Il y a des perles dans le projet de loi pour l’asile et l’immigration dans la République, cosigné par le ministre de l’Intérieur et le ministre du Travail.

Ce document préparatif, que BV s’est procuré, sert de base aux conversations menées par le gouvernement avec les partis politiques, syndicats patronaux, etc., dans le cadre de la future loi qui verra le jour au printemps. Le gouvernement est bien obligé de lâcher quelques chiffres, quelques arguments, quelques états des lieux pour justifier ses ambitions de changement. Et ce n’est pas piqué des hannetons.

Dès les premières lignes, nos deux ministères constatent, pour se dédouaner, le désastre de la politique migratoire et de l’autorité de l’État : « Le taux d’exécution des obligations de quitter le territoire français (OQTF) n’a jamais dépassé 20 % des mesures prononcées toutes périodes confondues », explique cette note, qui oublie de préciser qu’on est aujourd’hui proche de 5 %. À cet égard, nos gentils ministres reconnaissent que « la solution réside dans le dialogue migratoire avec les pays de départ ». Oui da ! Mais ce dialogue paraît très, très discret à ce jour. Quant aux résultats du dialogue, ils sont… inexistants.

Autre aveu de faiblesse, ce fameux projet de loi propose de lever, en cas de menace grave à l’ordre public de la part d’un étranger, les protections qui s’appliquent automatiquement. Oui, on en est là ! Des protections automatiques couvrent, en effet, les immigrés entrés en France avant 13 ans, ceux qui y résident depuis plus de dix ans ou ceux qui ont épousé un Français depuis plus de trois ans. Mais à une condition : le délinquant qui aura menacé gravement l’ordre public devra avoir plus de dix-huit ans, sans quoi la France est toujours contrainte de le garder : il restera donc impos() sible d’éloigner un mineur… Ceux-ci peuvent nuire en toute quiétude.

Autre projet, autre pot aux roses. Le projet de loi a la louable ambition de désengorger nos tribunaux. Ce qui oblige nos deux ministres à livrer des chiffres. « En 2019, affirment les deux ministères dans cette note, le contentieux des étrangers représentait plus de 40 % des affaires enregistrées devant les tribunaux administratifs, soit 94.260 affaires. » BV a donc sorti la calculette : attention au choc ! Précisément 94.260 affaires sur 365 jours donnent le chiffre ahurissant de… 258 affaires liées à l’immigration par jour, samedi, dimanche, Noël et Pâques compris ! Ce n’est pas tout, il faut y ajouter 18.086 affaires liées à l’immigration portées devant les cours administratives d’appel, précise cette note, soit une affaire sur deux enregistrée devant ces juridictions. Ce qui fait monter notre baromètre à… 308 affaires liées à l’immigration par jour. Mais la somme n’est pas complète, car la note ne dit rien des nombreuses affaires d’immigration qui échouent devant la juridiction pénale ou devant les juges du civil…

En 2021, les 42 tribunaux administratifs français et les huit cours d’appel administratives ont ainsi eu à juger six affaires par jour en moyenne concernant des immigrés. Vous suivez toujours ? Sur une année complète, chaque tribunal administratif tranche ainsi 2.244 affaires d’immigration et chaque cour administrative d’appel juge de son côté 2.260 affaires concernant nos immigrés.

Cette cause, l’immigration incontrôlée, est pourtant rarement évoquée dans l’éternel débat sur l’encombrement des tribunaux ou le manque de moyens et d’effectifs de la Justice.

Il faut dire que les étrangers ont toujours le choix entre douze procédures (!) que le gouvernement propose de réduire à deux urgentes et une ordinaire, comme le recommandait le conseil d’État en… mars 2020. Efficacité, quand tu nous tiens…

Pour tenir le choc face aux vagues migratoires, l’État doit aussi investir dans les structures qui s’occupent directement des arrivées de migrants : l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides) a ainsi recruté 200 salariés (équivalents temps-plein) supplémentaires depuis 2017, la CNDA (Cour nationale du droit d’asile) 50 salariés. Le tout aux frais du contribuable.

Enfin, cette note se penche sur le travail, « premier lieu de l’intégration des étrangers ». Un argument imparable en faveur de l’immigration débridée là encore… Aujourd’hui, « le taux de chômage [des étrangers] est de 14,6 %, contre 8,3 % pour les personnes nées en France », affirment nos deux ministères. Le taux de chômage des étrangers n'est donc pas très loin du double de celui des Français. Leur taux d’emploi en France est seulement de 58,5 %, contre 66,4 % pour les Français nés en France. La différence atteint même 15 points pour les femmes. Des chiffres destinés à ceux qui évoquent les besoins de recrutement des entreprises pour évoquer l’ouverture plus large encore de la France à l’immigration. Bien sûr, dans cette inégalité flagrante si préjudiciable à la France, les coupables ne sont pas les politiques aveugles et sourds qui ont organisé la subversion, pas non plus Macron, véritable statue du commandeur dogmatique de l’ouverture des frontières, ni les immigrationnistes aveugles de la gauche et de l’extrême gauche. Non, ceux qu’on va fouetter comme il faut, ce sont… les patrons. Ceux qui peinent à recruter par manque de main-d'œuvre et paient les allocations chômage, l’AME et autres subventions déguisées à l’immigration. Ils vont mettre au pot contraints et forcés pour améliorer la langue et la formation professionnelle des étrangers inemployables. Car l’État a les moyens de faire payer, aux patrons comme aux Français, le prix de sa propre incurie.

9014 vues

24 novembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

44 commentaires

  1. Le gouvernement attend tranquillement la lassitude des citoyens qui vont finir par baisser les bras. C’est bien connu en psychologie. « Patience et longueur de temps font plus que force et que rage » Espérons que Jupiter se lassera d’attendre que nous baissions les bras. Destitution!

  2. Tant que nous aurons à la tête de la France un gamin caractériel doublé d’une équipe de bras cassés bons à rien et mauvais à tout, incapables de réunir une majorité qui ne sait plus ou elle habite, shootée au 49-3, alors on n’en sortira pas.
    Si ce gamin était courageux, ce don je doute, il déciderait, comme l’avait fait en son temps le général de Gaulle (1969), un référendum sur sa personne à la tête de l’état.
    Ne rêvons pas, il n’est ni courageux, ni le général de Gaulle !
    Je tiens à préciser que je n’ai pas une estime particulière pour le général, mais je conviens qu’il faut en avoir, force est de constater que ce n’est pas le cas du freluquet.

  3. Quant ces »pitres qui nous gouvernent »adopteront le modéle Australien,là,cela commencera,a etre intérréssantt.Avant,ce ne seront encore et toujours de la »com »,effets de manches,postures et blabla,et pour ceux qui nous dirigent-Auto-satisfaction-incapables qu’ils sont de faire,et tenir compte de l’opinion des Français,ou ne le voulant pas,et de diriger Honnêtement le pays.

  4. En réalité ce sont toutes nos institutions qui sont bloquées par l’immigration . Elles ont du mal à suivre comme vous le démontrez bien, particulier à travers la justice qui est complètement encombrée, car pas adaptée à ce raz de marée migratoire et son lot de délinquance associée. Il faut sortir de cette logique de l’immigration imposée mais le gouvernement va complètement à l’inverse avec cynisme en s’appuyant sur sa fausse opposition LR et NUPES . L’immigration nous a été imposée sans aucune consultation préalable, et pourtant ses chiffres dépassent tout entendement et ses conséquences financières et sociétales sont en rapport dont ils nous incombe pourtant de financer le coût. . Imposons à notre tour à tous les partis, l’idée d’ un débat sur l’immigration en les mettant devant leur responsabilité . Il faut arrêter de se faire culpabiliser pour de mauvaises raisons, par une gauche clientéliste concernant une mauvaise conscience coloniale ou un racisme .Prenons les à contrepied de la façon dont ils veulent nous voir réagir , c’est à dire se défendre de ce qui ne nous concerne pas . Nous n’avons pas à nous expliquer du pourquoi nous ne voulons pas d’immigration, c’est à eux de nous donner les raisons de cette submersion migratoire imposée ! Ordonnons à notre tour un referendum sur la questions migratoire et le débat nécessaire suite à la quasi situation de guerre civile qui en résulte . Arrêtons de jouer aux autruches .

    1. La marmite est sous pression et va bientôt exploser. Va venir se rajouter à ça, la non réintégration des exclus non vaccinés et… coucou, le covid est de retour…on remet ça! La neuvième vague est à notre porte! J’avais posé une question sur BV mais n’ai jamais eu de réponse.  » Le vaccin a sauvé X….personnes de la mort ». Comment ont-ils fait pour compter les personnes « vaccinées » qui auraient dû mourrir et ne sont pas mortes?…Est-ce une question de logique ou de mathématiques?

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter