Parmi les mirobolantes facilités accordées dernièrement par notre bon maître, il y a ce deux poids deux mesures : pas de couvre-feu pour , mais couvre-feu pour le Nouvel An. , en Insoumis particulièrement disruptif, se trouve exactement où on l’attend sur ce sujet. Il a ainsi tweeté, le 10 décembre : « Couvre-feu pour le nouvel an mais possibilité de fêter Noël ! Comprend qui peut… Vive la ! »

Évidemment, ce que M. Corbière ne comprend pas, ou fait mine de ne pas comprendre, c’est que la fête catholique soit autorisée et que la fête laïque ne le soit pas. Dans le paysage idéologique de La France insoumise, en effet, l’Histoire commence en 1789, les gens de droite sont capitalistes et votent Macron, Assa Traoré est la personnalité de l’année ; les zodiacs de Méditerranée regorgent de docteurs en physique nucléaire qui fuient des pays en guerre et la Vendée est un point de détail de l’Histoire de la liberté. Un logiciel cohérent, faute d’être totalement honnête.

Dans ce logiciel, le catholicisme est une superstition liberticide que la République a su… pardon, que la république, elle a su éradiquer. La France, qui, de toutes façons, a toujours été métissée et multiconfessionnelle, ne devrait donc pas témoigner tant d’égards à une religion que ses évêques eux-mêmes détruisent volontiers à coups de masse.

Je vois, pour ma part, deux raisons à cette différence de traitement : d’abord, Noël est devenu la fête des cadeaux. C’est un pic de consommation qui remplace souvent la tendresse familiale, tout comme Pâques, fête du diabète. Personne ne peut donc s’en passer dans les circonstances actuelles (ni les consommateurs dépressifs, ni les commerçants moribonds). Ensuite, et surtout, l’État ayant renoncé à tout sauf à châtier les braves gens, on peut comprendre qu’un couvre-feu le 31 (qui est plutôt la fête des bagnoles) soit une mesure de prudence… la prudence, nom que nos maîtres donnent à la lâcheté. Malgré les 100.000 policiers et gendarmes annoncés le 31, les cités flamberont sans doute, on condamnera « avec la plus grande de toutes les fermetés » et la vie continuera, avé le masque et dans le respect des gestes barrières. Mais on aura « fait son possible ».

Ne vous inquiétez pas, Monsieur le Député. Ça n’a rien à voir avec les catholiques. Leur « lobby » supposé n’a servi à rien depuis 1975, et les événements de ces vingt dernières années prouvent, jusqu’à ces dernières semaines incluses, en quelle estime ils sont tenus. J’espère que c’est plus clair comme ça. Joyeux et saint Noël quand même.

14 décembre 2020

À lire aussi

Éviction de Finkielkraut par LCI : une affaire où tout le monde a tort

Il y a dans ces deux réactions successives toutes les marques de notre époque. …