Editoriaux - Polémiques - Politique - 16 août 2019

« Ni droite ni gauche » ? Vraiment ?

Depuis plusieurs mois déjà, j’essaye de trouver la ou les définitions de la droite ou, plutôt, j’essaye de trouver ce qui peut mettre à bas cette expression « ni droite ni gauche », qui me paraît non seulement ridicule mais surtout dangereuse. Alors, je lis, j’écoute les débats, je cherche sur le Net tout ce qui a rapport, de près ou de loin, à cette fichue définition de « la droite ».

En même temps, il faut être honnête ; un peu dupe de moi-même, je ne veux qu’une définition qui me ressemble ou qui s’approche le plus possible de mon point de vue ! Aïe ! voici le premier écueil, je suis en train de tomber dans le plus gros piège : définir un point de vue politique en fonction de sa propre sensibilité. Erreur fondamentale !

Il me faut donc être neutre dans mon approche, pragmatique dans mes recherches et factuel dans mes réponses. De plus en plus difficile, donc.

Première observation : comment différencier une personne de gauche d’une de droite :
une personne de droite cache son Valeurs actuelles, son Figaro ou Action française quand elle a la visite d’une personne de gauche.

Une personne de gauche va étaler, chez elle, tous les Libé, Nouvel Obs, Le Monde qu’elle trouve, jusqu’à en mettre une pile dans les WC au cas où vous auriez loupé les autres.

Ça peut sembler anodin, mais ça ne l’est pas car la fameuse « bien-pensance » de gauche (dois-je encore préciser qu’elle est de gauche ?) continue joyeusement d’inhiber toute forme d’opposition par une inscription dans l’inconscient collectif du « Nouveau Bien » et du « Nouveau Mal » ; le premier étant attribué au progressisme sous toutes ses formes ; cette conception de l’avenir qui renverse aussi bien les traditions que l’héritage français en traitant ceux qui les défendent de ringards et néo-réacs, donc de « Nouveau Mal ». Dans les années 50, ces définitions étaient totalement inversées. Mais après le passage des socialistes, tous les repères ont été bouleversés, pour un résultat bien peu glorieux.

Mais revenons à la question fondamentale : suis-je « À droite » ou « DE droite » ? Car la nuance est fondamentale. Être « À droite » revient à se positionner sur un axe politique général, qui se situe, en gros, entre l’UDI (ou MoDem) et le RN. C’est vaste et il y a autant de nuances que de partis, micro-partis, groupes de réflexion, etc.

Être « de droite », c’est adhérer aux valeurs de base qui l’ont construite depuis le 11 septembre 1789 : liberté, mérite, ordre, sécurité, tradition, conservatisme.

Tous ces mots, la gauche les vomit, les conchie tout en refusant sa responsabilité dans le désordre qui se met progressivement en place du fait même de la destruction de ces valeurs.

Mais une partie de la droite joue, aussi, les vierges effarouchées quand on lui parle de sauvegarde anthropologique de notre civilisation.

Donc, ce fameux « ni gauche-ni droite » que brandissent conjointement le RN et LREM est un oxymore qui ne sert que leurs dirigeants mais aucunement le peuple qu’ils prétendent défendre.

À lire aussi

Et si l’on passait enfin à « la droite la plus intelligente du monde » ?

Il faut donc utiliser les mêmes armes que Macron pour le mettre hors circuit : le dominer …