territoires » (ce qui n’est pas idiot) mais, surtout, le véritable objectif serait d’empêcher le Rassemblement national d’accéder au pouvoir. C’est écrit en toutes lettres : « Pendant quarante ans, le mode de scrutin actuel a contribué à sous-représenter le Front national, puis le RN, sans freiner pour autant sa progression. Au contraire, il l’a aidé à s’enraciner comme parti protestataire en lui évitant d’avoir à prendre ses responsabilités à l’Assemblée nationale. » Et les signataires de poursuivre leur diatribe : « Mais aujourd’hui, ce même mode de scrutin risque de transformer la progression du RN en un raz-de-marée qui lui permettrait de mettre en œuvre sans entrave son programme irresponsable, pro-Poutine, xénophobe et liberticide. Pour toutes ces raisons, il est urgent d’adopter un mode de scrutin proportionnel pour les élections législatives de 2027, comme c’est déjà le cas chez la plupart de nos voisins européens. » Allons, soyons fous : ne serait-il pas plus « urgent » de supprimer carrément le suffrage universel, ça nous ferait gagner du temps ?

Empêcher le peuple de s’exprimer… quand il s’exprime mal

Traduisons tout cela. La proportionnelle de 1986 avait permis à des députés FN d’entrer à l’assemblée. On avait vite fermé les vannes : c’était bien trop… nauséabond. Maintenant que le mode de scrutin – sans proportionnelle - laisse envisager une victoire du RN, il est temps de rechanger les choses. Tout se passe comme si le mode de scrutin n’avait pour seul but que d’empêcher le peuple de s’exprimer… quand il s’exprime mal. Regardez-les parler du RN : c'est un peu d'eux qu'ils parlent. « Irresponsable », disent les soutiens du déficit de Bruno Le Maire ; « pro-Poutine », forcément, disent-ils dans un réflexe pavlovien qui devient lassant ; « xénophobe », disent ces soutiens des antisémites du Hamas ; « liberticide », disent ceux qui imposaient, pendant le Covid, que l’on boive son café debout et veulent, aujourd’hui, criminaliser les propos tenus en privé. À ce stade d’insultes absurdes, c’est le syndrome de Gilles de La Tourette dans sa version bobo.

Comble d’amusement : Jean-Yves Le Gallou rappelle malicieusement qu’un collectif semblable avait, en 1992, exigé le maintien du scrutin majoritaire (contre la proportionnelle) pour faire barrage au FN.

Arnaud Florac
Arnaud Florac
Chroniqueur à BV

Vos commentaires

34 commentaires

  1. Mais pourquoi n’envisagent-ils pas d’interdire à ceux qui votent RN, de voter? Ce serait peut-être un peu trop voyant et « antidémocratique ». Que d’hypocrisie et de malhonnêteté intellectuelle.

  2. La démocratie conseillée par Mac Kinsey ! Combien cette entreprise a t’elle touché d’argent public pour gruger le con-tribuable français spolié qui l’engraisse à la demande des politicards, élus et entretenus, pour être, paraît-il, au service des Français. On est paraît-il en guerre : alors pourquoi la loi martiale ne s’applique t’elle pas, tout particulièrement envers les traitres ?

  3.  » « Pas de liberté pour les ennemis de la liberté », disait Saint-Just parlant des royalistes. » Pas seulement. Il visait (c’est le mot) les Royalistes, certes, mais aussi l’extrême droite (déjà!), c’est-à-dire tous ceux qui ne votaient pas Montagnards. La gauche n’a pas changé depuis.

  4. Moi j’aimerais avoir un mode de scrutin contre la gauche sous toute ses formes! ces islamos gauchistes vont nous priver de toutes nos libertés . Cohn bendit…..il a passait sa vie à raconter des conneries . Il est gauchiste avec une retraite de 20000 euros ….

  5. « Pendant 40 ans on a obligé le FN/RN à participer à la course avec des jambes de bois. Et maintenat qu’il est en passe de gagner la course on veut lui scier ses jambes de bois ! » (Matthieu Bock Coté sur CNEWS) Il se pourrait bien qu’à ce petit jeu les Français deviennent enragés. Rien ne pourrait alors arrêter le raz de marée de leur colère.

  6. L’angoisse des dirigeants actuels s’explique par une évidence : les prochaines élections consacreront la victoire des identitaires patriotes sur les multipolaires apatrides pour qui la France n’est qu’une terre d’expérimentation de leurs théories ‘wokistes’ et ultra gauchiste.

  7. Mais pourquoi ne pas interdire tout simplement le RN ;ce serait plus simple. Alors mesdames et messieurs les grands démocrates, qu’attendez vous ?

  8. C’est moche pour la gauche, mais pour changer le mode de scrutin, il fallait le faire avant la campagne électorale.

  9. Je redoute encore plus les prochains procès montés contre les personnalités du RN que la proportionnelle en fait. Ils feront tout pour que celui-ci ne passe pas. Et s’il advenait que le RN gagne les élections, ils feront motion de censure sur motion de censure pour faire tomber le Gouvernement. Nous en sommes-là: le chaos sinon rien ! Voilà leur slogan.

    • Pour faire tomber un gouvernement avec une motion de censure il faut que celle ci recueille une majorité. SI le RN ou plus exactement la coalition qui le portera au gouvernement est majoritaire (et suffisemment solide) ces motions de censure iront à la corbeille à papier. Vous mettez le doigt sur une question TRES INTERESSANTE à la quelle le RN serait bien avisé de réfléchir suffisemment A L’AVANCE : La nécessité IMPERATIVE de constituer un BLOC MAJORITAIRE SOLIDE. Et donc de conclure avant les élections un PACTE de gouvernement appuyé sur un programme commun ….. Faute de quoi il arrivera ce que vous pressentez.

  10. Les dictateurs et les états corrompus sont prompts à changer les règles lorsque celles-ci ne leur sont plus favorables, ou révèlent leur trahison envers les peuples. Cela peut même les conduire perversement à laisser la dette de la France s’envoler, la rendant ainsi complètement dépendante du monde de la finance et de ses créanciers. Voir et il faut le craindre sans être conspirationniste prêt a toutes fourberies, pour agir sur des actions déstabilisatrices visant aux déclenchement de guerre civilisationnelle. En résumé, il est certain qu’ils mettront tout en œuvre pour discréditer et invalider l’élection d’un parti de droite, qu’il s’agisse du RN ou de Renaissance.

  11. pas une dose de proportionnelle, elle doit être intégrale ou rien, quand à dire que le FN/RN ne prend pas ses responsabilités à l’assemblée nationale, on se demande où habitent les signataires de cette tribune à part 1986, le FN n’avait eu que 3 députés et seulement en 2022, 89 puis 88. Quand à s’étonner que le RN ne soit pas aux responsabilités, ils oublient qu’ils ont fait barrage en demandant par exemple des votes pour macron, et renaissance contre des candidats RN aux législatives et autres élections, ces professionnels de la politique qui s’ancrent à leurs postes comme une moule à son rocher font pitié, mais eux proposent quoi à par le cirque à l’assemblée nationale ?

  12. Ça va être la valse des modes de scrutin ! Il faut enlever la proportionnelle pour faire barrage au FN : pas de bol, ils passent quand-même, malgré le suffrage universel. Zut, alors, remettons la proportionnelle pour faire barrage au RN. Mais le problème est ailleurs : les électeurs RN sont entêtés et ils savent s’adapter. On parie qu’ils passeront, quel que soit le mode de scrutin. Oseront-ils annuler les élections ? Il y a lieu de se poser la question.

    • Ils n’en auront pas besoin. La collection des résultats officiels s’effectue déjà à Houston (Texas) domaine de Mac Kinsey.

  13. Rien d’étonnant dans ce type de magouille puisque le chef d’orchestre c’est évidemment le macron dont son seul souci c’est de faire barrage par un matraquage du RN par tous les moyens pour lui le reste est évidemment secondaire

  14. « En lui évitant d’avoir à prendre ses responsabilités à l’Assemblée nationale. » Quoi que puisse proposer le RN, tout « l’arc républicain » se lève et refuse de regarder leurs propositions. Pourquoi proposeraient-ils quoi que ce soit. ils font le seul travail qui leur soit autorisé par l’arc républicain, voter pour ou contre les textes présentés.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois