Philippe Bilger réagit à la présence d’Éric Dupond-Moretti aux obsèques du père Maire pour représenter le gouvernement.

 

 

 

Que pensez-vous de la présence d’Éric Dupond-Moretti aux obsèques du père Olivier Maire ?

 

Il était naturel que le gouvernement se fasse représenter par un ministre aux funérailles du père Maire, mais j’ai été un peu surpris que le garde des Sceaux soit choisi pour cette représentation. Il y a eu, dans la commission de cet assassinat, une responsabilité judiciaire, à la suite d’un contrôle judiciaire qui n’a pas été mis exécution, lors d’une troisième obligation de quitter le territoire, en 2019. Donc, je trouve étonnant, pour ne pas dire plus, que ce soit le garde des Sceaux directement en charge du judiciaire qui a dysfonctionné qui soit choisi.

 

Qu’aurait dû faire le ministre de la Justice ?

 

Lui, il n’a pas failli, mais dans notre État de droit, les obligations de quitter le territoire peuvent faire l’objet de recours. Dans cette affaire, deux obligations ont été annulées puis, en 2019, la troisième devait être exécutée. Notre État de droit est devenu tellement sophistiqué, dans le mauvais sens du terme, qu’une démarche judiciaire peut annuler ce que l’État de droit devrait imposer par ailleurs. C’est aberrant sur le plan intellectuel et sur le plan social. Notre État de droit est trop raffiné et sophistiqué, au risque de devenir incohérent par rapport à l’État social qui devient de plus en plus préoccupant sur le plan des crimes et des délits.

 

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a dit que l’individu ne pouvait pas être expulsé…

 

Le ministre de l’Intérieur, pour lequel j’avais une certaine estime, reconnaît l’insupportable contradiction entre la nécessité de faire quitter le territoire à un homme qui a commis le pire et, en même temps, un contrôle judiciaire qui permet à une juridiction de rendre impossible l’exécution d’une obligation étatique.

Le ministre de l’Intérieur ne dénonce pas l’absurde de contradiction qui est au cœur de notre État de droit et qu’il faudrait modifier.

13 août 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.