En écho au « Grand Remplacement », conceptualisé par Renaud Camus, l’intellectuel germano-américain Yascha Mounk, qui est habitué à réfléchir sur les démocraties occidentales à l’heure du populisme et du « wokisme », a développé le terme de « grande expérience ». Il part du principe qu’il n’y a pas de phénomène de Grand Remplacement puisque « nos pays sont déjà multiethniques. La seule manière de mettre fin à ce mouvement serait extrêmement cruelle : une ou la persécution de nos concitoyens », indique Yascha Mounk à nos confrères du Point. En prenant acte de ce changement anthropologique de l’Occident, il tente une approche bien différente en essayant d’être optimiste. « Le changement démographique que nous vivons est certes un enjeu crucial, mais son issue peut être positive si l’on y répond adéquatement », déclare-t-il à l’hebdomadaire. Une manière de tourner la page, en somme.

Multiculturalisme contre multiethnique

Yascha Mounk donne parfois l’impression qu’il ne distingue pas multiculturalisme et multiethnique. Or, un pays peut très bien être multiethnique sans être multiculturel. Le très médiatique Jean Messiha, qui est d’origine égyptienne, et Tanguy David, militant de génération Z, né au Mali, par exemple, se sont approprié la culture française et n’ont pas imposé les codes culturels de leur pays d'origine. Pour l’essayiste germano-américain, l'attachement à la nation doit être élargi aux cultures exogènes. « Le patriotisme, c’est en partie l’amour d'une culture commune, explique-t-il. Il s’agit de la culture française telle qu’elle se présente en 2022. Ce n’est donc pas seulement l’amour de Voltaire ou des bistrots français – que je partage –, c’est aussi celui des traiteurs asiatiques ou des marocains. » Il poursuit en expliquant que « c’est le rôle de l’État de dire aux anciens résidents qu’ils ne peuvent pas attendre des nouveaux arrivants les mêmes croyances religieuses ou culturelles que les leurs ».

Pourquoi avoir peur du « Grand Remplacement » ?

La vision de la « grande expérience » proposée par Yascha Mounk est-elle acceptable par la population française, quand on sait que 67 % des Français sont inquiets par l'idée d'un « Grand Remplacement » ? Les Français ont-ils admis un jour qu'il leur faudrait changer de culture ?

Pour l’intellectuel, ce qui fait peur aux Français, « c’est le manque de vision positive du futur » : la gauche serait dans l’erreur en proposant une nation absorbée par le multiculturalisme et la serait trop pessimiste en évoquant la possibilité d'une guerre civile. Mounk n'a pas vu que, dans l'Hexagone, les zones livrées au multiculturalisme avaient évacué définitivement la France : plus de Français, plus de mœurs françaises, même nos lois peinent à s'imposer. Ni Voltaire ni les bistrots français n'apparaissent dans nos banlieues, qui n'ont aucune envie d'adopter la culture française, bien au contraire. Les Français cherchent des endroits plus paisibles pour tenter de résister à la double lessiveuse de l'immigration et du « wokisme » qui ne laisse rien d'hier, ni culture ni peuple. Le restaurant asiatique ou marocain pourrait représenter une parenthèse exotique bienvenue pour les Français, comme un air de vacances. Dans la société de Mounk, le même restaurant illustre plutôt le recul de la culture française sous les coups de boutoir de la « diversité » et de cultures exogènes.

6102 vues

14 janvier 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

38 commentaires

  1. +57% d’immigrés clandestins arrivés en Union européenne en 2021a quoi sert FRONTEX ? L’agence européenne Frontex a dévoilé, mardi 11 janvier, les chiffres des entrées illégales en 2021. Si la pandémie explique en partie la hausse, d’autres phénomènes sont à l’œuvre, notent nos confrères du Figaro

Les commentaires sont fermés.